Trader Noé – Analyse du 25 juin 2012

144

Pour ce début de semaine nous continuerons à surveiller la résistance des 1355-1360 points sur l’indice E-mini SP 500.
Nous surveillerons de très près le support proposé vendredi à 1315 points. Sa cassure permettrait de fragiliser la tendance avec une accélération de la chute vers les supports mentionnés dernièrement (1300-1280-1260 points).

D’autre part, une configuration en drapeau inversé se dessine et donne 1300 comme objectif théorique. Ce qui se recoupe avec l’analyse précédente et différente.

L’EURUSD évolue légèrement sous les 1.2540 et pourrait glisser vers 1.2450-1.2350.
Dès que les 1.235 seront cassés, la tendance sera fragilisée et le cours pourrait se rapprocher des 1.225-1.18.

Le Brent reste toujours dans sa phase de correction malgré le petit rebond attendu sur les 89-90 dollars. Désormais il y a deux résistances importantes à 92.5 et 96.4. Pour la nouvelle phase de baisse il est donc impératif d’attendre la rupture des 90-89. La rupture des résistances freinerait la baisse immédiate.

33 Commentaires

  1. Bonjour,
    Trader Noé, merci pour le suivi journalier des mouvements des positions importantes sur le marché. Le sommet européen en fin de semaine, le jeu de bluf des banques centrales pour contenir le système financier à flot, le contexte américain consolidé dans la récession, le chemin de bataille qu’emprunte le moyen orient, ne font-il pas écran de fumée au regard des gens patients et obéissants qui ne trouvent tout cela plus normal?

  2. C’est drôle…

    Je matin au petit déjeuné, j’ai eu une drôle d’impression venue de nul part en me disant ” ‘Ils’ en ont surement marre… à mon avis ça va lâcher dès aujourd’hui.”.

    J’allume mon ordi et bing, tous les indices sont en baisse.

  3. Changement des alliances ? Un sujet d’actualité .

    …L’Égypte doit rétablir des relations normales avec l’Iran afin d’assurer l’équilibre stratégique dans la région, a déclaré le président élu égyptien Mohamed Morsi dans une interview accordée à l’agence iranienne FARS, publiée lundi.

    “Il faut rétablir des relations normales avec l’Iran sur une base mutuellement avantageuse. Cela permettra d’assurer l’équilibre stratégique dans la région. C’est une des thèses de mon programme présidentiel”, a indiqué le chef de l’Etat égyptien.

    Les relations entre l’Egypte et l’Iran ont été rompues en 1980 suite à la signature du Traité de paix entre l’Egypte et Israël. Depuis la révolution égyptienne en février 2011, Téhéran insiste sur le rétablissement des relations avec le Caire….

    http://fr.rian.ru/world/20120625/195147604.html

    Peut-être pour justifier une nouvelle guerre israëlo -égyptienne dans le conflit généralisé qui s’annonce .
    L’objectif étant le grand Israel du Nil à l’Euphrate , avec les ressources en sous-sol qui vont avec , bien entendu .
    Et les gouvernement occidentaux caniches de la synagogue de Satan , traitres à leur peuples , d’entrainer les populations dans un terrible conflit , pour essayer de cacher leurs compromissions criminelles avec les banquiers.

  4. bonjour a tous.
    Maintenant qu’ils ont placé leurs “pions” sur l’echiquier avec les freres Musulmans (légion etrangere US) en Egypte….
    Ya plus qu’a attendre apres les élections Americaines pour frapper l’Iran 😉

    • Le plus drôle c’est de voir les gens qui apprennent ça seulement aujourd’hui au JT et qui s’étonnent genre “Mince alors, ça les Américains s’y attendaient pas! ”

      Ca me fait pouffer de rire… surtout de voir leur tronche quand je leur explique :

      – Frères musulmans = bordel
      – Bordel = plus simple de justifier une intervention de l’ “ONUTAN”
      – Intervention militaire = guerre
      – Guerre = prises de force sur les ressources énergétiques

      On à beau être en 2012, le schéma est toujours le même. C’est juste la com’ qui a changé.

      • @bloupi

        “En politique, rien n’arrive par hasard. Chaque fois qu’un évènement survient, on peut être certain qu’il avait été prévu pour se dérouler ainsi.”

        Franklin D. Roosevelt, président des Etats-unis de 1932 à 1945.

      • EN france il y a l’UOIF ‘( union des organisations islamiste de france) derriere l UOIF les freres musulmans derriere les freres musulmans le qatar derriere le qatar les USA derriere les USA l’intelligentia sionniste maconnique.. ET comme par hasard nous trouvons l”intelligentia sionniste maconnique derriere tout les parties d’extremes droites dans l’europe entiere . IL est vrai que le plan final de cette elite juive sionniste maconnique est un gouvernement mondial ‘capitale jerusalem) une religion mondiale une banque mondiale et avec pour leader charismatique l’ante christ RAJ PATEL donc ils soutiennent et financent les extremes de tout bord pour qu’ils s’autodetruisent.

  5. Le Cartel Pétrolier a fixé un plus bas de 75$ ( wti) le baril….OBAMA voudrait un Baril à 65$ , Election Oblige….J’ai la nette impression que les Marchés vont dire M……aux Politiciens dans un proche avenir…..il est certainement temps de faire quelques emplettes sur les Métaux Précieux et l’Energie….D”ailleurs la Ratio Dow Jones/ Gold est à 8, c’est le signe que les Actions sont BEAUCOUP TROP CHERES…….

    • Bonsoir

      @ ARJUN

      Je pense que vous faites erreur, si il s’est déjà manifesté, alors il y a fort a parier que l’antéchrist sera celui que l’on nomme maitreya tout court, le mentor de benjamin crème, qui fit sa seule et unique apparition publique au kenya dans les années 80, ou il fut “reconnu comme étant Jésus”.
      Vous pouvez trouver ces infos facilement sur le web, ainsi que sa photo, regardez attentivement son œil droit…il couvre également son front…
      Mais Allah est plus savant.

  6. L’agence de notation dégrade de deux crans, à « BB », la note du groupe français. En cause : la capacité de Groupama à améliorer ses fonds propres.

    L’agence d’évaluation financière Standard and Poor’s a abaissé de deux crans, de « BBB- » à « BB », la note de Groupama, selon un communiqué publié lundi, ce qui place désormais l’assureur mutualiste en catégorie dite spéculative.

    L’agence salue les mesures prises par Groupama pour renforcer sa solidité financière mais estime qu’elles « ne devraient pas ramener les fonds propres à des niveaux compatibles avec une note de catégorie investissement (« BBB- » et au-dessus) dans l’année qui vient ».

    Standard and Poor’s a assorti la note d’une perspective négative, qui reflète sa vision selon laquelle « les conditions économiques et de marché défavorables pourraient placer encore davantage sous contrainte les fonds propres et les mesures de transformation » entreprises par Groupama.

    « Groupama fait les frais du pessimisme de S&P sur la zone Euro », a regretté la direction de l’assureur dans un document diffusé en interne dont l’AFP a obtenu copie.

    « Groupama déplore cette décision paradoxale qui ne reflète pas le vaste train de mesures engagées depuis plusieurs mois pour consolider sa solvabilité », a-t-on ajouté de même source.

    Standard and Poor’s considère que la flexibilité financière de l’assureur est « marginale » et estime que sa capacité à lever de la dette est « limitée ».

    Pour autant, l’agence indique qu’elle pourrait changer la perspective de « négative » à « stable » si la direction mettait en place l’ensemble des mesures annoncées, ce qui aurait pour effet de stabiliser le profile financier du groupe, selon elle

    REUTERS

  7. @ARJUN

    “nous trouvons l”intelligentia sionniste maconnique derriere tout les parties d’extremes droites dans l’europe entiere”

    Pourriez-vous alimenter vos propos d’une ou plusieurs références crédibles, s’il vous plait ?

  8. Et si les étudiants américains avaient besoin d’autant de milliards que la Grèce et l’Espagne ?

    25 juin 2012 | Philippe Béchade

    ▪ Les week-ends précédents ont fourni une riche matière aux commentateurs et stratèges, offrant des opportunités de faire décaler fortement les indices boursiers et les parités monétaires.

    Comme vous l’avez observé, les marchés sont partis dans tous les sens les lundis 11 et 18 juin… pour finalement n’aller nulle part en ce qui concerne Wall Street, la City, Francfort ou Paris. Les vendeurs à découvert se sont en revanche rachetés massivement à Milan, Madrid et surtout Athènes : ces places ont repris entre 5% et 10.

    La journée de vendredi dernier a cependant été placée sous le signe de la consolidation, au lendemain d’une chute collective de 2% à 2,5% des indices américains. Mais alors que les places européennes avaient toutes les excuses pour lâcher prise, elles ont fait preuve d’une résilience inespérée : leur repli moyen s’établit à -0,4%, score final affiché par l’Euro-Stoxx 50 qui bute toujours sur les 2 200 mais grappille +0,2% sur la semaine écoulée.

    Les opérateurs ont salué sans grand enthousiasme l’annonce par François Hollande de la mobilisation de 1% du PIB européen pour soutenir la croissance (soit environ 120 milliards d’euros). Ils jugent plus décisive la décision de la BCE d’accepter davantage de collatéraux à risque (comme des créances immobilières) en contrepartie des liquidités offertes au système bancaire.

    ▪ Les marchés ont-ils bien tout “pricé” ?
    Paris qui consolidait de -0,75% vendredi a fini la semaine sur un score globalement positif (+0,1%). Ce résultat est presque anachronique compte tenu du flux de mauvaises nouvelles conjoncturelles ayant déferlé du 18 au 22 juin.

    De la même façon, on peut se demander si les marchés américains ont véritablement pris en compte dans les cours le ralentissement qui se confirme aux Etats-Unis. Le S&P affiche encore +6% depuis le 1er janvier et le Nasdaq +11% — contre un repli moyen de -3% pour les indices de la Zone euro, soit un différentiel de +10% en faveur de Wall Street.

    Envisager un rebond sur le Vieux Continent reste un véritable acte de foi, car rien de bon ne transparaît à la lecture des dernières statistiques en provenance du nord comme du sud de la Zone euro. En Allemagne, par exemple, l’indice IFO du climat des affaires chute de 1,6 à 105,3 ce mois-ci, contre 106,9 en mai et 109,8 en avril et en mars.

    Et comment interpréter le résultat de l’audit bancaire divulgué jeudi soir ?

    Ce rapport “indépendant” fait état de besoins de refinancement assez modestes de la part des banques espagnoles : 62 milliards d’euros contre plus de 120 milliards d’euros pour certaines agences de notation (cela dit, toutes les banques n’ont pas été auditées).

    Les cambistes n’ont pas été convaincus par le montant presque bénin annoncé par les autorités ibériques, comme le démontre la faiblesse de l’euro qui retombe sur ses plus bas niveaux hebdomadaires, autour de 1,2530 $.

    Symétriquement, les marchés n’ont pas sanctionné les 15 banques dégradées par Moody’s jeudi (dont plusieurs banques “systémiques” américaines et les trois plus grandes françaises Crédit Agricole, Société Générale et BNP Paribas (qui ont très bien “digéré” la nouvelle).
    [NDLR : Agissez avant que les choses ne tournent vraiment mal pour la Zone euro : voici six mesures à prendre rapidement pour aider votre argent à traverser cette période difficile…]

    ▪ La nouvelle bombe à retardement américaine
    Aux Etats-Unis, les banques détiennent officiellement un encours de 904 milliards de dollars de prêts étudiants. Il faut y rajouter un montant supérieur à 100 milliards de dollars de prêts personnels destinés à financer leur logement, l’achat d’une voiture pour ceux qui n’ont pas les moyens de se payer une chambre sur les campus, etc.

    Le taux officiel des prêts étudiants est plafonné à 3,4% jusqu’à fin juin. Il a été fixé par une loi fédérale pour une durée limitée… qui expire donc dans moins d’une semaine. Faute d’une reconduction, les banques seront bientôt libres de fixer le taux qui les arrange, en fonction de la solvabilité supposée de l’emprunteur.

    En cas de hausse, les défauts de remboursement risquent de se multiplier. Les banques américaines ne risquent rien car les prêts sont garantis par l’Etat. C’est donc le budget fédéral qui risque de supporter le coût d’une vague de défaillance qui prend déjà des proportions alarmantes avec 25% d’incidents de crédit (retards à répétition ou défaut avéré) déjà comptabilisés.

    La barre du tiers de prêts en défaut risque d’être rapidement atteinte si le Congrès US ne proroge pas les conditions actuelles car un effet de ciseau dévastateur menace la classe étudiante. Les jeunes doivent étudier plus longtemps pour obtenir un diplôme qui leur ouvre effectivement les portes des entreprises. Parallèlement, le nombre de postes à pourvoir — quel que soit le niveau d’études supérieures — a fortement chuté depuis 2008… et aucun vrai redémarrage ne semble poindre à l’horizon comme l’a souligné Ben Bernanke mercredi dernier.

    Barack Obama met la pression sur le Congrès avec un double enjeu hautement stratégique pour son administration : éviter la prolifération des défauts de remboursements, qui plombent directement les finances du pays, et permettre aux jeunes de poursuivre leurs études cet automne. Cela leur éviterait de venir grossir prématurément les rangs des demandeurs d’emplois à la rentrée (nombre de jeunes risquent de jeter l’éponge si les taux flambent).

    Wall Street, tout comme les adversaires républicains du Président, sait que les chiffres de l’emploi des mois de septembre et d’octobre joueront un rôle décisif auprès de l’opinion publique en vue des présidentielles de novembre.

  9. Les Bourses européennes dans le rouge

    Les Bourses européennes ont clôturé lundi en forte baisse, les marchés d’actifs risqués
    étant nerveux et inquiets à quelques jours d’un sommet européen censé apporter un début de réponse à la crise de la dette souveraine en zone euro.

    Londres a perdu 1,14%, Francfort 2,09%, Milan 4,02% et Madrid 3,67%. L’indice EuroStoxx 50 a abandonné 2,37%. L’indice Stoxx des banques (-3,02%) a accusé la plus
    forte baisse sectorielle en Europe, les financières étant fortement corrélées au aléas de la crise de la dette en zone euro.

    “Il y a une grande nervosité sur le marché à l’approche du sommet européen de la fin de semaine. Il y a un gros consensus négatif sur le déroulé des opérations. Les investisseurs craignent que ce soit une nouvelle fois une déception”, explique un analyste financier basé à Paris.

    Le rendement de l’emprunt d’Etat allemand (Bund) à 10 ans s’est légèrement détendu à 1,47% tandis que les rendements à 10 ans espagnol et italien se sont tendus de 30
    points de base à 6,65% et à 6,02%. L’euro est tombé sous 1,25 dollar.

    REUTERS

  10. http://www.boursorama.com/actualites/l-allemagne-risque-de-voir-tourner-court-ses-ambitions-pour-l-eolien-en-mer-3ae57c9b8582d26666048d154e3e6d9d
    Le numéro un allemand de l’assurance Allianz, très actif dans le financement de parcs éoliens terrestres ou de centrales solaires, a fait savoir qu’il ne comptait pas se lancer dans le domaine des éoliennes “offshore”.

    AHAH un assureur qui abandonne une source de profit, humm a croire qu’il sait qu’il va bientot faire faillite. Ils ont arreté de photovoltaique car le verre ca casse tres facilement.

    Eh oui la naine brune, notre deuxieme soleil arrive
    .°.

  11. La symbolique de VISA:
    1973 : la marque Visa arrive en France
    Carte Bleue s’associe avec la société américaine Bank of America dont la division “coûts” deviendra Visa en 1976, le plus important système de paiement par carte au monde. La marque Visa est née, un nom court, symbolisant l’accessibilité, la praticité, le prestige. Le drapeau bleu, blanc, ocre représentant le logo Visa est apposé sur toutes les cartes destinées à faire des paiements et des retraits en France et à l’international.

    Analyse:
    1973, une bonne date comme celle des interets des dettes des ETAT.

    VI= le chiffre 6 romain
    S= la chiffre 6 en egyptien
    A= le chiffre 6 en?

    DONC VISA= 666
    .°.

  12. QUI COMPREND LA SYMBOLIQUE DU PASTIS?
    http://fr.wikipedia.org/wiki/Pastis

    Ce que ne dit pas wiki, c’est que etre dans le pastis c’est etre dans la merde.
    analyse:
    1° celelste = 72 ans
    51°= 51*72 = 3672 ans, Or tous les 3600 ans l’homme doit subir l’arrivée cometaire, un cycle perpetuel qui s’etale de 49° a 51° environ.

    Tous les 51°, des destructions partielles de zone de vie auront lieu.
    51° c’esr aussi l’angle formé par le compas d’un bijou FM d’un certains grade.

    Et bien nous sommes dans un beau pastis, bien jaune pisseux ces temps ci.
    .°.

  13. on peut noter qu il existe un lien caché entre visa et le pastis 51

    V= 22 ème lettre de l’alphabet
    I= 9 ème ” ” ”
    S= 19 ème ” ” ”
    A= 1 ère ” ” ”

    total 22+9+19+1 = 51 🙂

    bon il est midi moins le riquard faut que j aille manger ad talleur les zamis

    .
    . .

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici