La falaise fiscale aux Etats-Unis

170

Par Stefan Grobe, Euronews – Réponse du conservateur Grover Norquist, président de Americans for tax reforms : “Il n’y a pas de compromis possible. Les Démocrates veulent un gouvernement plus grand et veulent plus de taxe pour le financer. Les Républicains veulent un gouvernement plus restreint et ils ne veulent pas augmenter les impôts pour le financer. A quoi ressemblerait un compromis ? Non il n’y a pas de compromis. Les Républicains veulent aller d’un côté et les Démocrates de l’autre”.

Les échanges houleux sur les politiques fiscales pendant la campagne rappellent la difficulté de la tâche à venir. A Washington, lobbyistes, experts des think-tank et officiels à tous niveaux du gouvernement se préparent pour la bataille à la fin de l’année. (Source)

32 Commentaires

    • A resituer la problématique centrale actuelle : la dette publique et son utilisation par l’Oligarchie pour siphonner les richesses de la collectivité et des particuliers.
      Il n’y a pas de grandes nouveautés mais cela peut être utile aux nouveaux entrants sur ce site. De plus, je pense que Liesi a remarqué qu’il est utile de poster assez tôt un article afin de permettre à tout le monde d’échanger. Comme je le répète, l’aspect “espace d’échange” est aussi important ici.
      A défaut de pouvoir pondre un article profond et novateur, cet article a le mérite d’animation du site.
      Bref, il y a des problématiques bien plus importantes dans notre société que ce que vous soulevez mon pauvre Alex.

    • Bonjour,
      il n’y a plus de gaullistes, pratiquement plus de communistes (et c’est tant mieux) . Quant à la SFIO (PS) qui s’est embourgeoisée, après avoir été la colonne vertebrale de la collaboration sous Vichy, la voila vouée au mondialisme . Vous aurez du mal à trouver du monde . A toujours vouloir la changer en mieux, trouver une formulation improbable, ne vous apparaît-il pas que c’est la république elle-même qui est une impasse ? Ou alors, vous avez trouvé le moyen de vivre en république, mais sans laisser les pouvoirs à la bourgeoisie . Autrement-dit, c’est la quadrature du cercle que vous recherchez .
      Tiens, je vous donne une piste . Que diriez-vous d’un retour à la monarchie, c’est à dire un royaume catholique traditionnel ? Il n’y aurait plus de parlement, donc plus de fraternelle, donc plus aucun pouvoir aux franc-mac . Un pouvoir qui ne soit ni issu du peuple, ni de la bourgeoisie . Un pouvoir qui ne sera donc pas, contrairement à ce que nous vivons aujourd’hui, un pouvoir juge et partie à la fois . La plupart des gens pour qui vous votez, payent l’ISF, même à gauche . Quels intérêts de caste croyez-vous qu’il défendent ?

      • C’est une approche soutenue par de nombreuses personnes ici.
        ce n’est pas la mienne. La monarchie a déjà été testée, elle a montré ses faiblesses. Il suffit d’un monarque faible pour que les mêmes entités récupèrent le pouvoir (les Dürer en Autriche, les banqiuers dans les principautés italiennes). L’Angleterre est une monarchie et je n’ai pas le sentiment que ce pays est à la pointe du combat anti NWO.
        Clavreul soutiendra que la France a un destin particulier en ce sens.
        C’est une approche intéressante mais que je ne partage pas (je ne dis pas que j’ai raison mais je n’y adhère pas). Je pense que cette approche est une illusion. Elle se fonde sur de s prophéties mais les évangiles ont prévenu contre les fausses prophéties : quelles sont les vraies, les fausses…
        Il y a de nombreuses pistes à explorer, novatrice. La vraie démocratie étudiée par Etienne Chouard associée à la mise en place d’un revenu universel afin de libérer le citoyen de toute obligation de toute survie physique ET sociale le rendant esclave me paraît une piste intéressante.

      • Le debat est ouvert 😉 .. ne pourrions nous pas trouver un consensus, une representation royale ( christ roy ) une constituante ( chouard ) etc .. est ce possible ?

      • La monarchie héréditaire (pseudo droit divin) nous a démontré, tout au long d’une longue période historique, que l’intelligence, le talent, la connaissance, et le génie sont tout sauf sexuellement transmissibles…

        Un royaume catholique traditionnel, c’est une théocratie qui n’a rien à envier à la charia…

        Quant à ce qui a été abusivement appelé : la démocratie chrétienne, c’est un oxymoron, rien n’est moins démocratique qu’un dogme religieux, surtout en politique…

      • J’ai toujours lu dans les enseignements de Jésus que son royaume n’était pas ici bas. Il l’a suffisamment répété. Je pense donc que ce qu’il voulait dire c’est que le roi des juifs ne devait pas l’être politiquement mais uniquement des âmes. Il laisse ainsi l’organisation sociale donc politique hors du champs spirituel. J’y vois donc une invitation à vivre sa spiritualité individuellement et à rechercher ailleurs l’organisation de la société. Ceci n’empêche nullement la société de suivre les règles fondamentales de l’enseignement de Jésus, à savoir la compassion, l’honnêteté etc…

      • librezen, la religion est un tout . Vous, vous y prenez ce qui vous convient, laissant le reste de côté . Jésus a aussi dit que sur cette pierre il construirait son Eglise . Votre façon de croire, tout seul dans votre coin, ça porte un nom, mais pas celui de religion . Au mieux, vous pourriez vous dire humaniste et libre penseur . C’est la définition exacte d’un républicain laïc, que vous venez de nous faire de vous .

      • non, non, non Alex,
        Car sinon, vous aussi, vous prenez ce qui vous arrange.
        Les évangiles ont bien dit qu’il y aurait de faux prophètes. Alors comment pouvez vous être sûr que la prophétie d’une France monarchique de droit divin n’est pas une fausse prophétie.
        Si je vous suis, toute religion est basée sur la prise de ce qui arrange. La religion catholique est basée sur des choix pendant le concile de Nicée et a donné bcp d’importance à Paul. Et ce n’est pas par hasard, puisque Paul n’était pas juif et que l’objectif de Nicée était de transformer cette religion “juive” en religion de l’Etat romain donc principalement orientée vers des non juifs.
        Vous voyez, on peut le lire comme on le veut.
        Me concernant, je lis les évangiles et seul cela est pour moi incontestable. Et encore, comme cela provient des choix de Nicée, que dois je faire avec les évangiles apocryphes : bref, ce n’est déjà pas simple.
        Donc je ne prends pas ce que je veux. je me méfie de ce qui suit les évangiles, ce qui vient après. Ce qui n’est pas votre cas. parce qu’un personnage a dit telle ou telle chose 1000 ans ou plus après Jésus, si cela vous arrange, hop, vous l’intégrez dans votre raisonnement.
        Vous voyez, finalement, c’est vous qui vous faites votre religion à la carte.

      • @Librezen
        Saint Paul n’était pas juif ? Avant de commencer à faire des raisonnements, assurez-vous de disposer de bonnes connaissances et de ne pas tout mélanger. Saint Paul était un juif pharisien de Tarse issu de la diaspora juive et bercé dans la culture hellénique, c’était un persécuteur de chrétiens jusqu’à sa conversion sur le chemin de Damas.

        Je ne nie pas par contre son importance et notamment le fait que par ses déclarations il est à la source du rayonnement et de l’universalité du christianisme.

        Pour ce qui est de vos commentaires sur la monarchie, vous regardez trop les choses selon un prisme républicain, vous êtes trop attachés à des idées républicaines pour comprendre quoi que ce soit à la monarchie. Le roi c’est d’abord le modèle à suivre, l’exemplarité, ce qui manque cruellement à ce pays, De Gaulle avait d’ailleurs déclaré : “ce qu’il faudrait à ce pays, c’est un roi “, Balzac quant à lui a dit la chose suivante : “en coupant la tête à Louis XVI, la Révolution a coupé la tête à tous les pères de France.”

      • @ el vago,
        Je suis toujours ouvert à apprendre et m’instruire. Donc, effectivement, pour moi Paul n’était pas juif. Je vous fais confiance même si bien évidemment je vais vérifier et recouper vos dires.
        Concernant la monarchie, je suis en accord avec moi même puisque j’explique mon raisonnement par le fait que je ne veux pas suivre un “modèle”, faire confiance à un dirigeant de fait. Donc votre définition du rôle du roi est logique et je ne la conteste pas. C’est même en raison de vos arguments que je ne veux pas de roi.

  1. Homo debitor, chronique de l’Homme endetté 1 et 2

    Eric Toussaint pour l’Université populaire de Bruxelles

    Au cours de son exposé réalisé le 23 octobre 2012 à Bruxelles, Eric Toussaint passe en revue un peu plus de 4500 années d’histoire de l’humanité sous l’angle de la dette et des luttes pour l’annulation des dettes illégitimes, illégales et / ou odieuses. Il aborde dans un ordre chronologique la Mésopotamie de l’âge du bronze, les temps bibliques, la Grèce et la Rome antiques, la révolution française, l’histoire des Etats-Unis d’Amérique, l’élaboration des doctrines Drago, Calvo et Sack, les annulations de dettes odieuses au 19 et au 20 e siècles, la dette imposée à Haïti en 1826, le Traité de Versailles, les suspensions de remboursement de la dette dans les années 1930 (ce que cela a donné en Amérique latine), l’après seconde guerre mondiale, le plan Marshall, l’accord de Londres sur la dette allemande en 1953, la crise de la dette des ann
    ées 1980, la crise actuelle qui a commencé en 2007-2008, les développements récents en Grèce et les défis pour le mouvement social en Europe aujourd’hui.
    Cet exposé d’Eric Toussaint constitue la conférence inaugurale d’un cycle intitulé “Homo debitor, chronique de l’Homme endetté” au cours duquel interviendront notamment Olivier Bonfond, Désiré Prunier, le Théâtre des Rues.

    http://www.dailymotion.com/video/xuwlhg_homo-debitor-chronique-de-l-homme-endette-1-2_news et http://www.dailymotion.com/video/xuwnca_homo-debitor-chronique-de-l-homme-endette-2-2_news

  2. Faire SEMBLANT de batailler, amuse la Galerie et laisse donc du temps au temps….Tout est réglé depuis longtemps…..ils sont déjà d’accord entre-eux…..la “Surprise” sortira du chapeau 1 h avant le Gong….et les Bourses pourront à nouveau s’extasier………

  3. Le « fiscal cliff » ou « mur budgétaire » est une expression imagée désignant la menace que revêt, aux Etats-Unis, l’entrée en vigueur dès début 2013 d’un alourdissement de la fiscalité et de coupes automatiques dans les dépenses fédérales.

    « Fiscal cliff » : les hausses d’impôts prévues

    L’augmentation de la fiscalité promet d’être sévère outre-Atlantique, à la mesure des difficultés budgétaires de l’Amérique. Car s’il bénéficie toujours de faibles taux souverains, l’Etat fédéral est confronté à un déficit abyssal de 7,8 % du Produit Intérieur Brut (PIB) soit 1.211 Mds$ en 2012, selon la Maison Blanche.

    La dette publique, qui a explosé depuis le début des années 2000, atteint, quant à elle, environ 100 % du PIB. 16 000 Milliards $

    Face à ce défi, l’administration Obama ne prolongera pas le dégrèvement bénéficiant aux ménages de la classe moyenne, instauré sous la présidence de George W. Bush. De plus, l’assiette de l’impôt minimum alternatif (AMT) sera élargie.
    Ces deux mesures sont susceptibles de ramener 221 Mds$ dans les caisses de l’Etat fédéral, selon le Bureau du Congrès (CBO). Les charges sociales salariales seront aussi relevées de deux points, soit une ressource supplémentaire pour l’Etat de 95 Mds$, d’après cet organisme indépendant.

    A cet accroissement des recettes s’ajoute aussi la baisse des dépenses. L’expiration du programme de prolongement de la durée de versement des allocations-chômage, voté par le Congrès en 2009, y figure au premier chef. Mais ce n’est pas tout : les administrations fédérales, y compris le tout-puissant département de la Défense, devront se serrer la ceinture.

    Au total, le « fiscal cliff » rapporterait potentiellement, baisse des recettes et baisse des dépenses combinées, un gain de 607 Mds$ dès l’année prochaine, selon les calculs du CBO.

    L’économie américaine va-t-elle se fracasser contre le « fiscal cliff » ?

    Toutefois, les effets du « fiscal cliff » seraient dévastateurs, selon le Fonds monétaire international (FMI).
    « La compression budgétaire pourrait se chiffrer à plus de 4 % du PIB en 2013. Ce précipice budgétaire ferait chuter à pic la croissance américaine, ce qui ne manquerait pas d’avoir des retombées considérables sur le reste du monde », s’inquiète l’institution de Washington dans un Bulletin publié en juillet.

    Le CBO se montre aussi alarmiste sur le « fiscal cliff » : l’organisme prévoit un « affaiblissement de 3 % à 5 % de l’économie » du pays et la perte d’ 1 million d’emplois.

    Il ne tient donc qu’au Congrès de modifier la législation d’ici la fin de l’année. Néanmoins, le contexte politique est, dans l’immédiat, peu propice à l’effondrement du « mur budgétaire. » Barack Obama et le parti Démocrate, doivent composer avec la farouche opposition de la Chambre des représentants, majoritairement républicaine.

    En 2011, les débats acharnés entre les deux camps sur le relèvement du plafond autorisé de dette souveraine avaient d’ailleurs failli mener le pays au bord du défaut de paiement. Le sujet des finances publiques est tellement épineux qu’un accord entre les deux partis avant les élections présidentielle et législatives du 4 novembre apparaît illusoire. Républicains et Démocrates devraient s’ingénier à trouver un terrain d’entente après ces scrutins. Sauf à risquer le retour en récession de la première puissance mondiale.

    A suivre…..

  4. Le prince Charles affirme descendre de Dracula

    Le prince Charles, l’héritier du trône d’Angleterre, a déclaré être un descendant de Vlad l’Empaleur, le cruel chef de guerre roumain du XVe siècle qui a en partie inspiré le Dracula de Bram Stoker (1897), selon USA Today.

    Il a fait cette révélation dans un documentaire non encore diffusé de la chaîne britannique Travel, dans laquelle il s’engage pour la protection des forêts de Transylvanie, en Roumanie. Plus tôt dans l’année, le prince s’est en effet rendu en Europe de l’Est et il est allé pour une journée dans la région où la légende de Dracula est née.

    Selon lui, les généalogistes de la famille royale sont parvenus à établir cette filiation grâce à sa grand-mère, la reine Marie, épouse du roi George V. La BBC explique d’ailleurs que, comme le sanguinaire prince Vlad l’Empaleur, de nombreux membres de la famille d’Angleterre sont atteints de porphyrie, une maladie rare caractérisée par un manque chronique de fer, et notamment à l’origine du mythe des vampires.

    Vlad Drac-ula, comme on l’appelait dans cette partie de Transylvanie, aurait été un prince cruel et assoiffé de sang. Selon la légende, il aurait empalé plus de 100.000 personnes, des prisonniers turcs mais aussi des négociants allemands, et des membres de la vieille noblesse de Transylvanie. Oubliée avec sa mort, cette mauvaise réputation s’est surtout propagée avec l’invention du personnage de Dracula imaginé par Bram Stoker. La BBC rappelle que Dracula veut dire «fils du diable» en roumain.

    Chaque année, des milliers de touristes visitent le château de Bran en Transylvanie, là où Vlad l’Empaleur vivait. Le prince Charles a profité de son voyage en Roumanie pour célébrer le patrimoine naturel du pays, qu’il connaît d’ailleurs bien puisqu’il possède une demeure à Viscri, un village en pleine forêt transylvanienne, et une pommeraie à Malancrav.

    Dans le documentaire sur les forêts roumaines, le prince milite pour la préservation de cet environnement:

    «Nous avons l’obligation morale de préserver cette part de nature intacte et sauvage pour nos enfants.»

    Selon CBS News, le prince Charles a qualifié la Transylvanie de «trésor national» pour la Roumanie, en raison de sa campagne préservée et de ses traditions agricoles vieilles de plusieurs siècles.

    Article modifié le 7/11/11: Mary est l’épouse et non le soeur du toi George V.

    Photo: Château de Bran en Roumanie, mai 2009. Horia Varlan via Flickr CC License by

    LOGO GOOGLE TODAY: beau synchronisme avec la famille royale…

    http://www.google.fr/

    http://www.atlantico.fr/atlantico-light/google-doodle-165e-anniversaire-bram-stoker-auteur-dracula-537814.html

    Petit Rappel:

    Aluminium et Dracula

    Lorsque Abraham Stoker a écrit son roman phare Dracula publié en 1897 personne n’a relevé le secret de son écriture inversée (les vampires n’ont pas de reflet dans un miroir).
    En effet, le passage I 267b du Sefer Ha Zohar (Livre de la Splendeur) nous éclaire : « L’homme qui regarde souvent dans la glace réveille l’esprit mentionné, lequel lui amène « Lilith », la mère des démons.”

    Donc, Dracula = alu card (la carte alu) en écriture inversée, étrange non ? D’autant plus étrange que Dracula injectait le virus donnant la porphyrie.
    Il faut rappeler que la porphyrie est une affection causée par les métaux lourds dont l’aluminium et, les personnes atteintes de porphyrie deviennent hypersensibles à la lumière.
    Le parallèle avec l’injection de vaccins bourrés d’aluminium est pour le moins étrange…
    De plus lorsque l’on sait que le meilleur chélateur de l’aluminium, c’est à dire un produit qui permet d’éliminer les métaux contenus dans l’organisme, est l’ail !!!
    Dans l’Odyssée (Homère), Ulysse est sauvé par Hermès qui lui donne l’antidote au poison de Circé : de l’ail.
    http://gillesbonafi.skyrock.com/3092120889-La-dissolution-de-la-conscience-l-aluminium.html

  5. @librezen;
    je ne vous parle pas d’une quelconque prophétie, concernant des événements à venir, à laquelle chacun est libre d’adhérer ou pas, mais d’un choix . Le choix d’un peuple, de rappeler à sa tête l’aîné des capétiens . De plus, ce n’est pas un personnage mythique, mais il est bien fait de chair et d’os, comme vous et moi .
    En outre, je ne parle pas de la “mission divine de la France” qui serait en devenir, mais d’une réalité historique passée, qui est celle de Clovis et de sa lignée . Autrement-dit, il s’agit juste de remettre en place, ce qui a été interrompu par le fait révolutionnaire . Je ne vois pas en quoi, le chef de la maison de Bourbon serait un faux prophète . la tradition veut juste, qu’après avoir reçu le sacre à Reims, ainsi que le saint chrème, sa personne prenne une dimenssion ecclésiastique . Le roi de France serait l’égal du Pape, ne rendant de comptes qu’à Dieu . C’est aussi ce qui lui confère un droit de préséance sur tout autre monarque . Que voulez-vous, les honneurs sont à la hauteur de la charge . Je vous concède que je doute qu’il puisse guérir les écrouelles, mais la n’est pas le problème . Maintenant, libre à vous aussi, de ne pas être croyant, c’est tout .
    Vous me dites “Il suffit d’un monarque faible pour que les mêmes entités récupèrent le pouvoir ” . Vous envisager donc de ne rien faire, de peur de revenir un jour à la situation actuelle . J’ai envie de vous demander où est le risque, on ne fera pas pire .
    Quant à la reine d’Angleterre, son seul pouvoir est d’inaugurer les maisons de retraite . Soyons un peu sérieux . De nos jours, la seule monarchie reignante est à Monaco . Ce qu’ils font n’est pas si mal, pour un si petit pays . Pour ce qui est des frasques de certains, ce n’est que la contrepartie des strass et paillettes . Il n’y a pas mort d’homme .
    Vous me dites aussi que “La monarchie a déjà été testée, elle a montré ses faiblesses” . La Christ a été crucifié, est-ce une marque de faiblesse pour autant ? L’absence de monarchie, peut aussi être interprêtée comme une mise à l’épreuve des français . Les francs ne sont-ils pas sensés être le bras armé de Dieu ? Cela ne mérite-t-il pas un éxamen de passage ?
    Pour finir, je reviendrais sur la théorie de Chouard . A mon avis, ça ressemble beaucoup à une forme de marxisme revisité . Pour le coup, c’est vous qui êtes dans l’utopie .

    Concernant la mision divine de la France:
    http://www.youtube.com/watch?v=R-wUiNLunXY

    • je comprends votre démarche. Mais je ne la suis pas.
      Tout d’abord, non, les idées d’Etienne Chouard ne sont pas du marxisme revisité, loin de là. Je vous invite à les étudier comme je tâche d’étudier les arguments d’une France monarchique de droit divin. Vous verrez que l’objectif principal est de trouver un système visant à emp^cher une minorité de détourner le pouvoir à son seul intérêt. C’est quelque chose que nous partageons vous et moi car je suppose que dans votre vision du roi de droit divin, ce roi est le défenseur des intérêts de la Nation française.
      Je pense aussi que vous sous estimez la famille royale anglaise. Il est quelques fois préférable d’avoir un vrai pouvoir mais dans l’ombre et de donner l’imprssion à la lumière que l’on a abandonné ce pouvoir dans l’intérêt d’une représentation “démocratique” du pays.
      Notre différence réside dans le fait que je recherche un système où ma liberté ne soit pas dépendante d’une ou de plusieurs personnes. Je veux faire confiance à la majorité et non à uneminorité quelque qu’elle soit.
      Vous comparez le Christ crucifiés et la mort de Louis XVI. Autant la crucifixion est une acceptation de Jésus, quelque chose de nécessaire, autant je doute que cela soit de même pour Louis XVI.
      Enfin, et très important, vous ne pouvez pas dire que le fait de ne pas croire en la divinité du droit roi de France fait de moi un non-croyant. Faut pas abuser. Ce serait aussi idiot de ma part si me basant sur l’eiseignement de Jésus, je disais que votre croyance d’un droit divin pour le roi de France était blasphématoire.

      • Plusieurs remarques .
        Tout d’abord, au lieu de considérer un “droit divin”, pour ce qui est de l’administration du pays, considérez plutôt la “monarchie absolue” . Contrairement à ce que l’on en dit souvent, cela signifie que le roi est loin de faire ce qui lui plaît . Il n’est pas au-dessus des lois, contrairement à ceux qui bafouent le résultat d’un référendum . Les politiques ont même un mot pour désigner la trahison de leurs engagements, ils disent qu’aucun mandat n’est impératif . En français, cela signifie que les promesses, n’engagent que ceux qui y croient .
        Ensuite, un roi n’a pas de fortune, ni de biens personnels . Il vit à la charge du pays, avec le train de vie que nécéssite la fonction . C’est certainement la meilleur garantie, de ne pas être dirigés par des voleurs . Je vous passe ceux qui s’augmentent leurs propres salaires .
        Le fait de primogéniture mâle, nous mets aussi à l’abri des problèmes posés, par tous ceux qui sont en mal de se faire réélire . Tous ces tartuffes, qui promettent l’impossible au peuple crédule .

        Mais pour moi, la monarchie a pour gros avantage sa propre nature . Marx a très bien montré qu’il y aura toujours un contentieux, entre les possèdants et la masse des autres . L’aristocratie a le gros avantage, de produire des dirigeants issus, ni des uns, ni des autres . Le roi est donc juge, mais pas partie . C’est le meilleur moyen, à mon avis, d’avoir une société organisée, à moins de lui préférer l’anarchie .
        Ensuite, je ne vois pas où je compare Jésus à Louis XVI . Vous avez du mal me lire . Pour moi, cet homme était indigne d’être roi . Il ne le souhaitais d’ailleurs pas lui-même .
        Pour finir sur le pouvoir caché de la reine d’Angleterre, ce n’est que pure supposition . Pour le coup, vous faites dans le conspirationnisme .
        Un ami à moi me disait que l’aristocratie a ce grand mérite, de se faire trouer la peau à la tête des armées . Les généraux issus de la bourgeoisie, comme en 1914, n’ont connu de balles pendant leur carrière, que celle des terrains golfs .

  6. @le gaulois libre;
    vous critiquez le côté théocratique de la monarchie . Libre à vous de le penser, puisqu’il s’agit de religion d’état . Je ne tente même pas de le cacher . Mais faisons un peu de raisonnement . De nos jours, la France est aussi une théocratie . Son clergé, c’est la franc-maçonnerie . Son crédo, les lumières et tout ce que l’on n’ose pas dire . Par-contre ses temples, contrairement à nos églises, ne sont ouverts qu’aux initiés, l’élite . Pour le commun des mortels, comme vous et moi, il faut se contenter de la république et de sa laïcité . Comme vous le constatez, ces gens là ont même réussi le tour de force, de créer une religion à deux vitesses . En cela, ils reproduisent à l’identique, ce que les bolchéviques avaient mis sur pieds, avant de s’éffondrer . Le même sort les attends . Mais vous avez téllement bu à cette fontaine, que même la présence musulmane massive en terre chrétienne, ne vous dérange plus, je suppose . A gagner en républicanisme, vous y avez même laissé votre identité, et je ne parle pas de notre histoire . Méfiez-vous, vous filez tout droit vers ce à quoi on vous déstine .
    Il y a enfin un point, sur lequel je suis en accord avec vous . C’est en ce qui concerne la démocratie chrétienne . J’ai déjà écrit ailleurs, que le catholicisme n’est pas soluble dans la république . Il faut choisir .

    • @ Alex :
      2 points :
      je n’ai pas envie de changer de système théocratique pour un autre.Ce n’est pas parce que la république représentative est une théocratie que cela justifie le fait que le système doit être théocratique, bien au contraire.
      Ensuite, le catholiscime ne doit pas être soluble dans la république car comme je l’indiquais plus haut, je pense que la religion doit rester hors du champs du politique et de l’organisation sociale.

      • Là, pour le coup, vous êtes dans le déni . La religion est à l’origine de notre culture, de nos valeurs, à partir desquelles nous avons fait nos lois . Elle a aussi régenté les comportements sociaux des individus . Le catholicisme est le ciment qui a bâti la France, il y a déjà quinze siècles . Mais vous pouvez continuer à croire, que la France est née en 1789, ex nihilo . Que c’est le code civil, rédigé par le frère Cambaceresse, sur ordre du frère Bonaparte, qui est à l’origine de tout . En cela votre vision est conforme à l’histoire, telle que les révisionnistes actuels la réécrivent .
        Pour finir, vous ne voulez pas de la religion dans l’éspace public . La nature ayant horreur du vide, regarez par quoi ça a été remplacé . Belle réussite, vous ne trouvez pas ? Vous me permettrez donc de préférer mes convictions d’aujourd’hui, validées par l’histoire, à votre recherche d’un monde meilleur, toujours repoussé au calandes grècques .

      • ce n’est aps ce que j’ai dit :
        je suis contre la confiscation de la république par les bourgeois pendant la révolution de 1789. Donc je ne suis pas pro 1789, tel que cela s’est passé. cela ne veut pas dire que je suis monarchiste, vous l’avez compris mais cela ne veut pas dire non plus que je suis satisfait du résultat de 1789.
        Ensuite, je suis d’accord sur le fait que la religion chrétienne a influencé notre société et c’est tant mieux. Elle ne doit pas être absente du débat public mais elle ne doit pas, pour moi, régenter l’espace public. C’est la nuance.Elle doit nous influencer en tant qu’individus et comme je considère que c’est aux individus de s’impliquer dans le fait politique et que donc la religion influençant les individus va aussi influencer indirectement la politique par les valeurs communes que nous allons définir.

    • @Alex du 57

      Je ne critique pas la théocratie monarchique, je me contente de constater qu’à l’épreuve des réalités, la transmission héréditaire du pouvoir n’a jamais été une garantie de bonne et intelligente gouvernance pour le peuple.

      Nombre de nos rois, bien qu’étant supposés de nobles lignages (ce qui n’est pas le cas des Capétiens, anciens maires du palais ayant pris le pouvoir royal laissé vacant, suite à… une élection par les grands vassaux du nord de la Loire…) se sont révélés (nos rois) à l’usage être de piètres hommes d’État, et souvent de piètres individus tant sur le plan intellectuel que sur le plan de l’éthique, de la morale et de la probité.

      Vous faites de la franc-maçonnerie une religion, et il est vrai qu’elle en a les apparences, mais il y a aussi aujourd’hui beaucoup de prétendues religions qui n’ont plus que les apparences et rien d’autre.

      Pour ce qui me concerne, j’estime que chacun est libre de croire ce qu’il veut, et sa croyance est respectable à l’unique condition qu’il ne cherche pas à l’imposer, sous quelque forme que ce soit à autrui.

      Tout comme votre opinion est respectable, et loin de moi l’idée saugrenue d’essayer de vouloir vous convaincre de son manque de crédibilité, je n’aurai aucune chance d’y parvenir – ni la moindre ambition de le faire -, tant vos certitudes sont bétonnées. Mais je persiste à faire comme le conseillent les alchimistes à savoir : en tout, suivre la nature. Et la nature de la monarchie est par essence totalitaire et asservissante. Alors mes ancêtres ayant abondamment sacrifiés à ce culte barbare, par la force des choses et non par leur libre arbitre (droit de vote), maintenant que le vent de l’Histoire a fait tombé ces aristocrates (ce qui ne veut pas dire nobles) comme des feuilles mortes en automne, n’oublions pas ce que le peuple leur doit en souffrance, misères, injustices et calamités…

      Comme le dit l’adage : un peuple qui n’a pas de mémoire se condamne à revivre ses malheurs…

  7. L’anarchie est la plus haute expression de l’ordre disait Elysée RECLUS….

    http://anarkeia.free.fr/

    ou encore ceci :

    « Affirmez que vous êtes anarchiste et presque immanquablement on vous assimilera à un nihiliste, à un partisan du chaos voire à un terroriste. Or, il faut bien le dire : rien n’est plus faux que ce contre-sens qui résulte de décennies de confusion savamment entretenue autour de l’idée d’anarchisme. En première approximation, disons que l’anarchisme est une théorie politique au cœur vibrant de laquelle loge l’idée d’antiautoritarisme, c’est-à-dire le refus conscient et raisonné de toute forme illégitime d’autorité et de pouvoir. Une vieille dame ayant combattu lors de la Guerre d’Espagne disait le plus simplement du monde : “Je suis anarchiste : c’est que je n’aime ni recevoir, ni donner des ordres.” On le devine : cette idée est impardonnable, cet idéal inadmissible pour tous les pouvoirs. On ne l’a donc ni pardonné ni admis. »

    Normand Baillargeon
    L’Ordre moins le pouvoir (poche) ISBN : 978-2-7489-0097-2
    Histoire et actualité de l’anarchisme
    Édition revue & augmentée

    La Monarchie pour la plupart est considéré comme obsolète puisqu’ils pensent Monarchie comme on nous là décrit dans les livres d’histoire de Fernand Nathan and Co..mais elle serait pourtant d’une efficacité remarquable.

    Imaginez un régime proche des idées de Mr Chouard Etienne est pertinent et serait intéressant mais il faut pour cela une rotation complète de toutes les logiques actuelles (économique, philosophique, éthiques, politiques,etc) contrairement à la la Monarchie ou il n’y aurait que quelques modifications à apporter, étant donné que Nous (les peuples) avons déjà vécu ce régime.

  8. Les réactions sont très intéressantes. Une situation difficile pour les Etats-Unis, difficile de croire que Démocrate et Républicains parviendront à trouver un accord à temps et que la dette abyssale de 16000 milliards de dollars sera un jour remboursée… Peut-on penser que les Etats-Unis devront comme en zone euro faire appel à l’aide financière internationale et restructurer leur dette?

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici