Les Marchés

388

Par Menthalo – Remettons un peu les pendules à l’heure.

Commençons par le 7 juin, dans une analyse titrée Gold et la réforme monétaire où je montrais un graphe du CAC en hebdo avec une E.T.E. et les commentaires suivants :

“...Comme les Elliottistes disaient qu’il manquait une forte vague de hausse avant l’effondrement final attendu et qu’au point de vue timing, il nous reste 5 à 6 jours avant le résultat des élections grecques et françaises, j’attends un retracement de 38,2% qui emmènerait le CAC à 3180. L’oblique baissière, qui passe par le sommet de l’Epaule Gauche, en rouge, passe précisément à 3184. Objectivement, si ces messieurs essayaient d’aller plus haut, ils pourraient encore monter à 3400, mais ils iront probablement tout seul.
Je peux garder exactement les mêmes commentaires 12 jours après sur le graphe mis à jour:

Si vous regardez le CAC en hebdomadaire sur 2008, vous verrez que l’Epaule droite est plus basse que l’Epaule gauche. Tout le graphe est dirigé par ces obliques baissières. Cette semaine, la première oblique passe par 3179, la seconde par 3240. 3179 est simultanément le retracement de 38,2% de Fibonacci de la chute depuis 3.600 … le retracement de 50% nous amènerait légèrement au-dessus de l’oblique à 3261.

Quelques jours plus tard, j’écrivais un article sur le SELL-OFF à venir  en montrant les cibles. Les prétextes à ce Sell-off ne vont pas manquer.

Le problème de la Grèce n’est pas réglé, le sauvetage de l’Espagne a été nécessaire et s’avère déjà insuffisant, alors même que l’Italie crie “au secours” à son tour. Toutes les Banques Centrales sont sur le Qui Vive avec la lance à incendie prête à cracher. Toutes attendent un épisode systémique à la Lehman Brothers, en beaucoup plus gros. Robert Zoelinck, le Président de la World Bank avait prévenu dés le 2 juin, qu’il craignait de revivre un remake de la grande panique de 2008 : qu’il soit généré par la sortie de la Grèce de l’€zone ou par une faillite de l’Espagne. Il est probable que nous ayons les deux.

Les indices n’ont pas la moindre raison de monter. Les nouvelles économiques sont catastrophiques partout, que ce soit en Europe, aux Etats-Unis, au Japon ou en Argentine, qui est en train de vivre ce qui se passe en Grèce. S’il y a des petits malins qui veulent jouer la baisse avec des turbos-puts à barrière désactivante, nous les avons mis en garde à de nombreuses reprises qu’ils allaient perdre leur chemise. Qu’ils ne viennent pas pleurer ici parce qu’ils ont joué et perdu. Merci d’avance. Quant à ceux qui veulent jouer la hausse, ils ont certainement de bonnes raisons pour cela. Ils trouveront certainement une oreille attentive pour les comprendre sur ce site-là.

Pour mémoire, depuis 3 mois, pour nous montrer leur bonne santé, Dexia a encore perdu 55,17% de sa valeur, Credit Agricole 35,14%, SOGE 29,08% et Paribas 24,52%. Sur un an, Dexxia a perdu 94,16%, CA 67,20% SG 54,92% et Paribas 44% … le palmarès sur 5 ans … Dexia 99,46%, CA 89,25% SG 86,25% et Paribas 67,33%.  Pas sûr que ces banques soient en assez bonne santé pour subir le nouveau choc “imminent” attendu par les BC.

Carpe Diem

54 Commentaires

  1. Franck
    9 juin 2012 at 12 h 10 min
    @ Frere Herve,
    Bonjour,
    Avant, on avait Imotus qui faute de pertinence dans ses propos, et pas que de pertinence d’ailleurs, signait avec 3 points pour que ce qu’il dit soit pris au sérieux.
    Vous, pourquoi ne pas signer de façon plus anonyme, sans dire que vous êtes Frère. Je pense qu’ainsi, en plus de gagner en humilité (donc en humanité puisque c’est la même racine), ceux qui vous lisent vous lirez avec plus d’objectivité et donc de verité.

    @Franck

    Cher Monsieur le juge, n’étant pas à même de comparaître ce jour, auriez-vous l’extrême obligeance, dans votre grande bonté, de bien vouloir reporter ce mien procès d’intention aux calendes grecques ?
    Du reste, cher confrère et néanmoins ami, étant moi-même juge au saint tribunal de la pénitence, je me vois également dans l’obligation de vous convoquer, au jour qui vous conviendra, pour une affaire de « jugement téméraire » dans laquelle vous êtes soupçonné d’avoir trempé.
    N’allez pas voir dans mes propos une nouvelle forme d’arrogance. Croyez plutôt que je fais mien cet avis ô combien salutaire ! du grand Apôtre : « Estimez en toute humilité que les autres vous sont supérieurs »…

    Vincit Omnia Veritas
    9 juin 2012 at 12 h 52 min
    “Essayez de vous tourner vers la Très Sainte Vierge, elle est l’avocate des pécheurs”
    Ah non merci “mon frère” ! Toujours dans l’idolâtrie…
    Alors Jésus lui dit : “Retire-toi, Satan ; car il est écrit : Tu adoreras le Seigneur, ton Dieu, et tu ne serviras que lui seul.” » (St Mat. IV, 8-10)
    TU NE SERVIRAS QUE LUI SEUL. C’est clair me semble-t-il !

    @vincit omnia veritas

    Que voilà un pseudonyme dénué de pompe et de vanité : vincit omnia veritas ! Beau programme, en effet ! Ceci dit, cher ami exégète qui maniez les saintes Écritures avec un à-propos et un tact si déconcertants, êtes-vous bien certain d’incarner le canon sur lequel les autres doivent se régler afin de ne pas sombrer dans l’erreur ? Quoi ? Malheureux ! Vous ignoriez donc cette autre citation scripturaire : « Que celui qui se flatte d’être debout prenne garde de tomber ! » (I Cor., X, 12) ? Diable (c’est le cas de le dire) !
    Allez, relevez-vous courageusement, cher « vincit omnia veritas » ! Et promis, hein ? changez-moi ce pseudo par trop ambitieux ! Que diriez-vous, par exemple, de : « errare humanum est » ? À moins que vous ne préfériez : « sed perseverare diabolicum est » ?
    Votre tout dévoué, etc.

    marc153
    9 juin 2012 at 13 h 10 min
    Si on continue toi et moi, Frère Hervé va nous excommunier Tu ne les convaincra pas facilement, il faut l’aide du Saint Esprit…

    @marc153

    Mon ami : 1° simple prêtre, il n’est pas en mon pouvoir d’excommunier qui que ce soit 😉 ; 2° quand bien même je le pourrais, pourquoi voudriez-vous que j’excommunie quelqu’un qui se trouve déjà en dehors de la communion de l’Église catholique ? 😉
    Ah ! le Saint-Esprit ! On peut dire de lui ce que disait saint Ambroise de l’humilité : « Beaucoup en font parade au dehors et lui font la guerre au-dedans »… 😉

    castelcerf
    5 juin 2012 at 16 h 38 min
    J’ai 28ans mais je me sens las, las de la violence des guerres et de tout cela; je trouve cela idiot et je suis convaincu qu’il serait tellement simple d’engendrer le cercle vertueux qui briserait un à un tous les cercles vicieux de cette planète.

    @castelcerf

    J’en ai 20 de plus, et je ne suis pas moins las de tout ce que vous décrivez. La différence entre vous et moi réside dans les solutions apportées aux problèmes. Je n’ai, hélas ! pas le temps de m’étendre là-dessus. Quoi qu’il en soit, si vous êtes une âme de bonne volonté cherchant LA lumière, vous la trouverez tôt ou tard. Bien à vous…

    @tous ceux qui se reconnaîtront

    Je ne suis pas venu sur ce forum pour verser dans la contestation stérile dégénérant la plupart du temps en pugilat nauséeux. Chacun est libre de prendre ou de laisser les informations que je distille. Mais je ne suis pas moins libre de n’avoir pas à me justifier constamment, ni à m’escrimer avec des querelleurs de tous poils plus avides de disputer que de discuter. Au reste, pour reprendre le mot de saint Paul aux Corinthiens : « Pour moi, il m’importe fort peu d’être jugé par vous ou par un tribunal humain… mon juge, c’est le Seigneur » (I Cor., IV, 3, 4)…

    • Vraiment désobligeant…. Comme vous je n’aime pas “m’escrimer avec des querelleurs de tous poils plus avides de disputer que de discuter”, mais comme vous je le fais quand même. Vous êtes un prêtre traditionnaliste, commencez donc par regarder la poutre dans votre oeuil. Votre com transpire l’orgueil, svp ne vous autoproclamez pas comme “conscience” de ce blog. Des prêtres comme ça nous n’en avons pas besoin, ce sont de SAINTS prêtres dont nous avons besoin.

      • Cela vous arrive souvent de projeter vos fantasmes sur tout un chacun ???
        Je ne ressens pourtant absolument aucun orgueil dans les propos de Frère Hervé.
        Une satisfaction méritée sans aucun doute mais je ne vois pas comment la satisfaction du travail bien fait, puisse être confondue avec l’orgueil excepté bien entendu par goût pour la confusion…

      • Désolé, mais il y a de moins en moins de curés(crise de vocation oblige) dont les tripes serviront de cordes pour pendre les bourges. Pour pendre les bourges, faut que tu ailles chercher les représentants d’autres religions en pleine expansion en France. Et puis si tu veux bouffer du curé, il y a plein de sites anti catho sur le web pour t’accueillir ta haine du catholicisme. Tu te trompes de site.

    • Je vous aime bien , Frère Hervé , et vous apportez une lecture sous un angle que je maitrise mal.
      Je vous remercie de venir sur ce forum qui est souvent animé des meilleures intentions , que ce soit des créateurs du site ou des intervenants .
      Car souvent et au delà de quelques querelles , notre point commun à tous est de souhaiter un mieux pour nous-mêmes comme pour nos semblables , d’être attachés à la justice.
      Bien cordialement.

    • Bonjour,
      Frère Hervé on peut dire que vous avez fait une entrée tonitruante à la lecture des trois posts vous répondant.. Je trouve qu’il y a une part de vérité, vous dérangez certains par votre paroles attentives.
      L’anticléricalisme du XIXè siècle n’est pas mort, bien au contraire. La fragile image que l’on voit dans un mirroir ou sa conscience nous montre nos défauts si l’on a le courage de les regretter et devenir bon

      • Ce qui est surprenant c’est de ressortir des posts d’il y à 15 jours, que tout le monde à oublier même d’avoir écrit. Ça me rappelle un peu ma femme (et moi même parfois) quant elle tient absolument à me chercher querelle pour une raison inavouée ou inavouable.

      • Si mes souvenirs sont bons, Frère Hervé avait signalé qu’il partait une dizaine de jours. Voudriez-vous qu’il passe sous silence des erreurs communément acquises qui remettent sans cesse en cause les dogmes de l’église Catholique?
        Regardez autour de vous, ni Dieu ni maître, la contestation de toute autorité(pour ce qui est des gouvernants on peut comprendre..), la fuite des plaisirs et de l’instant présent sans se soucier de se qu’il en découle pour soi ou les autres.
        On se rend compte de ce qu’a donné la religion laïque, le culte de la stérilité intellectuelle

      • Quand vient l’instant du dernier souffle pour chacun de nous, la conscience fait son travail ! Et à partir de cet instant T et au delà de celui ci, nous ignorons ce qui se passe.

        enfin c est mon point de vue!

      • @ Frère Hervé
        Il serait fort opportun que vous puissiez continuer ainsi….,
        Pardonner à ceux qui manifestement ne savent pas ce qu’ils font, d’une manière si juste, délicate et généreuse est très appréciable de nos jours.

      • bonjour Usum..je pensais en disant ceci que : c’est à cet instant là que tout homme prend conscience de ces actes ! …. je me suis mal exprimé !

    • Que c’est difficile en ces temps de grandes confusions que d’écouter la voix d’un prêtre !
      Bien sûr, la république laïque et le matérialisme sont passés par là. Ainsi, on le taxera sans vergogne de querelleur, et de bien d’autres infamies.
      Peut-être simplement pour ne pas avoir à se regarder soi même ou alors hélas par similitude avec les grands courants de “pensée” du moment, c’est si bon de faire comme tout le monde et d’aboyer comme un chien avec les loups.

      Déchristianisation, vulgarité et au fond errance et suicide de l’humanité au sens de la nécessité pour avancer que d’assurer la cohésion entre les hommes, (puisque l’on est plus à même de donner de l’amour… et de reconnaître l’amour.)

      Nous ne sommes plus que de pauvres passants en recherche d’un bien-être…
      Pourtant, il ne faut pas oublier que le bien est avant tout collectif et non pas individuel, et que le collectif tout comme l’individu à besoin d’un guide, d’un idéal plus grand que sa propre humanité.

      Sous l’ancien régime, était en cours une formule qui résumait à elle seule l’unité de la famille humaine : “Dieu et mon roi ! ” ceci était un tout et nous étions dans ce tout.
      … Que reste-t-il aujourd’hui de Dieu ? je crains qu’il n’en reste pas plus dans nos pauvres cervelles que du souvenir que de notre dernier roi.

      Si vous n’éprouvez plus de respect pour le prêtre (si vous ne le JUGEZ !!!!, par exemple, pas assez Saint à votre goût !!!) Gardez tout de même un peu de respect pour ce qu’il représente ou du moins pour l’homme qu’il est.
      Et plutôt que de vouloir pendre le dernier bourgeois avec les tripes du dernier prêtre, interrogez vous à savoir ce que vous faites sur un forum à l’origine chrétien ???

      Et pour finir croyez-vous vraiment pouvoir vous sauver seul. Et même si cela était, à quoi cela vous servirait-il ?

      Merci Frère Hervé de votre présence parmi nous.

    • Merci pour les réponses frère hervé. Vous avez raison sur l’excommunication, je ne risque en effet rien 😉
      Mais vous n’avez pas répondu, ou disons par une pirouette, à la question de Vincit (: Tu adoreras le Seigneur, ton Dieu, et tu ne serviras que lui seul). Et votre culte mariale?

  2. Mercredi 20 juin 2012 :

    Facture salée de la crise en France : 140 milliards d’euros par an.

    La crise économique et financière a entraîné un manque à gagner de près de 140 milliards d’euros (168 milliards de francs) par an pour la France, soit près de 7 points de produit intérieur brut (PIB), a révélé l’Insee, pour qui la récession en 2009 a été plus profonde encore qu’estimé jusqu’ici.

    Selon l’Institut national de la statistique et des études économiques, l’économie française reste durablement affectée par la crise. “Elle n’a pas commencé à rattraper le terrain perdu pendant la grande récession”, souligne-t-il dans un “éclairage sur l’évolution de l’économie française depuis la récession de 2009”.

    http://www.romandie.com/news/n/Facture_salde_la_crise_en_France_140_milliards_d_euros_par_an_RP_200620120847-11-198995.asp

    Par an, combien d’euros les banquiers français ont-ils gagné ?

    1- Le patron de la banque Dexia, Pierre Mariani, a gagné 1 809 411 euros.

    2- Le patron de la banque Société Générale, Frédéric Oudéa, a gagné 4 350 000 euros.

    3- Le patron de la banque Crédit Agricole, Jean-Paul Chifflet, a gagné 1 805 731 euros.

    4- Le patron de la banque BNP Paribas, Baudouin Prot, a gagné 2 713 015 euros.

    5- Le patron de Banque Populaire – Caisse d’Epargne, François Pérol, a gagné 1 606 000 euros.

    6- Le patron de la banque Natixis, Laurent Mignon, a gagné 2 000 000 d’euros.

    http://socioeconomie.wordpress.com/2011/11/10/salaires-et-revenus-des-banquiers-en-france/

    Conclusion : la crise économique et financière a entraîné un manque à gagner de près de 140 milliards d’euros par an pour la France, mais les responsables de la crise gagnent des millions d’euros par an.

    Les contribuables français sont des cons.

  3. Fiscalité Française, europe 1ère zone économique au monde si elle s’écroule c’est l’économie mondiale qui s’écroule. Oblabla voudrait que la BCE inonde la zone €. Si cette dernière solution adoptée, cela se fera sans l’Allemagne. Cematin sur BFM, je n’ai pas vu la vidéo, Nicolas DOZE a finit sur les termes suivant : € ou retour aux monnaies ntionales. Perso., je pencherai sur la dernière.
    http://www.youtube.com/watch?v=_SrgnpHREeA

    • Mais rien du tout Doze est un arriviste.
      Un ami fortuné qui voudrait faire fortune, si ca arrive un jour, un jour, l’Europe première zone économique. Non mais de qui se moque t’on. Tout est faut dans ce qu’il raconte.

      Ah oui, je suis chef d’entreprise, ni en France, ni en GB, et je ne paye pas d’impôts car je ne touche aucun salaire. Ma société va bien et fait des profits, chaque mois nous augmentons notre CA de 100%.

      Ridicule intervention. C’est pas de capitaux dont on a besoin, c’est d’un peu de génie..

  4. Les banques centrales du monde entier sont prêtes à dégainer si besoin. Elles l’étaient déjà en cas de victoire des partis anti-austérité en Grèce.
    http://www.atlantico.fr/decryptage/alliance-banques-centrales-pourrait-elles-vraiment-eviter-crash-boursier-philippe-waechter-391485.html
    Mais elles n’ont qu’un coup, après cela ce sera la fin de ce système à la con. Enfin !
    Il y aura alors bien un nouvel ordre mondial, mais quel visage aura t-il ?

  5. Comme vous n’aimez pas la philo, je vous ai fais une “petit post” http://phylogenese.blogspot.gr/ sur le prochain “Boum Boum” de Menthalo, peut être le prochain WE ? Qui sait ? Je ne suis pas économiste, j’espère ne pas m’être trompé dans mes calculs.

    Concernant ceux qui jouent à hausse, je ne mettrais pas ma main au feu qu’ils ont tord. Plus les banques centrales arriveront à endiguer les problèmes, plus la bourse montera… Mais plus la chute sera violente… En terme de timing, qui sait combien de temps cela peut encore tenir ?

    5-6 jours (d’après Menthalo ici), quelques semaines, quelques mois (donc jusqu’à un ou deux ou trois ans) ? Et sur ce qui va se passer après…

  6. Voici un autre scenario , 2012 Allemagne quitte L’europe, les autres pays dévalorisent l’Euro ce qui a pour effet de faire chuter la vente des produits allemands, (Italie France Espagne savent produire tout ce que l’allemagne produit , le problème actuel est que l’allemagne les étrangles avec une monnaie forte). 2020 L’europe se porte bien, l’allemagne voyant jour après jour ses exportations chuter tente réintégrer l’UE 🙂

      • On imprime c’est ce que les americains veulent , pour pouvoir en faire autant. C’est ce que les marchés veulent , il n’y a que l’allemagne qui bloque. L’europe sans l’allemagne serait une surprise negative dans un premier temps, mais ses atouts seront toujours là.
        La France reprendrai ça place de leader en Europe et dans les pays arabes , L’Espagne et le Portugal sont les portes de l’amerique latine.
        L’allemagne est une sangsue contrairement a ce que tout le monde pense , ce n’est pas elle qui soutient l’UE, L’UE l’alimente .

        La monnaie du futur et du présent c’est le crédit, quelle que soi la devise.

  7. Marc Giget:

    “À la Renaissance, l’Europe émerge comme leader mondial grâce à sa
    capacité d’innovation par synthèse créative humaniste, mais les technologies
    qui convergent dans les innovations de la Renaissance proviennent majoritairement
    de Chine, mais aussi d’Inde, des Pays arabes et de l’Empire byzantin
    (qui les transfère en Italie du Nord avant de s’effondrer). Notons également
    que la Renaissance débute par la faillite des plus grandes banques (Bardi
    et Perruzi) et l’instauration de nouvelles règles et de nouveaux services
    financiers, conçus par Côme de Médicis, et toujours en place actuellement.

    […]

    Vers une nouvelle Renaissance ?
    Le contexte actuel est en résonance forte avec la période et les grandes
    interrogations de la Renaissance :
    ● contexte de crise financière, de nouvelles épidémies, de relation de
    coopération ou de conflit entre régions du monde.
    ● progrès considérable des connaissances scientifiques et technologiques,
    ouverture aux connaissances et inventions venues d’ailleurs (ou fermeture ?)
    ● repositionnement de l’Homme au coeur du système (synthèse créative
    humaniste) ;
    ● création de richesse, relation à l’argent, répartition ;
    ● éducation pour l’épanouissement de chacun et le développement ;
    ● chercher à reconstruire la cité idéale ;
    ● relance de l’innovation pour un nouveau progrès humain.”

    Bonjour,

    Je suis ce blog depuis peu et c’est la 1re fois que je post ici, je suis étudiant et actuellement je réalise un mémoire sur l’innovation.

    Je pense que le texte que je viens de citer est intéressant pour nourrir votre réflexion.

    J’aurais aussi aimé avoir votre avis pour développer la mienne:

    – sur Schumpeter
    – sur la fiabilité du crédit mutuel

    Par avance merci à ceux qui m’aideront à avancer ainsi qu’aux auteurs des articles.

  8. L’Espagne a le soutien des ses partenaires de l’Union européenne et du G20, et n’a donc “pas besoin de sauvetage”, a déclaré le ministre du Budget Cristobal Montoro, alors que le pays va bénéficier d’une aide européenne pour ses banques.

    “L’Espagne n’a pas fait l’objet d’un sauvetage parce qu’elle n’a pas besoin d’être sauvée”, a assuré M. Montoro, écartant l’idée d’un plan de sauvetage global pour l’économie espagnole.

    Faut-il en rire, ou en pleurer………

  9. Autre scénario possible :
    Tout le monde quittera l’€ car l’€ Français n’a pas la même valeur faciale que l’€ Grec, Italien, Espagnol,Portuguais, etc. De plus, comme la trés bien fait remarquer Hervé les banques sont à recapitaliser. La nouvelle monnaie d’échange européenne sera l’écu lequel sera basé sur un panier de matières premières. Bonne journée.

  10. Certaines banques ne connaissent pas la crise. Tel Lazard, la banque franco-américaine, vient d’acceuillir à son capital le fond Trian à hauteur de 5,1%

  11. Dans un autre billet, j’avais avancé l’opinion que le nouveau krac ne viendra pas d’Europe pour 2 raisons :
    un krac boursier doit surprendre et concernant l’Europe, on ne peut plus parler de surprise. Dans ce cas là, l’Europe serait plutôt l’élément de diversion
    Ensuite, un krac boursier est toujours venu des USA et je ne vois pas pourquoi cela changerait. L’impact des places européennes n’est pas assez fort.
    Le candidat que j’avais sélectionné est la JPM. On ne sait toujours pas à combien vont se monter ses pertes (pour l’instant, on est passé de 1 à 7 milliards de $) et cette banque est particulièrement exposée aux MP. Or, le fait que la Chine ait pris le contrôle de la place concernant l’argent à Londres (LME je crois) n’est pas annecdotique.
    Il y a aussi la Morgan Stanley comme candidat intéressant avec son fiasco Facebookesque qui me semble trop gros pour ne pas cacher autre chose. Ceci me semble aussi être un élément de diversion pour cacher d’autres pertes un peu comme ce fut le cas avec kerviel et la Sogé. Enfin, il y a la GS, que l’on a, à juste titre toutefois, façonné comme la gros méchant dans les merdias. Mais je me méfie de la façon dont les merdias façonnent des vérités, des légendes, positives ou négatives, et pour cette raison, je me demande pourquoi il est important d’avoir créer (ou éclairer) cette légende noire de la GS.

  12. Mercredi 20 juin 2012 :

    Les commandes à l’industrie sont reparties à la baisse en avril en Italie, après le rebond enregistré en mars, alors que le pays s’enfonce dans la récession, a annoncé mercredi l’institut des statistiques Istat dans un communiqué.

    Selon des données corrigées des variations saisonnières, les commandes à l’industrie ont reculé de 1,9% sur un mois en avril, sous l’effet d’une chute de 4% des commandes en provenance de l’étranger.

    Les commandes en provenance d’Italie ont diminué légèrement de 0,3%.

    Ce repli intervient après un rebond de 3,5% en mars qui avait fait suite à deux mois de recul.

    En données brutes, les commandes à l’industrie ont baissé de 12,3% sur un an, en raison d’un recul de 15,3% des commandes provenant du marché domestique, alors que les commandes en provenance de l’étranger ont reculé de 7,3%.

    “Tous les secteurs sont en baisse”, a souligné l’Istat, notant que le plus fort repli sur un an avait concerné les commandes de moyens de transport (-16,5%).

    Le chiffre d’affaires de l’industrie italienne a reculé de son côté de 4,1% sur un an, et de 0,5% sur un mois.

    L’Italie, entrée en récession fin 2011, s’y est enfoncée au premier trimestre avec une nouvelle contraction de son PIB de 0,8%, sous le poids des plans d’austérité adoptés à la chaîne depuis 2010 pour rassurer les marchés.

    http://www.romandie.com/news/n/Italie_repli_des_commandes_a_l_industrie_en_avril21200620121030.asp

  13. Ceci n’est qu’un scénario, on verra se que feront nos élites qui veulent sauver l’€ coûte que coûte. La dévaluation de l’€ ne pourra pas se faire sans une mutualisation de la dette (voilà pourquoi Hollande l’exige) car les montants astronomiques de dettes des pays européens sont à des degrés différents. Quoiqu’il en soit lorsque l’on présentera la facture à Mère Merkel, elle ne souhaitera pas et ne pourra pas payer la note. On peut donc penser par déduction, une sortie concertée de tout les pays à des dates différentes de l’€.

  14. A vouloir avoir réponse à tout en répondant toujours à coté, Frère Hervé serait-il jésuite ?

    Mon pseudo je l’aime bien, je l’ai emprunté à une congrégation victime de la cupidité et de la trahison. Ca vous dis quelque chose, mon “frère” ?

  15. Mercredi 20 juin 2012 :

    L’Espagne devrait faire une demande d’aide jeudi à l’Eurogroupe.

    L’Espagne devrait demander officiellement l’aide de la zone euro pour son secteur bancaire jeudi lors d’une réunion de l’Eurogroupe, a indiqué mercredi un diplomate européen sous couvert d’anonymat.

    Madrid devrait faire une demande d’aide via le Fonds de secours de la zone euro (FESF) lors de la réunion de l’Eurogroupe qui se tient jeudi à Luxembourg, a fait savoir ce diplomate.

    Cette demande interviendrait après la publication d’un premier audit sur les banques espagnoles par les cabinets allemand Roland Berger et américain Oliver Wyman, qui est attendu d’ici jeudi.

    Madrid en a besoin pour chiffrer exactement ses besoins pour le plan de sauvetage européen destiné à ses banques, qui prévoit une aide pouvant atteindre 100 milliards d’euros.

    L’absence de détails sur le plan d’aide espagnol a été nuisible, a estimé ce diplomate. Le mouvement de défiance envers l’Espagne sur les marchés a été alimenté par les incertitudes entourant le sauvetage des banques espagnoles, notamment sur la somme dont Madrid a besoin.

    Autre sujet qui inquiète les marchés : le choix du fonds de secours pour venir en aide au secteur bancaire espagnol.

    Il y a une préférence marquée pour avoir recours au Mécanisme européen de stabilité (MES) au sein de nombreux pays de la zone euro, mais tout dépend de l’entrée en vigueur de ce fonds de secours, a indiqué un haut responsable européen sous couvert d’anonymat. En cours de ratification, le MES devrait entrer en vigueur le 9 juillet.

    Seul le Fonds de secours de la zone euro (FESF) est donc utilisable dans l’immédiat. Cette option est celle que préfèrent les marchés car dans le scénario extrême d’une restructuration de la dette espagnole, en tant que créancier, le FESF serait logé à la même enseigne que les autres prêteurs.

    En revanche, les prêts du MES sont dits seniors, c’est-à-dire que le fonds serait remboursé en priorité par rapport aux autres créanciers, un scénario qui peut entretenir les doutes des marchés, lesquels craignent que les investisseurs privés ne soient lésés.

    http://www.romandie.com/news/n/_Espagnebanques_Madrid_devrait_faire_une_demande_d_aide_jeudi_a_l_Eurogroupe_76200620121117.asp

  16. Retirer la totalité des pouvoirs régaliens des nations souveraines Européennes, une fois que ce fait est acté on passe à l’étape suivante. Les deux cercueils se trouvant devant les deux guignoles de Bruxelles sont pourtant explicites non ?

  17. Au final : de la rigueur à la Merkel + de l’ endettement à la Hollande = les politiques auront éxécuté le programme de l’ oligarchie dominante à savoir entreprendre la destruction du service public et dérégler le marché du travail. L’entité dominante déja très puissante aujourd’ hui est en train de prendre le contrôle total des peuples par la tyrannie. Pour honorer la dette illégitime nos gouvernements vont brader la maison nation. Monsieur Rockefeller doit se demander quels arbustes il va faire planter dans son nouveau jardin de Chambord. La privatisation déja bien accélérée sous Jospin devient intégrale, bien entendu votre épargne à la banque va partir en fumée dans l’ écroulement final. Vous n’ aurez plus aucun capital, plus de marge de manoeuvre pour choisir son destin. Vous allez bronzer sur quelle plage cet été ?

  18. Grèce : Antonis Samaras nouveau Premier ministre

    Par Les Echos | 20/06 |

    La composition exacte sera discutée ce mercredi après-midi. Le Pasok et le Dimar, parti de la gauche modérée, soutiendront le gouvernement de coalition du vainqueur des élections de dimanche, Antonis Samaras. L’une de ses priorités sera de renégocier certains aspects du plan d’aide international.

    « Je vous donne l’ordre de former un gouvernement et je vous souhaite bonne chance car les problèmes sont nombreux et difficiles » a déclaré mercredi le président de la République grecque, Karolos Papoulias après qu’Antonis Samaras lui a annoncé être parvenu à obtenir le soutien des socialistes du Pasok et du parti de gauche modérée Dimar Le leader du parti de centre-droit, Démocratie Nouvelle (DN) et vainqueur des élections législatives de dimanche dernier, Antonis Samaras, a répondu au chef de l’Etat :« J’ai la majorité parlementaire nécessaire pour former un gouvernement de longue durée pour garantir la stabilité et l’espoir » dans le pays.

    « La Grèce a un gouvernement, tel est le message que le ministre des Finances (sortant), Georges Zanias, transmettra à l’Eurogroupe », avait annoncé en début d’après-midi le chef de file du Pasok, Evangelos Venizelos. Selon lui, la répartition des portefeuilles serait décidée d’ici mercredi soir. Un peu plus tôt ce matin, le dirigeant de Dimar ( gauche modérée), Fotis Kouvelis, a indiqué que son parti allait « voter la confiance » au gouvernement de coalition que prépare M.Samaras avec les socialistes du Pasok. « Nous avons décidé de donner notre vote de confiance » au nouveau gouvernement, a indiqué M. Kouvélis à l’issue d’une rencontre avec M. Samaras. « Je veux croire que d’ici ce soir nous aurons conclu un accord sur le programme de gouvernement », actuellement négocié, a-t-il ajouté. Pour lui, la plate-forme politique en voie d’élaboration, doit surtout « servir à s’éloigner des modalités du memorandum », le plan de rigueur dicté au pays par l’UE et le FMI et que tous les partenaires gouvernementaux pressentis veulent renégocier.

    « Nous devons très bien nous préparer pour le sommet européen » des 28 et 29 juin, car durant « ces deux jours nous allons livrer la grande bataille pour réviser l’accord de prêt » conclu en février et imposant à la Grèce une rigoureuse austérité en échange d’un deuxième paquet de prêts internationaux UE-FMI pour la sauver de la banqueroute, a confirmé M. Vénizélos. Au sommet européen, Athènes négociera aussi pour « élaborer un cadre qui permette d’assurer la relance et lutter contre le chômage, le grand problème du pays », a-t-il ajouté.

    Première avancée : les partis politiques grecs ont conclu un accord préliminaire sur la nomination du président de la Banque nationale grecque Vassilis Rapanos au poste de ministre des Finances, rapporte mercredi la télévision publique NET. Les trois partenaires présumés de cette alliance gouvernementale ont conclu « un accord de principe » sur le nom de M. Rapanos, 65 ans, un vieux routier de la gestion du pays au côté des équipes socialistes qui se sont succédé jusqu’à la victoire de la droite en 2004.
    Abandon graduel du memorandum

    Après deux mois d’impasse politique, qui a aggravé la situation critique des finances publiques, les prêteurs et partenaires du pays ne cachent plus leur impatience d’avoir un interlocuteur à Athènes pour pouvoir reprendre les discussions sur l’ajustement budgétaire de la Grèce.

    Vainqueur des élections mais sans majorité absolue, M. Samaras mène depuis lundi ses discussions avec Evangelos Venizelos et M. Kouvelis. Lors des élections du 17 juin, la Nouvelle Démocratie d’Antonis Samaras a en effet obtenu quelque 30 % des voix, devançant de 3,5 points la Coalition de la gauche radicale (Syriza) d’Alexis Tsipras. Le parti du centre droit qui alterne aux commandes du pays avec le Pasok, social-démocrate (12,5 %), depuis la chute de la dictature des colonels en 1974. La droite a décroché 129 sièges sur les 300 du parlement, le Pasok 33 et le Dimar 17 sièges.

    Les deux partis qui ont voté en faveur du mémorandum contenant les mesures d’austérité sont ainsi en mesure de gouverner ensemblesans faire appel aux voix de la Gauche démocratique (6 % des voix), un groupe socialiste qui est opposé au mémorandum mais qui veut l’abandonner graduellement, à l’horizon 2017. Ensemble, la Nouvelle Démocratie et le Pasok peuvent compter sur une courte majorité de l’ordre de 165 sièges sur les 300 du Parlement hellénique élu hier.

  19. Revirement d’Angela Merkel, QE3 de la Fed… les rumeurs enflamment les marchés

    20 juin 2012 | Philippe Béchade |

    ▪ Après avoir rincé les acheteurs de la première heure le 11 juin puis de nouveau ce lundi 18 juin, les robots traders ont massacré les vendeurs qui ont “shorté” mardi matin en voyant l’euro rechuter sous les 1,26 $, peu après la publication du pire indice de confiance des milieux d’affaires allemands depuis 15 ans.

    Car plus c’est pire, plus c’est bon pour la bourse… vous connaissez le refrain !

    Pour savoir où va le marché, il suffit de formuler le bon diagnostic économique (et au besoin politique quand se tient un G20) — et de faire exactement le contraire de ce que la logique commande.

    La récession se renforce, les déficits se creusent, les Européens se tirent dans les pattes : achat fort !

    Les Grecs votent dans le sens souhaité par Bruxelles, l’Espagne se voit promettre 100 milliards d’euros pour sauver ses banques : vendez tout sans vous poser de question.

    Si vous croyez qu’un renflouement du système financier ibérique va faire baisser les taux, achetez au contraire des CDS et liquidez de toute urgence vos derniers bonos. L’Espagne a dû offrir 170 points de base de plus que lors de la dernière émission du mois de mai (5,105% contre 3,3% pour des bons à échéance fin 2013) pour lever trois milliards d’euros… Et le comble, c’est que la Grèce a payé moins cher (4,5%) ce mardi pour se refinancer à 12 mois !

    Si vous pensez que l’effondrement du moral des milieux d’affaires en juin en Allemagne (il est passé à 106,9, enregistrant la pire chute observée depuis octobre 1998) va faire rechuter l’euro sous les 1,25 $, empressez-vous de revendre vos billets verts ! En effet, si ça se passe mal en Europe, Ben Bernanke ne va pas tarder à débarquer avec son hélicoptère rempli de liasses de 100 $.

    L’évolution des indices boursiers depuis 10 jours est à s’arracher les cheveux avec une succession de faux signaux techniques à la hausse comme à la baisse. Fausses dépêches, fausses rumeurs, fausses attentes, faux raisonnements… tout ne repose que sur de la fausseté dans ces périodes troublées où les marchés dansent au bord de l’abîme.

    La dernière rumeur en date évoque un revirement de position d’Angela Merkel. Elle accepterait de voir la MES et le FESF racheter directement les dettes souveraines de pays en difficulté — pas besoin d’Eurobonds dans ce cas-là.

    Si cette nouvelle est fondée, pourquoi avoir attendu si longtemps pour adopter cette solution ? Après tout, l’Europe n’a entre temps mis aucun nouveau mécanisme qui protègerait l’Allemagne (ou la France) d’un engagement illimité en matière de cautionnement des fonds de secours.

    ▪ Une autre rumeur a secoué les marchés
    Pour en revenir à cette séance de mardi qui s’achève aux antipodes de ce que l’actualité aurait pu engendrer, l’autre rumeur évoquait la mise en oeuvre d’un QE3 ou une poursuite de l’opération “twist”. La remontée en flèche de l’euro vers 1,2700 $ après un passage à vide vers 1,257 $ lundi matin traduit potentiellement l’anticipation forcenée d’un recours à la planche à billets aux Etats-Unis.

    Comme souvent, les mouvements de marchés anachroniques que nous décrivons donnent le sentiment d’avoir été programmés bien à l’avance. Ainsi, les places européennes gagnaient déjà 1,5% (contre -0,3% en milieu de matinée) alors que Wall Street n’affichait encore qu’une hausse de 0,6% vers 16h.

    Comme de bien entendu, cet écart n’a pas tardé à doubler dans le cadre d’un mouvement ascensionnel d’une régularité 100% robotique : +1,2% à mi-séance. C’est là un écart moins appuyé qu’en Europe, mais les indices américains avaient pris une large avance la semaine dernière.

    ▪ Faillite ici… et faillite là
    Certains commentateurs — qui adorent se moquer d’un public naïf — invoquaient l’imminence de la formation d’un nouveau gouvernement en Grèce… mais la nouvelle coalition attendue à Athènes pourrait ne voir le jour que d’ici vendredi d’après certaines sources proche des partis de gauche car les discussions achoppent sur l’exécution du plan d’austérité.

    Nous ne comprenons pas de quoi ils peuvent bien débattre. Angela Merkel l’a réaffirmé sans aucune ambiguïté depuis le G20 de Los Cabos : Athènes doit appliquer l’austérité, rien que l’austérité, selon le calendrier fixé par la Troïka et qu’il est inenvisageable de renégocier.

    La Grèce fera donc faillite, non pas avec une probabilité de 30% selon Fitch mais de 100% selon les stratèges obligataires qui gèrent la future retraite des Américains. Partant du constat que l’Espagne est insolvable, ils ont également fait le ménage et ne détiennent plus de dette ibérique.

    A quand le constat de la faillite ? Facile ! Dès qu’une Troïka aura été dépêchée auprès du gouvernement de Mariano Rajoy.

    ▪ La Fed à la rescousse
    Mais les marchés sont convaincus que cela n’arrivera pas ! Si l’Europe est incapable de trouver des solutions depuis trois ans que dure la crise grecque, si la BCE n’achète plus de dette souveraine depuis trois mois (elle a raison : elle ne sera pas remboursée si la seule stratégie est celle de l’austérité)… alors un bon coup de planche à billets de la part de la Fed va résoudre tous les problèmes.

    Wall Street l’exige, les détenteurs d’actions européennes l’implorent dans leurs prières, alors Ben Bernanke va s’exécuter, le petit doigt sur la couture du pantalon.

    Mais un détail nous trouble : les indices américains se retrouvent — à conditions de croissance comparables — 30% au-dessus de leurs niveaux de fin août 2010, lorsque les premières anticipations de QE2 ont commencé à circuler.

    Wall Street avait entamé son rebond après avoir reperdu 15% sur ses sommets. Aujourd’hui, les trois principaux indices américains gravitent à moins de 4% de leurs sommets annuels. Le Dow Jones tutoie les 13 000 points et le S&P égale son zénith de mai 2011 (1 365 points) — alors que les bénéfices des entreprises US sont attendus en net repli par rapport au printemps dernier comme par rapport au premier trimestre 2012.

    Autrement dit, il y a moins de croissance et moins de profits qu’il y a un an… mais le marché américain se paye plus cher : c’est d’une logique imparable !

  20. “Ce n’est pas aux étrangers de décider qui gouverne en Syrie”
    Le président russe Vladimir Poutine a défendu mardi la politique russe de non-intervention en Syrie, en notant que ce n’était pas aux étrangers de décider qui doit gouverner un pays.
    http://www.7sur7.be/7s7/fr/1505/Monde/article/detail/1456932/2012/06/20/Ce-n-est-pas-aux-etrangers-de-decider-qui-gouverne-en-Syrie.dhtml
    alors que L’UE prépare de nouvelles sanctions contre la Syrie
    http://www.7sur7.be/7s7/fr/1505/Monde/article/detail/1457363/2012/06/20/L-UE-prepare-de-nouvelles-sanctions-contre-la-Syrie.dhtml

  21. Allez tous sur les moutonss enragés ( article de delamarche ) et lisez les commentaires.

    Un mouvement est en train de ce créer !!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici