Elections américaines : les sondages seraient favorables à Obama…

78

Selon les derniers sondages publiés aux Etats-Unis, voici la carte probable des résultats des élections présidentielles du 6 novembre prochain :

Si l’on en croit ce que donnent les sondages, le président Obama remporterait la victoire dans les Etats qui assurent le plus de voix selon le système électoral américain. Il remporterait la victoire avec 303 grands électeurs contre 235 pour le candidat républicain.

Pendant ce temps, les ministres des Finances doivent se rencontrer à Mexico pour discuter de “crise”. Les Américains vont faire valoir les “bonnes” statistiques publiées ces dernières semaines et le doigt accusateur sera sur l’Europe avec la crise des dettes souveraines… comme d’habitude.

Pendant ce temps, en France : “On observe d’ailleurs une cohérence entre MM. Ayrault et Hollande, qui se trouvent ensemble dans la même vision de défiance de l’opinion à leur égard”, écrit Edouard Lecerf, commentant le baromètre de novembre de TNS Sofres-Sopra group pour Le Figaro Magazine.

23 Commentaires

  1. pourtant sur les forums depuis l’ouragan
    on peut lire ça
    BARACK OBAMA DOSEN’T CARE ABOUT WHITE PEOPLE !
    BLAME OBAMA FOR HURRICANE SANDY !
    MAKE SURE YOU VOTE FOR MITT ROMNEY TUESDAY !
    etc…………………

  2. “Mariage” homosexuel : le cardinal André Vingt-Trois sonne la fin de la récréation http://christroi.over-blog.com/article-mariage-homosexuel-le-cardinal-andre-vingt-trois-sonne-la-fin-de-la-recreation-112062365.html ( VIDEO )

    Le cardinal André Vingt-Trois n’a pas mâché ses mots, samedi matin, en ouvrant l’assemblée des évêques de France qu’il préside à Lourdes. Il a requalifié le projet de “mariage pour tous” légalisant le “mariage” homosexuel en « mariage de quelques-uns imposé à tous », une « supercherie » (celle de ne pas «reconnaître la différence sexuelle»), et une «discrimination entre les enfants».

    Sur le plan politique, il a récusé la légitimité de «l’élection présidentielle» et celle des «législatives» qui ne sont pas «un blanc seing automatique» quand il s’agit de réformes qui «touchent très profondément les équilibres de notre société». La démocratie comme souveraineté du peuple atteint ici ses limites: celles de la loi naturelle. Le projet de “mariage” homosexuel et d’adoption par des couples” homsexuels est un exemple type de conflit entre “volonté générale” (“souveraineté du peuple”) et les droits de l’homme (droit de l’enfant d’avoir un père et une mère). Le prélat a ainsi insisté sur le droit des enfants «à être élevé» par «ceux qui l’ont engendré. Il a cité à cet égard l’article 7 de la Convention internationale relative aux droits de l’enfant.

    Mgr Vingt-Trois a ajouté: «Dans certaines situations exceptionnelles, des personnes peuvent, pour le bien de l’enfant, assumer généreusement la responsabilité parentale. Elles ne peuvent jamais se substituer totalement à l’homme et à la femme qui ont engendré l’enfant»

    Il a donc appelé à nouveau les chrétiens «à saisir leurs élus en leur écrivant des lettres personnelles». Et, pour la première fois, montant d’un cran, il a poussé à manifester contre ce projet de loi même s’il n’a pas prononcé ce mot. Mais il a clairement affirmé que les chrétiens «doivent» utiliser «les moyens d’expression» d’une «société participative» pour faire «entendre» leur point de vue.

    Enfin, compte tenu de la «gravité de l’enjeu», l’archevêque de Paris a réclamé au gouvernement un «large débat national» de façon à échapper «à la pression ostentatoire de quelques lobbies». Précisant que l’Église catholique ne défend pas ici des «privilèges confessionnels» mais «la fonction sociale du mariage qui ne dépend d’aucune religion». Une fonction «d’alerte» des consciences revendiquée par l’Eglise.

  3. Aucune importance pour ces élections, les 2 candidats sont programmés pour la même horreur. Le maitre israelien décide de tout sans que 7 millards d’individus le traite selon ses mérites c’est a dire comme un vers de terre. Tous les dirigeants sont soumis au même maitre et aucun n’est capable et n’a le courage de l’annoncer publiquement et préfère rester dans son vomi et continuer sans cesse à mentir. Comment peut on encore se regarder dans un miroir quand on se soumet chaque jour à de telles bassesses. ? Les militaires défendent ceux qui vont les détruire et minablement, ils continuent d’exécuter des ordres immoraux. Pauvre monde pourri jusqu’à la moelle.

  4. Obama et Romney composent leur future administration en coulisses

    Tout comme dans le camp Obama, Mitt Romney et ses conseillers s’activent pour préparer la composition d’un cabinet rapidement opérationnel. Article traduit du “Washington Post”.

    Tandis que la course présidentielle entre dans sa dernière ligne droite, Mitt Romney et ses principaux conseillers préparent une série d’annonces concernant la composition de son cabinet dès la semaine prochaine — immédiatement après le scrutin — dans l’hypothèse où le candidat républicain emporterait la Maison Blanche, selon des conseillers qui travaillent sur sa campagne et la préparation de la transition.

    Depuis des mois, l’essentiel des manœuvres politiques à Washington tournait autour du président Barack Obama, assuré dans les sondages d’un deuxième mandat et dont la réélection, pour ses partisans, semblait assurée. Plusieurs personnalités de son équipe, dont la secrétaire d’état Hillary Rodham Clinton et le secrétaire au trésor Timothy Geithner ont clairement annoncé leur intention de quitter leur poste, même en cas de victoire, mettant en branle un processus d’audition des prétendants au poste, parfois visible de l’extérieur.

    La course apparaissant de plus en plus serrée, toutefois, de hauts responsables républicains ont entamé les manœuvres destinées à décrocher un siège dans l’administration Romney. De leur côté, ses conseillers affectés à mener le “readiness project”, une initiative interne destinée à assurer une transition harmonieuse au cours des 77 jours qui séparent l’élection et l’entrée en fonction, ont dressé des listes de candidats potentiels pour les principaux postes du cabinet et de la Maison Blanche — y compris les gens amenés à prendre rapidement les commandes en cas d’une victoire de Romney, afin de compléter le reste de son équipe dirigeante

    …/….( suite )

    http://tempsreel.nouvelobs.com/presidentielle-us-2012/20121102.OBS7944/obama-et-romney-composent-leur-future-administration-en-coulisses.html#xtor=EPR-3-%5BActu17h%5D-20121103

  5. États-Unis : Qui remportera les élections? Les «républicrates»

    Global Research, 26 octobre 2012

    Il n’y a pas de démocratie aux États-Unis.

    La vie politique étasunienne est dominée par un parti à deux têtes, que l’on appelle souvent les « républicrates ».

    Les républicains et les démocrates s’entendent sur les questions de fond et ne débattent que sur des détails. Obama, que l’on présentait comme un sauveur pacifique aux dernières présidentielles a démontré durant ses quatre années en poste qu’il n’est pas très différent de son prédécesseur.

    Le « bilan guerrier » du lauréat du prix Nobel de la « paix » Barack Obama est pire que celui de George W. Bush; les droits civils des Étasuniens ont encore diminué pendant les quatre dernières années et le président Obama a démontré qu’il est plus près des gens de Wall Street que des gens ordinaires.

    Mitt Romney et Barack Obama, c’est du pareil au même en ce qui concerne des questions clés, explique Glen Ford :

    Lors des deux « débats », tout observateur impartial a très clairement vu le consensus qui existe entre Barack Obama et Mitt Romney sur les questions fondamentales de la guerre et de la paix, de la domination de la vie étasunienne par Wall Street et de l’austérité budgétaire. En l’absence d’une résistance populaire efficace contre le duopole de l’argent, la crise économique et sociale ne parvient pas à créer une crise politique correspondante chez les dirigeants. Par conséquent, il n’y a rien d’important à débattre. (Glen Ford, Obama-Romney: The Duopoly Debates Itself)

    Mais comment les débats présidentiels sont-ils réglementés? L’histoire de la Commission des débats présidentiels démontre comment et pourquoi les autres partis sont exclus du débat politique et tenus loin de l’ouïe et du regard du public :

    La Commission des débats présidentiels (CDP) est une entreprise privée dirigée par les anciens présidents des partis républicain et démocrate. La CDP est un duopole permettant aux candidats des deux principaux partis de rédiger des ententes secrètes à propos des dispositions des débats incluant les modérateurs, le format du débat et même les participants. Il en résulte une parodie criblée d’arguments stériles et non controversés excluant systématiquement les voix dissidentes que les Étasuniens veulent entendre. (VIDÉO : Spartacus Moriarty,The Truth About the Commission on Presidential Debates)

    En 2008, alors que les Républicrates s’entendaient sur le plan de sauvetage de Wall Street, TOUS les autres candidats étaient contre cette fraude institutionnalisée massive. Grâce à la CDP on a fait croire aux Étasuniens que non seulement le plan de sauvetage était inévitable, mais qu’il était dans l’intérêt de la population. Les Étasuniens n’ont pas pu entendre les voix dissidentes opposées à cette dette odieuse. Il en va de même pour le dessein impérial des Républicrates, alimenté par une « guerre au terrorisme » et des changements de régimes, défendus à la fois par Romney et Obama comme étant des initiatives « humanitaires » légitimes.

    Cet extrait du dernier débat montre à quel point les deux principaux partis banalisent la tyrannie étasunienne dans le monde. Les deux seuls candidats présidentiels autorisés à « débattre » peuvent déclarer nonchalamment à la télévision nationale que leur pays est supérieur à tous les autres et qu’ils désirent armer des étrangers afin de renverser un chef d’État étranger et le remplacer par un leader « amical », tout cela, curieusement, au profit des valeurs que l’Amérique défend de toutes ses forces : « les droits humains […], la liberté d’expression et les élections […] »

    Romney : Bien je… je suis absolument convaincu que l’Amérique a… a une responsabilité et le privilège d’aider à défendre la liberté et promouvoir les principes qui… qui rendent le monde plus pacifique. Et ces principes comprennent les droits humains, la dignité humaine, la libre entreprise, la liberté d’expression, les élections. Parce que lorsqu’il y a des élections, les gens ont tendance à voter pour la paix. Ils ne votent pas pour la guerre. Donc nous voulons promouvoir ces principes partout dans le monde.

    […]

    Obama : L’Amérique demeure le seul pays indispensable. Et le monde a besoin d’une Amérique forte et elle est plus forte aujourd’hui que lorsque je suis entré en fonction.

    […]

    Romney : Comme je le mentionnais, nos objectifs sont de remplacer Assad et d’avoir en place un nouveau gouvernement qui nous est sympathique, un gouvernement responsable, si possible. Et je veux m’assurer qu’ils soient armés et qu’ils aient les armes nécessaires pour se défendre, mais aussi pour renverser… pour renverser Assad.

    Comme on l’entend des sources du renseignement même aujourd’hui, les… les insurgés sont très disparates. Ils ne se sont pas unis. Ils n’ont pas formé de groupe uni, de genre de conseil. Cela doit se produire. L’Amérique peut aider à produire cela. Et nous devons nous assurer qu’ils ont les armes nécessaires pour jouer le rôle très important qui consiste à se débarrasser d’Assad.

    […]

    Obama : Ce que vous venez d’entendre de la part du gouverneur Romney c’est qu’il n’a pas d’autres idées. Et c’est parce que nous faisons exactement ce que nous devrions faire afin de promouvoir un leadership modéré en Syrie et une… une transition efficace pour que nous puissions écarter Assad. C’est le genre de leadership dont nous avons fait preuve. Nous allons continuer à faire preuve de ce genre de leadership. (FoxNews, Transcript: October 22 Presidential Debate, 22 octobre 2012.)

    Il est extraordinaire de voir comment les deux candidats font en chœur la « promotion de la démocratie » tout en appelant à renverser un chef d’État en armant des gangs terroristes pour faire le travail. Et peu importe qui sera en fonction dans la foulée des élections de novembre, il « continuera à faire preuve de ce genre de leadership ».

    Bill van Auken, a qualifié le débat de « spectacle politique répugnant » :

    Dans ce que l’on ne peut qualifier que de spectacle politique répugnant, à la fois les questions posées par le modérateur et les réponses fournies par les candidats des deux principaux partis capitalistes ont commencé avec la prémisse voulant que l’impérialisme étasunien a le droit irréfutable de défendre ses intérêts en tuant n’importe qui et en détruisant n’importe quel pays jugé comme étant un obstacle.

    Aucune tentative n’a été faite pour examiner les intérêts plus vastes du capitalisme étasunien sous-jacents aux guerres, aux occupations et aux campagnes d’assassinat qui ont dominé les affaires internationales au cours de la dernière décennie. Cela a donné l’impression que la contestation de ces politiques est à la fois interdite, futile et va au-delà des limites acceptables de la politique étasunienne. (Bill Van Auken, Obama and Romney concur on War, Assassination and Reaction)

    Même si les deux partis représentent deux côtés de la même médaille, le comportement frauduleux n’est pas exclu de l’équation présidentielle. Rappelant la fraude électorale de 2004, une nouvelle controverse a surgi concernant les postes de vote : les Romney « possèdent-ils votre vote »?

    Par le biais du fonds à capital fermé nommé Solamere, Mitt Romney, sa femme, son fils et son frère sont d’importants investisseurs de la firme H.I.G. Capital. Celle-ci est actionnaire majoritaire de Hart Intercivic et y détient trois des cinq sièges du conseil d’administration. Hart Intercivic est une société propriétaire des postes de vote notoirement défectueux qui compteront les bulletins de vote dans l’État clé de l’Ohio le 7 novembre. Les postes Hart seront également utilisés ailleurs aux États-Unis. (Gerry Bello, Bob Fitrakis, et Harvey Wasserman, United States. Does the Romney Family now Own your E-Vote?)

    [La] famille Romney, à savoir Mitt, Ann, G Scott, Tagg Romney, ainsi que le 6e fils de Mitt et président de la campagne de financement détiennent une société de financement par capitaux propres nommée Solamere Capital Partners. Les liens de cette société avec la campagne de M. Romney et ses organisateurs sont déjà bien documentés tout comme ses rapports avec la fabrication et la distribution de postes de vote. Toutefois la filiale de cette société de financement par capitaux propres n’est pas aussi bien documentée. Celle-ci engage d’anciens employés d’une société ratée liée au scandale Iran-Contra et à une combine à la Ponzi ayant une longue histoire de blanchiment d’argent pour les cartels de la drogue latino-américains. (Gerry Bello et Bob Fitrakis, Employees of Romney family’s secret bank tied to fraud, money laundering, drug cartels and the CIA)

    Article original: Who Will Win the Elections? “The Republicrats”

    http://www.mondialisation.ca/etats-unis-qui-remportera-les-elections-les-republicrates/5309718

  6. Défiance du peuple français à l’égard de ses politiques dites vous LIESI ? Mais non ! Vive la France Black Blanc Beur au nom de la laïcité franc maçonnique anti Chétienne. Vive la démocratie humanitaire en Syrie incarnée par François Hollande. Vive notre cher président qui combat son énnemi de toujours : La finance !
    Vive l’idéologie de la gauche caviar pour un peuple unique dans un monde global. Aujourd’hui, certaines personnes ont peurs d’un conflit type Kosovo en France. Je suis au regret de leur dire que ça ne passera pas par la laïcité Black Blanc Beur, bien au contraire ! Revenons sur la destruction de la patrie Yougoslave au nom du laboratoire ” Régionalisme dans la sphère supranationale.”

    Durant la seconde guerre mondiale, la division SS ( 21ème division de montagne Skanderberg ) chargée plus particulièrement ” d’homogénéiser ” la population du Kosovo en exterminant la population Serbe. Tito interdira le retour des Serbes sur leurs terres qui avaient du fuir sous la menace de l’occupant Albanais. Le communiste Tito autorise l’immigration de masse des Albanais qui fuient l’Albanie où règne la dictature Stalinenne. Moi je vous le dis tout de suite, ça n’est ni dans le communisme, ni dans la capitalisme que je m’y retrouve.

    En 1974, Tito cède aux revendications de plus en plus agressives des Albanais du Kosovo, il change la constitution et crée deux provinces autonomes au sein de la Serbie. La Voivodine au nord et le Kosovo au sud, où les Albanais deviennent majoritaires grâce à leur politique anti-Serbe. ( de 35% en 1939, ils passent à 70% en 1945 ).
    La politique de terreur Albanaise est très fructueuse puisque 220 000 Serbes quittent le Kosovo entre 1968 et 1988. Au passage on a une pensée pour le conflit entre les Israëliens et les Palestiniens. Bref, les Albanais deviennent majoritaires dans la province à hauteur de plus de 80%. Lorsque le Kosovo devient autonome, c’est une véritable catastrophe pour les Serbes qui subissent une véritable épuration éthnique. ” Quelque chose me dit que ” la France colorée ” à la Ségolène Royale n’est pas une bonne idée à terme.

    En 1987, Slobodan Milosevic au peuple Serbe : ” On ne vous frappera plus jamais.” Milosevic supprime le statut de province autonome et le Kosovo redevient une région Serbe à part entière, relevant ainsi directement de Belgrade. La réponse Albanaise ne se fait pas attendre, l’UCK est né. En 1995, c’est la mort de la patrie Yougoslave.

    En 1996, l’Otan arme l’UCK. UCK qui signifie : Armée de libération du Kosovo Albanais. Tiens ça me rappelle quelque chose moi ! Il ne faut pas oublier qu’après la Yougoslavie les Albanais ont promis le même sort à la Grèce. Nous sommes en 2012 et si le cas échéant, je me demande par quel miracle la Grèce pourrait se défendre.

    Voilà comment l’on anéantit une nation au travers de l’immigration de masse organisée. Comment on lance un programme de Régionalisation en faveur d’entités supranationales au détriment de la souveraineté d’un peuple.

  7. Entretien avec Etienne Chouard : le pouvoir antisocial de l’argent

    Etienne Chouard nous montre comment le mécanisme de l’élection politique est intimement lié au
    pouvoir de l’argent.
    Une explication qui met en lien la création monétaire et la concentration des richesses avec la nécessité d’écrire nous-même notre constitution pour se protéger des abus de pouvoir des plus riches.

    http://www.youtube.com/watch?feature=player_embedded&v=WKBj8rtiL6Q

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici