Trader Noé – Analyse du 23 octobre 2012

79

L’indice Future CAC 40 consolide toujours dans son canal ascendant ayant pour origine juin 2012.
Tant que l’indice reste sous les 3560 points, nous pouvons assister à des petites corrections. Cependant, comme nous l’avions évoqué en juillet : pas de catastrophisme pour l’instant. La vitrine doit encore tenir, les élections américaines approchent!
Le support du canal est à 3400 points.
Pour valider une poursuite haussière, il faudra déjà casser la résistance des 3535 puis 3560 pour voir le cours se rapprocher des 3600-3650 points. En revanche, sur une projection plus courte l’indice Future CAC 40 évolue toujours sous 3510 points. Tant que le cours reste en dessous, la tendance courte reste baissière avec comme supports 3423 points puis 3497-3400-3335-3100 points en cas de cassures successives.

De même, pour l’indice E-mini SP 500, nous surveillerons le pivot des 1420-1410 points. La rupture de ce seuil nous inciterait à surveiller le support phare des 1390 points. Pour une poursuite haussière il est impératif que le cours franchisse les 1470 points.

Pour le Bund, nous surveillerons de très près le support phare des 138.5. Sa rupture libérerait probablement une amplification de la correction et nous surveillerons le niveau des 132.

24 Commentaires

  1. Masques et visages des sociétés secrètes (1)

    Les sociétés secrètes ont fait couler beaucoup d’encre, et bien des sites Internet conspirationnistes s’y sont intéressés. L’heure n’est donc plus aux révélations sensationnelles: il s’agit avant tout d’établir si ces sociétés sont un phantasme de conspirationniste ou constituent bien une réalité objective.

    Sur la définition de « société secrète », les dictionnaires Larousse et Robert s’avèrent muets ou laconiques. Le premier se borne au terme « société » (« Réunion de personnes soumises à un règlement commun en vue d’une activité commune ou pour la défense de leurs intérêts »), tandis que le second considère également la notion de secret (« Association qui poursuit en secret des menées subversives »).

    Cette dernière approche demeure limitée, dans la mesure où une société est dite « secrète » du fait de trois critères essentiels : son existence, ses activités et ses membres. Sur cette base, il est possible d’opérer une hiérarchisation en fonction des aspects dissimulés, puis de répartir ces aspects sur une pyramide à trois niveaux, de la base inférieure (visible) au sommet (invisible).

    De bas en haut…

    1 – Au niveau le plus bas apparaissent les sociétés secrètes dites «inférieures». Elles sont les plus visibles, car leur existence est connue, et leurs activités et leurs membres ne sont pas totalement dissimulés. Les plus connues (par exemple, le C.F.R., le groupe Bilderberg, la Trilatérale ou le Club de Rome) font la une des journaux. Ce niveau inférieur est le plus exploité et commenté par les tenants de la conspiration. C’est le niveau opérationnel du pouvoir mondial centralisé, organisé notamment en centres d’études pour l’application de la stratégie mondialiste, et couvrant tous les domaines des sociétés industrialisées : politique, économie, éducation, santé, culture, etc.

    Au sein de ces sociétés, le casting des membres est impressionnant : rois, présidents, ministres, députés, capitaines d’industries, scientifiques nobélisés, stars du show business, etc., dont les activités réelles font l’objet d’une aura de secret (ainsi, les réunions du groupe Bilderberg dans des palaces protégés comme de véritables camps retranchés).

    En réalité, ce premier niveau agit comme un écran de fumée, le grand public croyant que le pouvoir mondialiste s’exerce au sein de ces différentes structures – ce qui est crédible si l’on n’y jette qu’un regard superficiel. En effet, on sait par exemple que le C.F.R. américain, créé en 1921 et fort d’environ 3 000 membres, accueille dans ses rangs tous les présidents et secrétaires d’États américains depuis 1939, tous les directeurs de la C.I.A. et 80% des chefs d’état major et des hauts fonctionnaires.

    À ce niveau de pouvoir opèrent également la plupart des loges de la franc-maçonnerie moderne, réparties sur la Terre entière et pouvant faire office de viviers de recrute¬ment pour les structures supérieures.

    2 – Au niveau supérieur apparaissent les sociétés secrètes «intermédiaires». Ce sont les sociétés cadres qui diffusent et contrôlent l’exécution par les sociétés secrètes inférieures de la stratégie du gouvernement mondial invisible. Elles font l’objet d’un secret total car leurs noms, buts et membres sont inconnus. Si ces structures viennent à être découvertes suite à une divulgation, alors elles cessent leurs activités ou mutent sous une forme à nouveau secrète.

    En guise d’exemple, citons ici l’ordre des Illuminés de Bavière – les fameux Illuminatis auxquels se réfèrent sans retenue les internautes de la conspiration. Cette société véritablement secrète est fondée en 1776 par Adam Weishaupt, associé laïc de la compagnie de Jésus. En réalité, elle voit le jour en 1773, lors d’une réunion des personnalités européennes les plus influentes (notamment Amschel Mayer, fondateur de la dynastie financière qui se fera appeler Rothschild) durant laquelle est décidée la mise en place d’un plan visant l’instauration dans les siècles à venir d’un gouvernement mondial invisible.

    Les Illuminés de Bavière sont en fait l’une des résurgences occultes des Jésuites, dont l’ordre fut dissout par le pape Clément XIV en 1773. L’ordre des Illuminés est d’ailleurs érigé sur la même structure que les Jésuites, dont il reprend la discipline morale rigide et le culte du secret protégé par une organisation en cercles concentriques impénétrables.
    Ceci deviendra la structure type des véritables sociétés secrètes occidentales anciennes comme actuelles. À l’instar des jésuites qui ont dissimulé leur organisation secrète sous l’apparence d’un ordre religieux, les Illuminés feront de la franc-maçonnerie moderne naissante leur paravent, en créant dans toute l’Europe des loges Illuministes.

    En 1777, Adam Weishaupt se fait initier franc-maçon. Il déclare par la suite : «Une grande partie de notre force réside dans le secret. (…) Les loges de la maçonnerie sont le voile le plus commode pour dissimuler nos buts élevés». Les plus grandes figures de l’état major de la révolution française, Mirabeau en tête, sont des Illuminés. Quelques décennies plus tard, Karl Marx codifie et adapte la doctrine illuministe dans son manifeste du parti communiste. Créée en 1884 en Angleterre, la Fabian Society, née de cette même impulsion, sera la matrice occidentale de l’internationale socialiste, doctrine politique du Nouvel Ordre Mondial en voie d’achèvement.

    3 – Au plus haut niveau de cette organisation pyramidale opèrent les sociétés secrètes supérieures, qui sont réellement secrètes. En effet, à cet ultime niveau de pouvoir, ces groupes occultes ne sont guère identifiables car ils ne portent aucun nom et tous leurs membres se connaissent personnellement.

    C’est à ce niveau totalement inaccessible aux niveaux inférieurs que les plus hauts initiés du gouvernement invisible décident de la véritable stratégie mondialiste. Dans cette sphère opaque, le pouvoir se transmet par hérédité ou par une cooptation dont les critères dépassent tous les référentiels politiques, moraux et même humains qui jalonnent la vie des profanes. Ces personnages, médiatisés ou totalement inconnus, sont souvent appelés Supérieurs Inconnus, S.I. en abrégé, clin d’œil à Saint-Ignace et à la Societas Jesu (Compagnie de Jésus).

    La tripartition

    Tout comme pour chaque organisme vivant autonome, cette répartition sur trois niveaux est calquée sur l’organisation tripartite. Le pôle supérieur de la tête, d’où émanent les pensées et la compréhension, élabore la stratégie et prend les décisions qui s’ensuivent. Le pôle central du cœur, qui rayonne dans tout l’organisme, transmet les impulsions (décisions) nécessaires au fonctionnement de tous les organes. Enfin, le bassin, réservoir d’énergie et de force, s’occupe de la mise en œuvre des décisions transmises.

    Analogiquement, l’organisation pyramidale des sociétés secrètes est fondée sur cette tripartion organique. C’est d’ailleurs la base de la structure dyarchique du pouvoir mondial, conçue au 19ème siècle par Saint Yves d’Alveydre et soutenue ensuite par l’occultiste Papus. Ce modèle synarchique énonce le principe de la séparation entre l’autorité (la tête) et le pouvoir (le cœur et le bassin).

    L’autorité est organisée en un conseil mondial totalitaire inamovible et intemporel. Ce sont les Supérieurs Inconnus. Le pouvoir, quant à lui, remplit la fonction d’exécutif technocratique et peut être remplacé ou modifié à souhait pour faire croire au grand public que ses choix démocratiques sont appliqués.

    C’est l’image si célèbre de la pyramide du N.O.M. représentée depuis 1919 sur le billet vert de un dollar. Mais c’est avant tout le symbole que l’Ordre des Illuminés de Bavière adopte en 1776 (date figurant en chiffres romains au bas de la pyramide). L’autorité des Supérieurs Inconnus inamovible et intemporelle est représentée par le sommet de la pyramide détaché de son corps, le pouvoir exécutif temporel qui asservit démocratiquement les masses.

    • Très intéressant gy et comme disait Sherlock Holmes (intelligemment repris par un des commentateurs ici il y a quelques jours), quand on a enlevé toute hypothèse impossible et qu’il ne reste qu’une hypothèse improbable alors c’est cette dernière qui est la vérité.
      La problématique avec l’élément supérieur, c’est justement le fait qu’il ne peut être que totalement secret, seulement connu des membres qui le composent et encore… En effet, j’irais plus loin en disant que logiquement, il n’est même pas nécessaire que ce niveau supérieur soit organisé. Il doit exister de fait pour les gens qui le composent, sans avoir besoin d’être “exprimé”.
      Il reste toutefois 2 approches :
      Soit ce niveau supérieur ne représente que l’organisation “mondiale” de la société occidentale (dont la source serait la Mésopotamie et l’Egypte) et alors il existe une opposition potentielle concernant la société asiatique.
      Soit ce niveau supérieur est bel et bien totalement mondial, en dehors de toute connotation ethnique même si certains groupes ethniques peuvent être plus influents. Ce dernier point supposerait une naissance antédiluvienne et/ou extra-terrestre.

  2. Mardi 23 octobre 2012 :

    La BCE prise au piège.

    La BCE, détenant 210 milliards d’euros de «junk bonds» dans son bilan, ne peut pas risquer une faillite des pays en crise. Sa recapitalisation inévitable par les gouvernements, voire les contribuables, ruinerait sa réputation. C’est pour cette raison qu’elle refuse catégoriquement un «hair cut» de la dette grecque. La fuite en avant est sa seule stratégie viable, elle est prise dans le piège de l’euro.

    Wolfgang Glomb, membre du comité consultatif de CONCILIUS, membre du Conseil d’analyse économique franco-allemand.

    http://lecercle.lesechos.fr/economie-societe/politique-eco-conjoncture/monnaies-et-taux/221156805/bce-prise-piege

    En clair :
    Deuxième défaut de paiement de la Grèce —> la BCE subit des pertes colossales —> la BCE se tourne vers ses actionnaires, les 17 banques centrales nationales, pour qu’elles recapitalisent la BCE.

    Et ensuite, ça se complique :
    – Voyons d’abord le premier cas de figure. Les 17 banques centrales nationales acceptent de recapitaliser la BCE : chaque chef d’Etat a alors deux possibilités :
    1- un chef d’Etat choisit d’augmenter les impôts de ses contribuables nationaux. Avec cet argent, la BCE est recapitalisée, et toute la zone euro peut continuer encore quelques mois.
    2- un chef d’Etat choisit de vendre l’or détenu par la banque centrale nationale. Avec cet argent, la BCE est recapitalisée, et toute la zone euro peut continuer encore quelques mois.

    – Dernier cas de figure : les 17 banques centrales nationales refusent de recapitaliser la BCE —> faillite de la BCE —> retour aux 17 monnaies nationales —> réarmement des 17 banques centrales nationales.

    • Le dernier cas signifie la délivrance des Européens de ce monstrueux esclavage, mais cela signifie l’échec de l’UE et de l’euro ; bien au contraire les fanatiques de l’euro préfèrent que toute la zone euro coule avec eux plutot que d’avouer qu’ils se trompent!!!

  3. D’un côté il est juste de dire que la bourse ne reflète plus l’économie réelle (96% des échanges sont de la pure spéculation, les cours sont manipulés au cric…), de l’autre je pense qu’il est aussi correct de dire que la bourse finit par réfléter quand même l’économie réelle.
    Les crises financières sont juste un rééquilibrage entre la bourse et l’économie réelle. Les initiés s’en sortant car pouvant grâce justement à leur position d’initiés sortir avant la correction.
    L’idée objective est de savoir si la correction se fait car les manipulateurs ne peuvent tenir la position déséquilibrée plus longtemps ou si la correction se fait car elle suit un but plus grand (dans ce dernier sens, cela voudrait dire que ce ne sont pas des cycles gonflement/récession mais plus vu comme une spirale où chaque tour permet en même temps le nettoyage du “cycle” terminant et la mise en place des conditions du nouveau “cycle” ascendant (ou descendant selon le point de vue où on se situe)).
    C’est toute la réflexion entre les tenants d’une Elite qui cherche un but (le NOM) mais qui ne maîtrise pas tout voir peu (et alors elle ne serait qu’opportuniste des cycles naturels) et les autres qui considèrent que le chemin est globalement maîtrisé (et que seulement quelques éléments ne peuvent être sous contrôle et donc qu’il nous faut cibler ces éléments).
    Dans la réflexion de la spirale, je m’intéresse d’ailleurs actuellement au sujet du mouvement de notre système solaire dans notre galaxie. son mouvement est une spirale, les mouvements des planètes autour du soleil (qui lui aussi progresse) est donc aussi en forme de spirale etc… Il y a peut être beaucoup d’idées intéressantes dans cette réflexion et de raprochement à faire sur notre Histoire (thème de l’ascension etc…). Si quelqu’un a des liens à me proposer…

    • les initiés sortent parfois avant les corrections mais achètent souvent pendant les corrections.
      Ils achètent ce que les gogos pensant que le système va exploser vendent c’est par la qu’ils s’enrichissent.

    • Delamarche, au bout d’un moment ça lasse.

      Que nous dit-il ?
      “ça se casse la gueule”, “aucun espoir”, “les chiffres sont truqués”, “la bourse est irrationnelle”…

      Comment fait-il pour vendre quelque chose à ses clients ? Cela reste un mystère pour moi.

      Ce qui est ennuyeux, et curieux, c’est qu’il n’y a aucune analyse de fond.
      Comme c’est un gars intelligent, il fait le contrariant, mais pas trop.
      S’il allait au bout de sa logique, au bout de son questionnement, il finirait par devenir conspirationniste et disparaitrait des écrans télé.

      Quant au barbu de 3 jours, ou c’est un imbécile, ou c’est un lèche bottes qui pense faire carrière en allant dans le sens des ses maîtres du marché. (ou inclusif)
      (BFM TV c’est M Alain weill)

      • Regardez les perf des fonds de platinum gestion. Ce que peu de gents qui écoutent delamarche font d’ailleurs. Par contre toutes ses analyses ne sont pas fausses.

      • @exar
        En effet, vous avez raison exar,
        Delamarche me fait penser à un pingouin qui a très bien compris que la banquise est en train de fondre et qui sauve sa peau en sautant d’icebergs en icebergs.
        A ce jeu il est très habile, voire subtil.
        Ce que j’essaie de faire comprendre, c’est qu’il vaudrait mieux rejoindre la terre ferme, si l’opportunité se présente. (or, argent, terres, maison, ou son entreprise)
        Ses analyses restent superficielles. (Bernanke, bilans des entreprises, QeX, fondamentaux de l’économie)
        Mais, si vous postez sa vidéo, c’est que vous estimez qu’il montre la voie.
        Vous me permettrez de ne pas abonder dans votre sens.

  4. Les années décisives – Laurent Ozon

    L’allocution de Laurent Ozon lors de la conférence de lancement du mouvement Maison Commune qui a réuni 250 personnes à Paris le 20 septembre 2012. A la tribune à sa droite, Piero San Giorgio.

    http://youtu.be/DGZCfMpC2c8

  5. PSA Finance: une aide de 5 à 7 mds€?

    L’Etat apportera des garanties à hauteur de cinq à sept milliards d’euros pour le financement sur le marché de la Banque PSA finance (BPF), qui souffre des difficultés du constructeur PSA Peugeot Citroën, sa maison-mère, a indiqué mardi à l’AFP une source proche du dossier.

    Au cours d’une réunion lundi à Matignon avec le constructeur automobile, le gouvernement a également obtenu qu’un représentant des salariés et un administrateur “indépendant” qui “fasse le lien avec l’Etat” siègent au conseil de surveillance du groupe français, a précisé la même source.

    AFP

  6. Les Bourses européennes chutent lourdement en clôture

    Les Bourses européennes ont essuyé mardi de lourdes pertes, l’aversion au risque s’étant intensifiée dans un contexte de résultats d’entreprises décevants alors que Moody’s a abaissé la note de cinq régions espagnoles.

    Le CAC 40 a perdu 2,2%, la Bourse de Londres a cédé 1,44%, celle de Francfort 2,11%, Milan 1,81% et Madrid 1,64%.

    Les Bourses européennes ont essuyé mardi de lourdes pertes, l’aversion au risque s’étant intensifiée dans un contexte de résultats d’entreprises décevants alors que Moody’s a abaissé la note de cinq régions espagnoles.

    L’indice CAC 40, qui a enfoncé une résistance technique représentée par sa moyenne mobile à 20 jours (à 3.432,93 points), a perdu 2,2% à 3.406,50 points, retombant ainsi à son niveau du 15 octobre dans des volumes fournis (environ 3,2 milliards d’euros sur NYSE Euronext).

    La Bourse de Londres a cédé 1,44%, celle de Francfort 2,11%, Milan 1,81% et Madrid 1,64%. L’indice EuroStoxx 50, qui regroupe les principales valeurs de la zone euro, lâche 2,1% en clôture provisoire.

    Le taux à 10 ans de l’emprunt d’Etat espagnol remonte à 5,63% à la suite de la décision de Moody’s, contre 5,5% lundi.

    REUTERS

  7. transition energétique, transition vers de nouveaux matériaux de synthèse capable de remplacer le pétrole …
    Chimie verte: Global Bioenergies promet une forte croissance après ses découvertes

    PARIS – La société française de chimie verte Global Bioenergies a annoncé mardi avoir creusé ses pertes lors de son exercice annuel 2011-2012 mais a promis une forte croissance du fait de ses récentes découvertes dans sa quête de plastiques d’origine végétale.

    Nous nous attendons à ce que les résultats obtenus sur les différents procédés se traduisent par un chiffre d’affaires en forte croissance, indique son PDG Marc Delcourt, cité dans le communiqué.

    Entre juillet 2011 et juin 2012, la biotech basée à Evry (Essonne) a subi une perte nette de 3,5 millions d’euros, contre 1,5 million un an plus tôt, du fait de l’augmentation de ses dépenses de recherche et développement, indique-t-elle dans un communiqué.

    Cette perte s’est traduite par une érosion des capitaux propres à 3,9 millions d’euros et de la trésorerie à 4,0 millions d’euros. Le chiffre d’affaires hors subventions de la PME a progressé mais est resté non significatif à 251.000 euros.

    Global Bioenergies, qui s’est introduite en Bourse l’an dernier et a levé 3 millions d’euros supplémentaires cet été, est spécialisée dans les procédés de production d’hydrocarbures par fermentation de produits végétaux, un créneau très prometteur pour se passer de pétrole.

    Elle développe une technique permettant de produire à partir de source végétale de l’isobutène (qui peut être convertie en carburants, plastiques, verre organique et élastomères) et a annoncé début octobre avoir mis au point une méthode pour obtenir du propylène là aussi de source végétale.

    Le propylène, dont le marché mondial avoisine les 90 milliards de dollars, permet entre autres de produire du plastique, le domaine sur lequel Global Bioénergies a décidé de se concentrer.

    GLOBAL BIOENERGIES

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici