L’OR, L’ARGENT ET LA REFORME MONETAIRE

387
500 pages d’Histoire ou comment l’Argent métal a pu permettre à certaines civilisations de s’épanouir et pourquoi elles se sont écroulées…
500 pages d’histoires … les conquêtes espagnoles, les corsaires des Caraïbes au service de la Banque d’Angleterre, comme les révolutionnaires mexicains de 1820 ou Pancho Villa …

et JPM et Blythe Masters, Rothschild ou Rockefeller ?   Que va t’il se passer dans les mois et les années à venir ?
Menthalo raconte le rôle de chacun et sa vision de demain, en s’attachant plus à l’Argent, amené à être la bulle du siècle, quand l’or vous sera interdit.

L’imprimeur et le relieur prennent des vacances en août et ferment dans quelques jours.
Le livre étant imprimé en fonction des commandes, si vous le voulez avant la rentrée, commandez le tout de suite. C’est à dire aujourd’hui.

Le livre n’est en vente que sur ce site.   89€
http://www.eau-positive.com/blog-silver.php

50 Commentaires

      • Salut emigrdsouche, l’Europe ne meurt pas elle subit une transformation. Elle passe d’une association de 27 nations souveraines à un gouvernement unique supranational ce qui nous donnera les Etats – Unis d’Europe à l’image des Etats – Unis d’Amérique. Régionalisation > blocs supranationaux > gouvernance mondiale. Comme ce n’est pas possible avec l’assentiment des peuples à l’image du traité de Lisbonne, la minorité dominante le fait par la force du totalitarisme en créant une gigantesque crise économique et sociale. ORDO AB CHAO. On ne va absolument pas vers une Europe qui meurt mais vers une Europe à qui on va conscèder les pleins pouvoirs. Une gouvernance unique et une présidence unique pour l’ Europe des régions. Ce sont les nations qui vont être dissoutes avec un retrait total de leurs pouvoirs régaliens.

  1. je me demande si le vrais Pancho Villa avait une personnalité farfelu comme holywood le décrit

  2. Facebook dans le rouge au 2e trimestre, son résultat correspond aux attentes

    NEW YORK – Le site internet communautaire Facebook, publiant ses résultats financiers pour la première fois depuis qu’il est coté en Bourse, a annoncé jeudi une perte nette de 157 millions de dollars pour le deuxième trimestre.

    Rapporté au nombre d’actions et hors éléments exceptionnels, la société californienne affiche cependant un bénéfice de 12 cents, exactement ce qu’attendaient les analystes.

    La perte nette, alors qu’un an plus tôt Facebook était bénéficiaire à hauteur de 159 millions de dollars, est expliquée par le traitement comptable de stock options accordées aux employés et par des taxes liées à ces rémunérations, qui ont totalisé 1,3 milliard de dollars.

    Le chiffre d’affaires affiche une hausse de 32% pour se placer juste au-dessus des attentes, à 1,18 milliard de dollars contre 1,15 milliard attendu. Facebook a précisé que ses recettes publicitaires avaient progressé de 28% sur un an, à 992 millions de dollars, et qu’elles représentaient désormais 84% de ses recettes.

    L’action plongeait de 8,44% à 24,58 dollars durant les échanges électroniques après la clôture de la Bourse à New York, très loin de son cours d’introduction en Bourse annoncé le 17 mai à 38 dollars.

    Le PDG fondateur Mark Zuckerberg a indiqué dans un communiqué que la société était concentrée sur les investissements dans ses axes prioritaires: l’internet mobile, la plate-forme et les publicités sociales.

    Ses dépenses d’investissement du trimestre ont déjà plus que triplé, à 413 millions de dollars.

    AFP

    No comment…..

    • Dans le livre, cet anecdote est racontée..
      Pancho Villa a touché un chèque de 25.000$, ce qui représentait une belle somme à l’époque, par une compagnie américaine de cinéma, pour que des caméras le filment en permanence.
      Il touchait 500$ de prime, chaque fois qu’ils pouvaient filmer un massacre.
      C’est beau l’éthique des gens de cinéma.

  3. Source : Le Blog des Enculuminatis

    Réforme monétaire prochaine en Allemagne
    Petit résumé de cet article de LifeGen.de

    Une réforme monétaire sera indipensable en Allemagne d’ici l’automne 2013, sans quoi le pays sera banqueroute. Le taux de change sera de 1à4, c’est à dire 1 EUR actuel vaudra 25 cts de la nouvelle monnaie
    http://translate.google.com/translate?hl=en&sl=de&tl=fr&u=http%3A%2F%2Fwww.lifegen.de%2Fnewsip%2Fshownews.php4%3Fgetnews%3Dm2012-07-11-0016%26pc%3Ds02

  4. En voulant payer avec ma carte Visa , il y a eu un refus semble-t-il , contrairement à d’autres sites , avec une motivation en anglais , que je ne comprends pas , la traduction étant également inopérante Comment faire pour acheter le bouquin ?
    Sur un site français , la moindre des politesse c’est qu’on respecte les Français en ne leur imposant l’anglais pour la commande !

  5. Menthalo vous fait l’amitié de mettre toute la quintessence de sa connaissance (à l’heure actuelle) dans son bouquin ceux qui ne sont pas près à lâcher 89€ pour se préparer tant pis pour eux…

    Je vous rappelle qu’il vous pond amicalement es billets gratuitement sur LIESI tout les jours, ne serait ce que pour cela vous devriez vous ruer acheter son bouquin pour le remercier…

    Il n’y aurais plus de valeur dans ce monde d’abrutis ? Enfin c’est ce que je pense, cela n’engage que moi,

    J’ai tenté de traduire cela hier soir si cela vous intéresse :

    “Révélés : des centaines de mots à éviter d’utiliser en ligne, si vous ne voulez pas que le gouvernement vous espionne (et ils incluent « porc », « nuage » et « Mexique ») ”

    http://www.crashdebug.fr/index.php/informatik/securite/5172-revele-des-centaines-de-mots-a-eviter-d-utiliser-en-ligne-si-vous-ne-voulez-pas-que-le-gouvernement-vous-espionne-et-ils-incluent-porc-nuage-et-mexique

    Amicalement,

    L’Amourfou,

  6. [ Je vous rappelle qu’il vous pond amicalement es billets gratuitement sur LIESI touS les jours, ne serait ce que pour cela vous devriez vous RUER (dans les brancards) acheter son bouquin pour le remercier…]

    Elle est bien bonne celle-là…!

      • [ ne serait ce que pour cela vous devriez vous RUER (dans les brancards) acheter son bouquin pour le remercier…]

        C’est ce passage que je voulais mettre, toutes mes excuses!

  7. Source : Michel Santi Economiste et Analyste Financier

    La mère de toutes les manipulations

    Une liste – qui ne prétendrait pas être exhaustive – des escroqueries et malversations du monde de la finance et dévoilées sur la seule période du printemps-été 2012 serait éloquente. Commençons avec un cas ayant duré tout aussi longtemps que l’arnaque de Madoff, à savoir celle commise par le patron de « Peregrine Financial Group », qui volait purement et simplement les avoirs de ses déposants. Pour construire des bureaux à 18 millions de dollars ou pour payer des amendes imposées par les autorités de régulation… tant et si bien que seuls 5 millions restaient sur les comptes de ses clients, supposés se monter à 200 millions de dollars ! Escroquerie comparable du reste à celle, rendue publique à l’automne 2011, dite « MF Global », si ce n’est que c’est là une somme de l’ordre de 1’600 milliards qui manquait à l’appel. Evoquons ensuite les pertes illégitimes de 9 milliards de dollars encaissées sur cette période considérée de 2012 par un trader de JP Morgan Chase surnommé “London whale”, soit la baleine de Londres… Ou l’exemple choquant d’un des premiers établissements bancaires au monde, HSBC, qui devait se révéler un récidiviste du blanchiment d’argent. En effet, malgré des mises au pas en 2003 et en 2007 de la part des autorités américaines, cette banque poursuivit ses relations avec des trafiquants de drogue et avec des entreprises suspectées d’entretenir des liens avec des terroristes. Jusqu’à ce que le Congrès des Etats-Unis sonne la fin des réjouissances en cet été 2012. Mentionnons également au programme du printemps 2012 l’arnaque de la société de cartes de crédit Capital One, obligée de rembourser 210 millions de dollars pour avoir abusivement distribué ses produits aux consommateurs américains.

    Concluons cette liste par la mère de toutes les manipulations, dite du « LIBOR ». En effet, menacée d’être poursuivie par la justice britannique et américaine pour avoir falsifié le taux d’intérêt de référence appelé « London interbank offered rate », la banque Barclays devait payer en Juillet 2012 près de 500 millions de dollars à ces deux pays en règlement amiable de ce litige. En dépit de cet arrangement, ne nous y trompons pas : ce méfait n’est pas qu’une malversation de plus sur les chemins déjà très tortueux de la finance. Etant un des indicateurs de taux les plus importants au monde, le Libor influence en effet les taux d’intérêts de la majorité des monnaies principales car la quasi-totalité des prêts consentis aux entreprises à travers le globe y est indexée. La fraude (présumée) portait sur des hypothèques, des prêts sur cartes de crédit et d’autres opérations consenties en faveur d’entreprises et de privés portant sur un montant global compris entre 500’000 et 800’000 milliards de dollars ! Les sommes impliquées par cette malversation sont pharamineuses car tous les crédits consentis – de l’hypothèque au prêt étudiant ou à celui accordé aux entreprises en passant par le découvert sur carte de crédit – sont plus ou moins corrélés à ce Libor. Ainsi, selon la Réserve Fédérale de Cleveland, plus de la moitié des hypothèques à taux variables aux Etats-Unis sont affectées par les fluctuations du Libor. Pour autant, et en dépit de démissions en masse au plus haut niveau chez Barclays, le scandale ne s’arrête pas là car ces manipulations se révélèrent à deux niveaux. Barclays divulguait à son autorité de tutelle un taux sciemment erroné auquel elle empruntait elle-même sur les marchés dans un double objectif : réaliser d’une part des profits sur les produits dérivés et améliorer par ailleurs son image publique en démontrant qu’elle parvenait à emprunter à des taux intéressants. Ce faisant, cette banque – de mèche avec d’autres établissements satellites – masquait la réalité de sa situation financière à ses organes de régulation, à ses clients et à ses créanciers en affichant des taux faussement favorables sur ses propres emprunts. La filière de manipulation de ce taux d’intérêt aurait infecté une quarantaine de sociétés financières et d’entreprises plus traditionnelles, des dizaines de traders, toutes et tous plus ou moins impliqués à des niveaux différents dans cette nouvelle escroquerie financière révélée en cet été 2012.

    Comment garder confiance en ce système bancaire et financier englué dans tant de scandales, d’escroqueries et de dissimulation ? Les banquiers – qui ne peuvent blâmer qu’eux-mêmes pour leur perte totale de crédibilité- font courir un risque immense à l’ensemble du système financier capitaliste qui repose intégralement sur la confiance. En effet, sans cette confiance précieuse, c’est l’ensemble de l’édifice qui implose, c’est l’argent en circulation (ou monnaie « fiduciaire ») qui perd toute sa valeur et c’est la totalité des instruments financiers qui sont condamnés à être vendus à l’encan. Comment imaginer – et encore moins tolérer – qu’un des établissements financiers principaux au monde ait manipulé pendant de nombreuses années le taux d’intérêt le plus déterminant sur les marchés financiers ? Comment ne pas être outré par ces trois banques universelles les plus importantes – JP Morgan, Barclays et HSBC – ayant survécu à la crise intense de 2008 par la grâce des deniers du contribuable, perséverer néanmoins dans leurs malversations dont l’objectif est de plumer davantage ce même citoyen qui fait appel à leurs services ? Comment un établissement comme Goldman Sachs peut-il justifier avoir usé du plus important levier de toute son histoire en pleine tourmente de 2009 ? Année où, selon le Wall Street Journal, les salaires et bonus de Wall Street ont atteint des sommets comparables aux années 2004 et 2005, soit au plus fort de la bulle spéculative… En réalité, ceux des établissements financiers ayant traversé la crise des années 2007-2009 se retrouvent aujourd’hui encore plus puissants que préalablement à l’implosion de la bulle des subprimes. Une moindre concurrence du fait d’un certain nombre de banques absorbées ou ayant fait faillite, mais également des états endettés et fragilisés – donc à la force de frappe amoindrie – se traduisent aujourd’hui par un monde de la finance qu’il est très dur de combattre.

    Un autre marché – gigantesque et qui nous concerne tous – étant, lui aussi, « susceptible de manipulation ou de distorsion », selon un récent rapport du G 20, à savoir celui des tarifs pétroliers. A l’instar du scandale du Libor, il semblerait que l’intégrité des sociétés de négoce en produits énergétiques soit remise en question dans un contexte où la fixation de leurs prix dépend (comme pour le Libor) de déclarations volontaires d’un certain nombre d’institutions, de fonds et de traders qui divulguent les prix payés sur leurs acquisitions. Les tarifs pétroliers – qui sont donc la résultante ou la pondération de ce système basé sur la confiance – seraient soumis eux aussi à des tentatives de manipulations émanant d’opérateurs cherchant à tirer profit des distorsions sciemment induites. Le tout dans un marché brassant des milliers de milliards de dollars et qui touche de très près notre vie quotidienne et notre pouvoir d’achat. Cet univers de la finance est aujourd’hui devenu si imbu de ses prérogatives et de son pouvoir sur nos vies qu’il ne mesure son succès qu’à l’aune de ses profits. Persuadé effectivement que plus il gonfle ses bénéfices et plus son utilité publique est confortée, il se retrouve emmuré dans une fuite en avant schizophrène, dont le seul avantage est qu’elle l’emmène droit vers son auto destruction. Voilà pourquoi scandales et escroqueries perdurent – voire s’amplifient – cinq ans après le déclenchement de la crise financière la plus aigüe en un siècle. De fait, tricherie et comportements déviants font désormais tellement partie du décor que nul ne s’étonne plus ou ne s’émeut plus outre mesure dès lors qu’une fraude de plus est dévoilée. Voilà pourquoi la publicité de ce scandale – pourtant majeur – du Libor n’a suscité qu’un haussement d’épaules de plus de la part d’observateurs qui se sont fait une raison… Un sondage tout récemment mené par un cabinet d’avocat américain, Labaton Sucharow, auprès de 500 banques et sociétés financières aux Etats-Unis et en Grande Bretagne se révèle à cet égard époustouflant. C’est ainsi que 24% des responsables interrogés admettent l’existence de la fraude comme condition du succès. Par ailleurs, 70% des personnes sondées estiment les autorités de régulation et de dissuasion totalement incompétentes. Il y aurait, en d’autres termes, de multiples raisons pour ne pas commettre de fraudes. La crainte de se « faire pincer » ne serait cependant pas un motif suffisant de ne pas mentir ou de ne pas voler car la sanction serait quasiment nulle…

    http://www.gestionsuisse.com/2012/la-mere-de-toutes-les-manipulations/

  8. J’ai demandé à LIESI de rajouter le texte suivant à l’article ci-dessus:

    Ce livre existe sous forme de e-book depuis quelques mois déjà. Vous trouverez ci-dessous quelques uns des commentaires des lecteurs. Que ceux qui ne sont pas cités, veuillent bien m’en excuser, la page n’y suffirait pas. Ces lecteurs habitent la Belgique, la Suisse, le Luxembourg, Monaco, la Grande Bretagne, le Canada, le Mexique, la Nouvelle Calédonie, Abu Dhabi, le Togo, le Sénégal, l’Algérie, le Maroc ou le Liban et, bien sûr, toutes nos belles provinces françaises.

    Ils ont toutes sortes de profession du savetier au financier: bottier, gérant de hedge fund, conseiller en patrimoine, gérant de fortune, agriculteur, libraire, numismate, collecteur de métaux précieux, ouvrier, boulanger, officier, fonctionnaire de l’UE, retraité, etc.
    Le e-book n’a pas arrêté de s’enrichir de nouvelles informations, jusqu’au jour, où j’ai du en figer une version pour donner le texte à l’imprimeur.

    Dans le prix du livre ou du e-book est inclus un abonnement à mes analyses par mail et des conseils personnalisés. Rares sont ceux qui ne profitent pas de ces derniers et n’échangent pas en privé avec moi en toute amitié.
    Aujourd’hui, cela ne m’intéresse pas de vendre le livre seul. Cela changera peut être si je passe par le circuit des libraires, ce qui n’est pas encore à l’ordre du jour.
    Je suis heureux de ce rapport privilégié avec mes lecteurs et de l’amitié, dont ils m’honorent.

    Merci à vous, vos analyses sont passionnantes, érudites et écrites comme j’aurais aimé savoir écrire ! JMG

    “Tout d’ abord un grand merci pour toutes tes analyses,ton style et tes excellents commentaires. Merci aussi pour l’ebook je l’ai lu,relu,rerelu, du beau travail.” D.S.

    “Merci pour votre livre : j’ai lu les 4 premiers chapîtres, passionnant! quelles manipulations, quel chaos ! Je suis émerveillée de votre savoir et de vos “prédictions” sur Liesi !” MP.R.

    “Encore un grand merci pour toutes vos analyses et prévisions. De la grande classe.” O.W.

    “j’attends aussi le livre de Piero di Giorgio, car je crois que ton livre et le sien sont deux fondamentaux de l’époque actuelle;” I.T.

    Votre travail est spectaculaire. De même que les informations que vous mettez à la disposition des 20 000 lecteurs quotidiens de Liesi. JPD

    Je viens de parcourir les 7 chapitres de votre hibouk commandé dimanche. Je tiens à vous féliciter pour vos recherches et la clarté de vos arguments. JC

    J’ai commencé a lire l’ebook, c’est tout simplement passionnant. Je suis admiratif face au travail déployé pour arriver a faire une telle compilation. MG

    Et je profite de l’occasion pour vous remercier du travail d’information de “culture” que vous faites depuis déjà quelques années. Après avoir lu vos différentes interventions sur différents blog ( Bourso ; HardInvetors … ) j’ai suivi vos conseils et acheté en physique de l’or de l’argent et du cuivre dés 2009 . Aujourd’hui je ne le regrette pas 😉 D.D.

    J’ai lu attentivement ton livre et je le trouve vraiment bien écrit. C’est très intéressant de revenir sur les temps anciens et de voir que le évènements se répètent. C’est un peu comme si les choses sont déjà écrites et que nous ne nous inscrivons pas dans le même “temps” car il est difficile pour nous d’avoir une vue aussi long terme. En tout les cas, j’ai vraiment apprécié cette lecture et c’est avec un grand plaisir que je te commande l’édition reliée, quand elle sortira de presse. M.D.

    Certainement le livre le plus complet sur l’histoire de l’argent. G.L. (gérant de hedge fund)
    —————————————————
    Donc pour l’instant, je ne vais pas mettre le hibouk en vente à 40 balles sur le net 😉
    Je ne vise pas le best seller mais seulement une communauté de gens éveillés, avec qui j’ai plaisir à échanger. C’est un choix.

  9. Je l’aurais bien acheté mais il est quand même un peu cher ton livre, Menthalo.

    Même en librairie on ne le vendrait pas à ce prix-là, alors pour les lecteurs de LIESI…

  10. Tout savoir à un prix, et Internet a la tendance à effacer ce dogme, par la ré éducation des internautes qui bien souvent, pensent qu’internet = gratuit.

    Pour ma part, 89€ ( ou 79€ le pdf) c’est trop chère pour un livre.
    Pour: incroyable somme de connaissances, compréhension poussée des mécanismes, analyses… tout ce travail à un prix, c’est sûr.
    Contre: si c’est vraiment par philanthropie, ça devrait être gratuit.

    Le combat ici n’est pas d’armer les lecteurs de ce livre contre les temps difficiles qui arrivent, mais à se faire de l’argent sur la futur explosion du prix de l’argent métal.

    Les blogs d’informations “alternatifs” sont gratuits. Mais on y trouve parfois du n’importe quoi. Même si la télé ce n’est que du n’importe quoi ;).
    Sur les payants, l’info est peut-être de plus grande qualité, mais dans la mesure où ceux qui ont payé en veulent pour leur argent… quid de l’objectivité?

  11. @shalk : Je cite “Le combat ici n’est pas d’armer les lecteurs de ce livre contre les temps difficiles qui arrivent, mais à se faire de l’argent sur la futur explosion du prix de l’argent métal.”

    Je rétorque , le combat ici est de fournir des informations permettant de protéger les quelques économies que nous avons contre les magouilles des banksters visant à nous ruiner .
    Le combat ici est d’éveiller le plus grand nombre afin qu’ils prennent / aient conscience de la sombre réalité à venir .

  12. 89€, c’est un livre que seul les riches peuvent se permettre de lire. Les pauvres devront se contenter de regarder la couverture. Bonne lecture a ceux qui peuvent se permettre de l’obtenir et solidairement pensaient à nous raconter quelques passages. On se croirait au 18 ème S !

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici