L’étalon or de l’Europe au XXIème siècle contre le Martien de Warren Buffett

114

Par Adrian E. Ash, 29 oct. ’12  –

L’or pourrait être en fait utilisé à bon escient dans la crise actuelle de la zone euro…

« Imaginez que vous devez au monde deux mille milliards d’euros mais vous vous asseyez aussi sur la 4ème plus grande réserve d’or physique au monde », écrit Adrian Ash de BullionVault.

Il devrait y avoir un moyen pour que l’Italie puisse utiliser ses réserves d’or pour diminuer sa dette publique, non ?

Tout d’abord, la réserve d’or de la Banca d’Italia n’est qu’une goutte dans l’océan. Ajoutez ses réserves de devises étrangères en fait, et le tout est égal à simplement 7,8% de la dette publique italienne. Rome doit un monstrueux 123% de la production économique annuelle du pays, deux fois la limite supérieure fixée (et ignorée) par les pays de l’euro. Donc, mis à part la laisser nue dans un paysage post euro tout à fait possible, piller les réserves de la banque centrale résoudra à peine le problème.

Deuxièmement, ces 2 451 tonnes d’or appartiennent à la banque centrale, pas au gouvernement. Il en est de même avec les 50,6 milliards d’euros en devises étrangères. Et sous les divers traités de l’Eurosystem que Rome a signés quand le pays a rejoint la plupart du reste de l’Europe de l’ouest en cherchant des taux d’intérêt allemands bas sans les épargnes élevés allemands, cela a poussé les réserves en dehors de la portée du gouvernement.

Regardez la réponse énergique de la Banca d’Italia, par exemple, à la tentative en 2009 de Silvio Berlusconi, quand il était premier ministre, d’écrémer un peu d’or pour fonder les dépenses actuelles. Circulez, s’exclamait la Banca, alors dirigée par le président actuel de la Banque centrale européenne, Mario Draghi. Car mis à part pour le budget bunga bunga de Silvio, les pays de la zone euro ne peuvent pas utiliser les réserves de leur banque centrale pour financer le déficit du gouvernement. Ce qui veut dire, à première vue, que les énormes réserves d’or de la région (plus d’une once tous les trois onces détenus pas des mains officielles dans le monde entier) sont effectivement mortes.

« L’or est extrait du sol en Afrique, ou ailleurs », comme l’a déclaré Warren Buffett aux étudiants d’Harvard en 1988. « Puis nous le fondons, creusons un autre trou, et l’enterrons à nouveau et payons des gens pour qu’ils restent dans les environs pour le garder. Il n’a pas d’utilité. N’importe qui observant depuis mars se gratterait la tête ».

Mais peut-être que Buffett, comme son Martien, ne se creuse pas assez la cervelle.

Ne le soufflez pas trop fort, mais deux solutions sont trimbalées à droite à gauche qui pourraient voir l’or être en fait utilisé par les gouvernements pour mettre de l’ordre dans le désordre qu’ils ont créé. Tout d’abord, affirme le Conseil des experts économiques en Allemagne, chaque pays de la zone euro avec une dette publique de plus de 60% de son PIB annuel devrait mettre des actifs (comme l’or, ou le Parthénon ?), dans un « fond d’amortissement». Ce fond sera sécurisé par ces actifs, que les membres récupéreront alors après avoir payé leur excès de dette, au-dessus du plafond de 60%, sur une période de 20 ans.

Vous suivez jusqu’ici ? Berlin, non. La chancelière Angela Merkel a rejeté cette idée il y a un an, peut-être parce que l’Allemagne (comme la France, la Hollande et presque tout les autres) devra rejoindre ce programme. Le plus grand propriétaire d’or de la zone euro ainsi que sa plus grande économie, l’Allemagne, a maintenant une dette publique égale à 83% du PIB. Mais la crise ne s’est pas améliorée depuis novembre 2011. Et le fond d’amortissement est une idée allemande.

De plus, parce que la crise de la zone euro est causée par certains pays faisant face à des coûts d’emprunt largement plus forts que les états membres, pourquoi ne pas les laisser utiliser leur or pour lever des fonds sur le marché de façon plus économique ? C’est ce que le Conseil mondial de l’or ou World Gold Council propose.

L’Italie et le Portugal par exemple pourraient émettre de nouvelles dettes du gouvernement en partie adossées à l’or. Les deux ont des réserves d’or de taille importante comparées à leurs besoins financiers immédiats. Les deux pourraient obtenir très probablement des taux d’intérêt plus favorables des prêteurs privés s’ils obtiennent la promesse d’un paiement en partie en or dans le cas d’une défaillance. Donc les deux pourraient être hautement encouragés d’éviter la défaillance, et ainsi perdre tout ou partie des ses réserves d’or. Et comme la directrice des affaires du gouvernement au Conseil mondial de l’or, Natalie Dempster, me l’affirmait la semaine passée, diminuer leur rôle dans la crise (surtout de l’Italie) permettrait à la zone euro de concentrer ses ressources acquises avec l’impôt sur d’autres pays dans le besoin, comme notamment la Grèce et l’Espagne.

Plus crucialement, cette idée ne requerrait pas l’impression de monnaie, puisque la dette serait fondée par des prêteurs privés, plutôt que par la Banque centrale européenne.

Maintenant, les réactions à ces idées ont été jusqu’ici mitigées. Le Financial Times était positif en fin d’été. L’article sur le sujet par le Wall Street Journal la semaine dernière l’était moins. Il y a toujours le problème légal d’utiliser de l’or pour aider à financer la dette du gouvernement. Il y a aussi le problème de laisser chaque pays de la zone euro couler ou nager par lui-même, plutôt que de patauger ensemble dans la grande piscine du programme d’experts allemands.

Mais l’idée d’offrir de l’or en nantissement pour obtenir des emprunts moins chers est une pratique courante en Asie. Cela a révolutionné le crédit à la consommation en Inde par exemple, où les ménages détiennent plus d’or que ce que tous les pays de la zone euro ont ensemble. Et comme l’étude positive soumise au parlement européen par le professeur Ansgar Belke de l’université de Duisburg-Essen montre, utiliser l’or en nantissement pour un appel de fond plus économique n’est pas quelque chose de nouveau pour les gouvernements.

« Au cours des années 1970, par exemple, l’Italie et le Portugal ont employé leur réserves d’or comme nantissement pour les emprunts à la Bundesbank, la Banque des règlements internationaux (BIS) et d’autres institutions comme la Banque nationale suisse. L’Italie, par exemple, a reçu un sauvetage de deux milliards de dollars de la Bundesbank en 1974 et a placé son or en nantissement. Plus récemment, en 1991, l’Inde a placé tout son or en nantissement pour un emprunt auprès de la Banque du Japon et autre. Et en 2008, la Riksbank de Suède a utilisé son or pour lever des fonds et offrir plus de liquidités au système bancaire scandinave. »

Oui, contrairement au sens commun et aux pratiques actuelles de la zone euro, les gouvernements peuvent et ont pu mettre l’or à bonne utilisation. Et longtemps après le déclin de l’étalon or classique semble signifier que Auric Goldfinger a battu James Bond et a effectivement irradié les réserves officielles d’or du monde (dans le film, pas dans le livre), les rendant inutilisables. Ils n’ont pas besoin de les vendre et de les perdre, comme ils l’ont fait il y a dix ans, au moment où l’histoire s’est terminée et que le risque de crise semblait aussi éloigné que la sortie de la Grèce de la zone euro.

Adosser une partie des dettes à l’or remonte bien au-delà des années 1970. Sous l’étalon or victorien, la Banque d’Angleterre fut autorisée à imprimer des billets de banques au-delà des réserves d’or actuelles détenues dans ses coffres. Au cours des 80 années suivantes (le summum du commerce international permis par cette chambre de compensation de Londres [London clearing house]), l’exigence de la Banque d’Angleterre fut baissée de façon sûre à une once d’or pour trois onces équivalentes en livres sterling papier. Donc deux tiers de la monnaie adossée à l’or de la Grande Bretagne n’étaient pas adossés, en bref, avec « la promesse de payer » encore imprimées sur tous les billets de banques cependant.

Pour quiconque observe depuis la planète Mars, adosser en partie une dette émise aujourd’hui semblerait étrangement similaire.

Source: http://or.bullionvault.fr/

A propos de l’auteur :

Adrian Ash. Les points de vue d’Adrian sur le marché de l’or sont régulièrement repris par le Financial Times et AFX Thomson. Il dirige actuellement le bureau de recherches de BullionVault, un des moyens les plus simples et les plus économiques au monde d’acheter et d’investir dans l’or. Après avoir été responsable éditorial pour Fleet Street Publications — l’homologue britannique des Publications Agora — il a été correspondant du Daily Reckoning à la City de Londres pendant quatre ans. Il intervient désormais régulièrement dans les publications de 321gold.com, FinancialSense, GoldSeek, Prudent Bear, SafeHaven et Whiskey & Gunpowder ainsi que sur plusieurs sites internet d’investissement.

 

49 Commentaires

  1. Média: le directeur d’Eutelsat est de nationalité israélienne

    IRIB- Eutelsat prétend être européen, mais il est présidé par un Israélien.

    Gordon Duff, éditorialiste de «Veterans Today», en Grande-Bretagne, a déclaré, lundi, au journaliste de la chaîne Press TV, que le directeur de l’opérateur satellitaire Eutelsat, dont le siège se trouve, en France, est de nationalité israélienne, et qu’il applique les politiques que lui dictent les milieux extrémistes israéliens. Gordon Duff a critiqué le silence des pays européens, quant à l’arrêt de la diffusion des chaînes iraniennes, en Europe, et a déclaré : «Quant Eutelsat a décidé d’interdire la diffusion des chaînes iraniennes, pour mettre fin à la liberté d’expression, en Europe, certains ont critiqué cette décision, mais personne n’a évoqué le rôle d’Israël», a-t-il ajouté.

  2. Le 21 février 1791, le secrétaire au trésor du président Washington, Alexander Hamilton a établi the First Bank aux Etats- Unis. Une banque centrale privée Américaine. Il était soutenu par les Rothschild avec une charte de 20 ans. Lorsque le Congrès a voté contre le renouvellement de la charte 1811, Nathan, le fils de Rothschild a déclaré :

    ” Les Etats – Unis vont se trouver impliqués dans une guerre des plus désastreuses.” L’année suivante, la guerre de 1812 débuta.

    Les Rothschild ont soutenu Karl Marx qui a publié en 1848, le manifeste communiste ( le communisme, qui selon Markow, est un ordre maçonnique et ses dirigeants sont Francs – Maçons ), qui exige la nationalisation de la propriété privée et la destruction de la liberté individuelle et des familles au nom de ” l’égalité.” Une expérience qu’ils ont menée en Russie, 70 ans plus tard, au prix de 40 millions de paysans y compris les Juifs russes.

    ” Si l’on permet le déclenchement de la troisième Guerre Mondiale, la dévastation sera si considérable que les internationalistes en arriveront a prétendre que seul un gouvernement mondial soutenu par une force de police internationale permettra de résoudre les différents problèmes nationaux et internationaux, rendant impossible de nouvel guerres. ( Je précise que c’est un discours qui a été tenu par le président Mitterand au siège de l’ONU sous son mandat). Cet argument paraîtra logique à de nombreuses personnes qui oublient toutefois que les dirigeants Communistes Orientaux et les dirigeants Capitalistes Occidentaux ont l’intention de mettre à exécution en lieu LEURS idées de dictature athée totalitaire. Les personnes qui entendent demeurer LIBRES ne peuvent adopter qu’un seul type d’action. Elles doivent soutenir le Christianisme contre TOUTES les formes d’athéismes et les politiques de laïcité.” DES PIONS sur L’ECHIQUIER, page 491, William Guy Carr.

    Esaïe 14.12-14 :
    12 – Te voilà tombé du ciel, Astre brillant, fils de l’aurore ! Tu es abattu à terre, toi, le vainqueur des NATIONS !
    13 – Tu disais en ton coeur : Je monterai au ciel, j’élèverai mon trône au dessus des Etoiles de Dieu, je m’assiérai sur la montagne de l’ASSEMBLEE ( la démocratie maçonnique laïque, la gouvernance mondiale de Jérusalem qui sera en réalité une dictature athée totalitaire ), à l’extrémité du SEPTENTRION. ( ” Si nous pouvions franchir ces solitudes mornes, si nous pouvions passer les bleus septentrions.” Victor Hugo ).
    14- Je monterai sur le sommet des nues, je serai semblable au très- Haut.

    Notre combat n’est pas seulement contre la chair et le sang, mais contre les forces spirituelles des Ténèbres qui dirigent les personnes exerçant de hautes situations sur cette terre. ( Ephésiens VI, 12 ).

  3. PUB de carrefour pour pampers qui propose 3 vaccins gratuits avec les couches qui a vu cette pub ? c est pareil qu avec delamarche ils se foutent de nos petites geules

    • à propos des vaccins , je vous redonne la copie d’un article interressant et une remarque d’un internaute trouvé sous l’article :
      (Les laboratoires français utilisaient comme adjuvant le calcium qui est absorbable par l’organisme, jusqu’au moment où les labos américains les ont rachetés et étendu l’utilisation de l’aluminium pour un meilleur profit.
      Si vous vous faites vacciner 5 années de suite contre la grippe avec un vaccin qui contient de l’aluminium, vous avez 10 fois plus de risques d’avoir la maladie d’Alzheimer.)

      l’article :
      L’Association d’entraide aux malades de myofasciite s’alarme de l’inertie des pouvoirs publics et de l’abandon des recherches sur les dangers des sels d’aluminium.
      La lettre a été envoyée le 17 octobre dernier. Elle attend toujours la réponse de Marisol Touraine, la ministre des Affaires sociales et de la Santé. Voilà pourquoi Didier Lambert, président de E3M, l’Association d’entraide aux malades de myofasciite à macrophages, est furieux.

      Cette maladie très invalidante – elle touche environ 600 personnes -, qui se caractérise par une fatigue chronique, une faiblesse musculaire et des troubles neurocognitifs, est associée à la persistance pathologique de l’hydroxyde d’aluminium utilisé dans certains vaccins.
      Pathologie découverte en 1998

      L’hydroxyde d’aluminium est un produit utilisé depuis 1923. Il a remplacé comme adjuvant dans les vaccins le phosphate de calcium (constituant naturel de l’organisme, qui crée donc moins d’effets indésirables) au début des années 1990. L’aluminium entre dans la composition des principaux vaccins : diphtérie, tétanos, coqueluche, hépatite B, polio, hépatite A, méningite.

      Le professeur Louis Lery, ancien chef des vaccinations à l’Institut Pasteur de Lyon, estime que si on veut déclencher une allergie chez des animaux pour une expérience médicale, il suffit de rajouter des sels d’aluminium.

      Les adjuvants permettent de mieux stimuler la réponse immunitaire des patients. Le problème est qu’il reste dans les cellules et continue de stimuler le système immunitaire. L’aluminium peut entraîner la formation de granulomes (petites tumeurs), de nodules (lésions cutanées), au point d’injection dans les mois qui suivent la vaccination.

      C’est en août 1998 que le professeur Romain Gherardi et son équipe annoncent dans « The Lancet » la découverte d’une nouvelle pathologie musculaire inflammatoire d’origine inconnue baptisée myofasciite à macrophages (MFM), qui touche des hommes et des femmes de tous âges. Les biopsies pratiquées sur les 25 malades diagnostiqués à l’époque révèlent la présence d’une concentration anormale de cellules immunitaires, les macrophages, dans les muscles.

      La présence d’inclusions cristallines dans les macrophages mise au jour par les travaux du centre de myopathie de Bordeaux lance les chercheurs sur l’établissement d’un lien entre ces cristaux d’aluminium et la virulence de la réponse immunitaire, la réaction inflammatoire ayant été localisée dans le muscle de l’épaule.

      Dans cette lettre, Didier Lambert rappelle les termes du rapport de l’Institut national de veille sanitaire (INVS) de 2003 : « De nombreuses études montrent à présent que l’aluminium peut être toxique pour les plantes, les animaux et l’homme. » Et il ajoute : « L’Académie de médecine admet maintenant (juin 2012) que les sels d’aluminium injectés dans l’organisme atteignent le cerveau. »

      Or l’unité Inserm de l’hôpital Henri-Mondor de Créteil, qui travaille sur « vaccins et sels d’aluminium », est privée de financement (lire ci-dessous l’interview du professeur Romain Gherardi).

      « Nous avons les preuves, avance Didier Lambert, que le refus de l’Agence nationale de sécurité du médicament (ANSM) de financer les travaux de l’équipe du professeur Gherardi n’a aucune justification scientifique. »

      « Une décision inique »

      Pour étayer son propos, le président d’E3M a remis un dossier intitulé « les preuves d’une décision inique » à plusieurs personnalités politiques. Ce dossier fournit une liste de courriers : une lettre du 6 septembre 2012 du directeur de l’ANSM, assurant au professeur Romain Gherardi « Votre projet n’a pas été classé en rang favorable » ; puis l’évaluation des experts envoyée par l’ANSM le 3 octobre 2012. Le premier expert estime que c’est un « bon dossier de financement proposé » et explique : « Je considère au nom de la société civile et des patients qu’il faut aller au bout du bout pour lever les doutes. Les enquêtes INVS/Afssaps ne les ont pas levés aux yeux de ceux qui craignent. »

      Le deuxième expert confirme : « Très bon dossier. Devrait être financé. » Et avance : « Projet scientifiquement important du fait de la présence de l’aluminium dans les produits de santé. » Enfin, le jury, après l’évaluation des experts, le classe « acceptable » en commentant : « Le rapport entre macrophagic myofasciitis et des adjuvants reste à démontrer. »

      Didier Lambert ne manque pas d’avancer certaines incohérences : « L’avis du jury s’éloigne notablement de l’analyse des experts. L’avis synthétique transmis par l’Agence nationale de sécurité du médicament (ANSM) le 6 septembre n’a rien à voir avec l’avis des experts ayant évalué le dossier de recherche. »

      Le Nobel « enrage »

      Si on peut donc s’étonner de l’attitude de l’ANSM (qui vient de changer de nom et de président), le manque d’engagement derrière le projet des chercheurs de l’hôpital Henri-Mondor explique aussi que l’association E3M sonne l’alerte.

      Elle s’appuie sur de nombreuses déclarations dénonçant la toxicité de l’aluminium. Le professeur Luc Montagnier, prix Nobel de médecine, a reconnu au micro de RCF le 2 mai 2012 : « Ce sont souvent les adjuvants qui créent ces problèmes de réactions anormales aux vaccins. J’enrage de voir que ce problème est totalement nié pour des intérêts pharmaceutiques, des intérêts politiques. »

      Le président de E3M n’est pas le seul à se préoccuper de la question. La députée européenne Michèle Rivasi (qui tiendra une conférence de presse à Paris le 12 novembre), qui, depuis l’apparition il y a dix ans du syndrome de la guerre du Golfe, s’intéresse de près à l’incidence des vaccins sur le développement de la myofasciite, va interpeller les agences et le ministère de la Santé. Elle témoigne que, depuis dix ans, les pouvoirs publics mettent sciemment des bâtons dans les roues de l’équipe du professeur Gherardi. « Ce n’est pas la première fois, remarque-t-elle, que l’État est en situation de collusion avec les intérêts des grands laboratoires pharmaceutiques et privilégie leurs intérêts économiques plutôt que l’intérêt sanitaire du pays. Un des grands fabricants de vaccins en France reste Sanofi, qui a effectivement de nombreuses questions économiques à résoudre ces temps-ci. »

      Sanofi Pasteur protège chaque année dans le monde plus de 500 millions de personnes contre des maladies infectieuses. Et investit plus de 1 million d’euros par jour dans la recherche et le développement. Actuellement, 13 vaccins sont en cours de développement ou en instance d’approbation. Et Michèle Rivasi de surenchérir : « Il est temps que cette loi sur les lanceurs d’alerte soit votée. Sinon, chaque chercheur qui met en avant un problème risque de se retrouver attaqué par les lobbies en retour. »

      Quant à M. Lambert, il se méfie de l’hystérie qui entoure la moindre discussion concernant la vaccination. Sa demande est claire : la suppression des sels d’aluminium, pas celle de la vaccination.

      « L’Agence de sécurité du médicament se déjuge »

      Le professeur Gherardi supporte depuis dix ans des bâtons dans les roues de sa recherche.

      « Sud Ouest ». Votre unité Inserm de l’hôpital Mondor est à la pointe de la recherche dans le domaine des sels d’aluminium injectés dans l’organisme. Or l’ANSM (1) vient de retoquer deux de vos projets de recherche, contre les attendus des experts. Comment réagissez-vous ?

      Romain Gherardi. Je suis très en colère, parce que cela fait dix ans que nous travaillons sur le sujet et sans un centime. Nous avons fonctionné sur la dotation récurrente du labo, un peu d’argent pris sur d’autres projets et ce que nous a versé une association de patients, E 3M. De plus, j’ai appris que l’ANSM ne voulait pas que nous puissions concourir lors du prochain appel d’offres concernant notre recherche, parce que j’étais tellement impliqué intellectuellement que je me trouvais quasiment en position de conflit. Je trouve la ficelle un peu grosse.

      Qu’est-ce qui vous paraît incompréhensible ?

      L’ANSM se déjuge elle-même. Elle n’agit pas pour le retrait de l’aluminium des vaccins alors qu’elle le préconise pour la cosmétique.

      Pourquoi les sels d’aluminium vous paraissent-ils si dangereux ?

      C’est le deuxième métal le plus présent dans notre environnement. Or, depuis toujours, les êtres vivants, du plus petit organisme cellulaire à l’homme, ont installé un système de barrière contre l’aluminium pour l’empêcher de se disséminer dans le corps. Quand les sels d’aluminium arrivent à pénétrer dans le cerveau, ils n’en ressortent pas. Nous risquons de développer une intolérance à l’aluminium, d’autant qu’il peut s’opérer un cumul via d’autres sources que les vaccins, par exemple le dentifrice, les cosmétiques, l’eau de boisson.

      Chez les personnes atteintes de myofasciite, soupçonnez-vous l’impact d’autres éléments que les sels d’aluminium ?

      Nous avons tous été vaccinés. Or nous ne sommes pas tous malades. On peut donc soupçonner une sensibilité de nature génétique. D’autant que nous avons pu constater que les cellules macrophages qui se déclenchent pour capter les sels d’aluminium sont capables de se mettre en position d’immortalité tant qu’elles n’ont pas fini le travail, que les sels ne sont pas dissous. Or certains gènes seraient responsables de la déficience de la cellule à assumer son travail de nettoyage.

      Il suffirait de changer les adjuvants des vaccins pour régler le problème. En dispose-t-on ?

      Jusqu’en 1987, les vaccins de l’Institut Pasteur étaient adjuvantés sur du phosphate de calcium, qui ne présente pas la toxicité de l’aluminium et dont l’utilisation ne génère aucune polémique.

      À quoi attribuez-vous la lenteur des décisions dans cette affaire ?

      Je m’en tiens aux faits. Mais je crains qu’il s’agisse d’un problème économique et qu’on attende que les adjuvants soient prêts pour montrer que l’on résoud le problème sans remettre en cause la stratégie économique des laboratoires pharmaceutiques.

      (1) L’Agence nationale de sécurité du médicament.
      source article sud ouest, trop d’aluminium dans nos vaccins ?

  4. Mardi 6 novembre 2012 :

    En Grèce, l’engrenage infernal.

    Oui mais cette fois, si la Grèce fait faillite, ce ne sont pas les banques qui seront en première ligne, mais les créanciers publics qui détiennent désormais près de 200 milliards de dette grecque : les Etats lui ont prêté en direct 53 milliards d’euros – en 2010-2011 – et 70 milliards via le Fonds européen de stabilité (FESF). Le FMI lui a accordé 23 milliards d’euros de crédits, et la BCE détient de son côté 45 milliards d’obligations souveraines acquises en 2010. Les arguments allemands sont recevables, comme ils l’étaient en 2010 : s’il y avait un « haircut » sur la dette grecque, les citoyens européens seraient mis à contribution. Quel gouvernement aura le courage ou l’inconscience d’expliquer à son opinion publique qu’elle va devoir se sacrifier pour de lointains cousins prodigues ? A un an des élections législatives, la chancelière Merkel s’y refuse. Résultat, une nouvelle fois, l’Europe s’oriente vers des demi-mesures. L’opération de « buy-back », ou rachat de dettes, que Berlin serait plus encline à accepter, consiste à prêter à Athènes de quoi racheter sa propre dette décotée auprès de la Banque centrale européenne. Mais une telle opération ne rapporterait que 10 à 11 milliards d’euros, presque une goutte d’eau. Les prêteurs publics pourraient aussi accepter de faire une croix sur les intérêts que doit leur verser la Grèce. Tout vaut mieux pour Berlin que d’avoir à signer un nouveau chèque. Depuis le début de cette crise, les dirigeants européens cherchent à gagner du temps. Il est possible qu’il ne leur en reste plus beaucoup.

    http://www.lesechos.fr/opinions/analyses/0202365170834-en-grece-l-engrenage-infernal-507553.php

    “les créanciers publics qui détiennent désormais près de 200 milliards de dette grecque”

    En clair : les contribuables de la zone euro peuvent se préparer à payer.

    Le deuxième défaut de paiement de la Grèce sera payé par les contribuables de la zone euro.

  5. pas de Mega pour kit Dotcom?

    Internet: le Gabon suspend un site devant être utilisé par Megaupload

    (©AFP / 06 novembre 2012 20h19)

    merci vivendi

  6. Israël demande à l’ONU d’agir à la suite d’incidents sur le plateau du Golan

    NEW YORK (Nations unies) – L’ambassadeur israélien à l’ONU Ron Prosor a envoyé mardi une lettre au Conseil de sécurité pour lui demander d’agir, à la suite d’incursions de l’armée syrienne dans la zone-tampon sur le plateau du Golan occupé par Israël.

    Selon l’armée israélienne, un véhicule militaire israélien a été atteint lundi par des balles perdues tirées depuis le secteur syrien du plateau et le 3 novembre, trois chars syriens étaient entrés dans la zone démilitarisée entre les deux pays.

    Ces incidents représentent une dangereuse escalade qui pourrait avoir des implications importantes pour la sécurité et la stabilité de la région, souligne M. Prosor dans sa lettre.

    Israël fait preuve du maximum de retenue mais considère ces violations répétées par les forces syriennes de l’accord sur la zone de séparation avec une inquiétude extrême, a-t-il affirmé. Il a demandé au Conseil d’agir sans délai pour éviter une escalade supplémentaire.

    Selon la Force des Nations unies chargée d’observer le désengagement (FNUOD), la situation était relativement calme mardi sur le Golan, a indiqué le porte-parole de l’ONU Martin Nesirky. Mais les observateurs de l’ONU n’ont pas constaté le départ des tanks syriens qui s’étaient infiltrés le 3 novembre.

    M. Nesirky a confirmé que les forces syriennes avaient tiré sporadiquement au mortier et au canon de char lundi sur des rebelles syriens et que ces tirs avaient franchi la ligne de cessez-le-feu en deux occasions.

    Le commandant de la FNUOD reste en contact avec les autorites syriennes et l’armée israélienne pour éviter une escalade de la tension.

    M. Nesirky a réaffirmé que la présence de personnel militaire et les opérations militaires dans la zone de séparation constituaient une grave violation de l’accord de désengagement de 1974. Ces incidents pourraient mettre en danger le cessez-le-feu entre la Syrie et Israël ainsi que le personnel de l’ONU.

    Israël est officiellement en état de guerre avec la Syrie. Malgré l’occupation et l’annexion par Israël d’une partie du Golan syrien, que la communauté internationale n’a pas reconnue, les deux pays n’y ont pas connu d’affrontement notable depuis la fin de la guerre israélo-arabe d’octobre 1973.

    Depuis un accord conclu entre les deux pays en 1974, quelque 1.200 membres non armés de la FNUOD patrouillent dans la zone de séparation, d’une largeur de 3 à 6 km.

    S’adressant à la presse après avoir rendu compte de la situation en Syrie au Conseil de sécurité, le secrétaire général adjoint aux affaires politiques de l’ONU, Jeffrey Feltman, a rappelé au gouvernement syrien ses obligations aux termes de l’accord de désengagement.

    Nous constatons déjà les signes d’un débordement (du conflit syrien) au Liban, en Turquie et sur le Golan, a-t-il souligné.

    AFP

    • il est peut être catholique ?

      j’ai un début de piste pour vous aider :
      lire le commentaire de lolo ici :
      Commentaire n°17 posté par lolo le 20/10/2012 à 12h36
      http://www.wikistrike.com/article-le-3-decembre-2012-3-planetes-seront-parfaitement-alignees-avec-les-3-pyramides-de-gizeh-111214594-comments.html#anchorComment

      il vaut ce qu’il vaut mais il a le mérite de présenter un autre son de cloche à propos de quelque chose … de GRAAAAVE qu’il va arriver , qu’il faut avoir peur, ah que la peur ca maintient les gens dans l’obscurantisme le plus stupide qu’il soit,
      et qu’internet adore faire peur aux gens,
      ainsi ils consomment plus d’aliments sucrés, et ainsi cela apporte des bénéfices encore plus importants aux actionnaires du caca rente … (hum, ca fait du bien , je ne sais pas pour vous, mais il y a des nuits comme celle-là où il est bon de remettre les choses à l’endroit, de dépoussiérer ses vieilles idées pour en adopter de nouvelles, plus positives)

      laissez George Luca à sa peur,
      s’il a peur, cela ne concerne que lui,
      et ses semblables …
      Vous écrivez : “initiés ?” moi je dirais qu’au cours d’une partie de carte de poker, on ment tout le temps, et vous ni moi n’avons toutes les cartes en main, attendez le prochain tour, il en faut plus d’un pour être sûr qu’on a perdu la partie in fine

      • tout à fait d’ accord avec vous catherine … j’avais lu quelque part que la peur tue plus de gens dans le monde que n’importe quel fléau ….
        si nous ne maitrisons pas la peur alors nous sommes fragilisés énormément , notre mental doit la contrer , nous en avons bien sûr la capacité …

      • “La peur est une émotion ressentie généralement en présence ou dans la perspective d’un danger ou d’une menace. En d’autres termes, la peur est la capacité de reconnaître le danger et de le fuir ou de le combattre, également connue sous le terme « réponse combat-fuite ».
        Si la gazelle ne fuyait pas devant le lion….
        La peur est une forme de lucidité.
        A ne pas confondre avec la stupidité.

        • bien d’accord avec vous, mais faites bien la différence entre la notion de peur naturelle, interne que nous avons tous, celle qui s’appelle l’instinct de survie
          de celle infligée à nous par d’autres, stimulées par l’extérieur, qui est donc une peur subie, lorsqu’on modifie justement notre propre analyse en nous orientant vers un choix , une décision qui est prise à notre insu.

          peur instinctive c’est tout autre que la manipulation par la peur,
          l’une est génétique, inscrite dans notre patrimoine à tout jamais,
          et l’autre est manipulatoire et tend à faire disparaître la première qui est pourtant très naturelle,

          le processus est facile à contrer,
          c’est l’éveil de nos sens,
          être capable de recevoir l’avis d’autrui sans le suivre comme un mouton,
          sentir ce que l’autre nous envoie comme message est son propre ressenti, et non le nôtre,

          on pourrait en parler des heures, sur ce même sujet, c’est tourner une page quand une personne meurt, lui laisser ses peines et ses regrets, qu’il les emporte avec lui,
          nous sommes tous des êtres neufs, à nous de savoir nous construire sans l’empathie qui bouffe nos propres sentiments, jusqu’à nos vies.

          si chacun de nous élevait ses propres enfants avec le message qu’il doit se construire sans prendre modèle sur ceux qui l’accueillent et lui donnent la vie, chacun de nos enfants nés ou à naître serait capable de prendre de lui-même son libre arbitre, au fur et à mesure de son apprentissage vers l’état d’adulte,

          cela donne des enfants responsables, capables d’aimer sans mentir, sans se mentir,
          capable de donner des coups de pieds aux ennuis, capable de se remettre en question, parce que la réponse il la trouve à l’intérieur de lui, et non dans l’avis des autres,

          une bonne partie du mal être des gens se trouve justement dans cet état qui consiste à tjrs se reposer sur autrui, en pensant que par soi-même il ne trouvera jamais la réponse, et en font des êtres instatisfaits à tout jamais. Incapables de se remettre en question, sauf si on les éveille, qu’il ne faut pas tout attendre des autres, que la réponse est en nous, pas dans la parole de l’autre.

          Je suis sûre que certains traders reussissent parce qu’ils ont en eu cette capacité à se couper de l’avis des autres, que certains chefs d’entreprises sont au sommet parce que justement ils ont su dire non à l’autre,
          que toute réussite personnelle, vie heureuse, accomplie c’est aussi sauvegarder sa bulle intègre, et garder foi en soi, et cette foi ne doit être rapprochée d’aucun sentiment religieux, cette foi là c’est dans nos tripes qu’il faut aller la chercher, la réveiller, la stimuler.

          Avoir des emmerdes parfois ca permet de stimuler nos sens, c’est un état qui permet de se faire le bilan, et oser aussi mettre des barrières, et rebondir autrement.
          Savoir dire non est parfois salutaire. Tout en reconnaissant qu’il n’est pas toujours facile de savoir dire non , qu’on est obligés aussi de mentir pour survivre, on peut pas dire non au patron qui nous demande de faire des heures, non au banquier quand il veut nous couper les vivres, non aux impôts, non à l’école, donc la bulle se rétrécit, à nous de la faire regrandir de la dévelloper sur les rares marges de manoeuvres qu’il nous reste , pour que nous puissions et vivre heureux dans notre temps, et cette société qui veut absolument nous mouler dans un bloc identhique jusqu’à nous diriger dans nos moindres choix.

          Code couleur, code vestimentaire, choix d’un métier, choix d’un mariage, d’un amour, d’un pays, à nous de trouver la bulle qui nous permet de vivre bien et heureux, ….
          sans qu’un Georges Lucas ou un autre nous impose le dictat de nos vies par la peur !

          (désolée de la longueur) bonne journée

      • Il faut avoir peur d’avoir peur

        La conduite d’un peuple se fait sous la houlette de la peur distillée savamment par les outils du pouvoir que sont les médias alignés

        “combat OU fuite” – le choix se fait par discernement du danger à affronter et des forces à combattre
        mais la peur ne doit jamais être notre maitre

      • @ emigredsouche

        Si la gazelle ne fuyait pas devant le lion…., alors le lion ne pourrait s’en nourrir……………………..

        Pour que le lion morde jusqu’à tuer…, la proie doit dans un premier temps, avoir peur et dans un second temps, être suffisamment aveuglée par celle-ci pour fuir et ainsi se condamner à mort en fuyant l’objet de sa peur…………………………

        Tu devrais étudier les mécanismes qui précèdent et conditionnent toute attaque…………..

        Mon ami, la stupidité n’est pas là où la plupart le pense………………………..

        Et si danger il y a, c’est uniquement proportionnel à la peur…………………..

      • Usum,

        Je me rencarderai sur les mécanismes mais dans l’immédiat je me fais ces réflexions en essayant d’y mettre de la rigueur.

        Je flaire bien que la fuite instinctive, ou réflexe de la proie déclenche quelque mécanisme d’attaque instinctif, ou réflexe chez le prédateur.
        Pour autant peut-on imaginer que la proie accroit sa chance de survie à ne pas fuire ?
        Serait-elle moins en danger ?
        J’en doute.
        Par prévention, j’ajoute que s’il n’y a pas fuite, et donc peur, n’y aura-t-il pas pour autant attaque, et donc mort ?
        Ou alors à démontrer qu’il n’y attaque que si peur puis si fuite…
        Je me rencarderai…
        Par ailleurs, qu’en est-il de l’estimation du rapport des forces ?
        La peur surgit-elle qu’en l’absence de réflexion ?
        Je pense pourtant que la peur peut surgir après réflexion et donc par reconnaissance du danger: une peur” lucide”.
        Ou alors à démonter que le danger reconnu, la peur disparait…Pas sûr pour moi.
        Je me rencarderai sur les défintions philosophique de la peur et du danger, et leur dépendance réciproque car si “Et si danger il y a, c’est uniquement proportionnel à la peur”,
        je me dis que le danger peut exister et grandir sans se nourrir d’aucune peur mais par sa non reconnaissance à temps pour diverses raisons dont la stupidité.

        Salutations mon ami.

      • Bonsoir lambda,

        Si tu veux dire que la manipulation est maîtresse, je suis bien d’accord.
        En revanche, j’ai du mal à comprendre avoir peur d’avoir peur…
        Enfin si, je comprends que c’est à contre sens de ce que souhaites dire.
        Selon moi ton intention est plutôt incluse dans cette formule: il ne faut pas avoir peur d’avoir peur.

      • @ émigredsouche

        je maintiens la formule –Il faut avoir peur d’avoir peur – elle est claire et précise

        Le contre-sens c’est justement ce que vous avez pensé : Il ne faut pas avoir peur d’avoir peur –
        C’est tout l’inverse de ce que je disais

        Mais vous maniez à merveille les contre-sens, ce qui ne manque pas de développer des polémiques
        Après tout pourquoi pas ?

        Bonne soirée

      • @ emigredsouche

        Un prédateur ne chasse pas une proie, un prédateur chasse la peur et s’en nourrit…………….

        N’as-tu jamais observé la fuite d’un chat devant l’attaque d’une souris……………..???

      • Le chat, oui, j’ai vu, mais le prédateur qui pratique l’affût ?
        Mais l’un n’empêche pas l’autre.
        Je me rencarderai…

  7. Pour paraphraser Malraux , oui au XXI e siécle l’or sera étalon , ou le XXIe siécle ne sera pas .
    Cependant cela s’accompagne de l’idée qu’un beau jour les élites saisies par la sagesse ou la grace descendant des cieux , lassées de leurs turpitudes , illuminés de la vérité , décretent l’étalon .
    çà ne se passe pas comme çà . L’étalon n’est pas décrété , c’est quelque chose qui leur est imposé par la lassitude et la méfiance des populations . Comme au xvii e siécle ou au xix e siécle . Toutefois il existe une différence entre le 17e et le 19e , qui à mon avis par similitude pesistera au xxi . Un facteur 10 . C’est à dire que comme il se voit déjà , au lieu de 1 unité monétaire = x g d’or
    au 17e , au 19e on a 1 u = 10 fois x g d’or , au 21e on aura 100 fois x g d’or . A cause du progrés , je vais dire . Pourquoi facteur 10 ? C’est à mettre en rapport avec l’horrible question des 20/80 ,
    la population doit s’accroitre du double en 10 fois moins de temps , pour que la monnaie perdure .
    Ce rapport de 10 est biologique , une espéce se nourrit d’autres espéces , y compris par extension le minéral pour les végétaux , mais dans un rapport de un à 10 . Rapport inexpliqué mais constaté empiriquement .

Répondre à Antilluminati Annuler la réponse

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici