Les banques européennes doivent être prêtes en cas de tempête

161

Depuis le résultat des élections présidentielles américaines, les cours des banques d’affaires américaines sont curieusement attaqués et l’or a connu un redressement étonnant. Difficile de faire un commentaire dans l’instant même si l’on peut raisonnablement en tirer quelques conclusions.

Quant aux grandes banques européennes, elles se préparent toujours et activement à répondre aux règles de Bâle III par anticipation. Elles doivent réduire leur bilan en multipliant les cessions d’actifs. Dans le même temps, elles renforcent à marche forcée leurs fonds propres et cherchent à améliorer leurs profils en termes de liquidité. En avril, dans son rapport sur la stabilité financière dans le monde, le FMI avait insisté sur l’urgence de résoudre le problème des fonds propres. Le FMI avait demandé aux politiques comme aux banquiers centraux de la BCE de veiller sur ce point afin d’éviter que les banques soient prises de court et serrent le robinet du crédit pour l’économie.

Un point cependant n’avait pas été anticipé : les déboires des pays du sud de l’Europe et, conséquemment, la chute des actifs des filiales impliquées dans cette cascade de mauvaises nouvelles.

La question que nous nous posons est: quelle est l’exposition réelle des Etats dans les dettes des pays du sud de la zone euro ?

33 Commentaires

  1. Salut emigrdsouche,

    En ce qui concerne le monde de la banque la citation de Michel Audiard s’applique. En tout cas, il ne faut pas attendre la vérité de la part des banquiers sinon vous ferez partie de ceux qui taperons la façade des banques à coup de marteau.

    • (…Je crois la connaître un peu cette vérité, pas pour autant que j’use du marteau.
      Si tu veux bien me prêter cette forme de lucidité. Mais c’est qu’un détail).
      Pris dans un contexte, je ne discute pas de la pertinence de Audiard.
      Est-ce que tu me suis ?

  2. Bâle III : les Etats-Unis n’appliqueront pas la nouvelle règlementation dès janvier

    Un communiqué de la Federal Reserve explique que le volume de commentaires reçus de la part des banques interdit de mettre en oeuvre à temps les normes destinées à renforcer le système financier.

    Nouveau recul sur le front de la réglementation. Les autorités américaines ont annoncé vendredi 9 novembre qu’elles renonçaient à leur projet de commencer à faire appliquer à partir de janvier aux Etats-Unis les nouvelles normes internationales dites “de Bâle III”, destinées à renforcer le système bancaire.

    “De nombreux [établissements bancaires] ont dit leur inquiétude de se voir soumis à une réglementation définitive sur le capital au 1er janvier 2013 sans avoir suffisamment de temps pour la comprendre ou changer leur système comme il conviendrait”, indique un court communiqué de la banque centrale (Fed).

    MISE EN GARDE DU FMI SUR LE LOBBYING

    Le communiqué publié également au nom de deux autres organismes de surveillance du système financier – la Compagnie fédérale d’assurance des dépôts bancaires (FDIC) et le Bureau du contrôleur de la monnaie (OCC) – rappelle que les autorités avaient publié en juin trois projets de réglementation destinés à mettre en œuvre les clauses de Bâle III, accord international signé en septembre 2010.

    “Vu le volume des commentaires reçus et la grande variété d’opinions exprimées au cours de la période” prévue à cet effet, les autorités “prévoient qu’aucun des projets de réglementation ne sera en vigueur au 1er janvier 2013”, ajoute le texte.

    Le mois dernier, la directrice générale du FMI, Christine Lagarde, avait critiqué certaines banques – sans les nommer – qui s’opposent à la mise en place des règles de Bâle III. “Il y a de nombreux intérêts particuliers qui s’opposent au changement et la résistance s’intensifie”, avait-elle prévenu à Toronto, au Canada.

    En Europe, les négociations ont pris du retard

    Les Vingt-Sept sont actuellement en pleine négociation avec le Parlement sur le cadre réglementaire de Bâle III : ces règles doivent s’appliquer progressivement en Europe entre 2013 et 2019.
    Mais les négociations ont pris du retard, a déclaré vendredi un diplomate européen, en espèrant toujours aboutir à un accord en fin d’année. Ce sujet sera à l’agenda de la réunion mardi à Bruxelles des ministres des finances européens (Ecofin), qui feront un point d’étape sur les négociations. “Nous avions espéré que la réunion de mardi serait décisive, mais (…) il y a de nombreux points à trancher dans toutes les délégations. Cela a pris un peu de retard”, a reconnu le diplomate européen. “Cela n’enlève pas la possibilité de parvenir à un accord en décembre”, a-t-il ajouté.

    http://www.lemonde.fr/economie/article/2012/11/09/bale-iii-les-etats-unis-n-appliqueront-pas-la-nouvelle-reglementation-des-janvier_1788603_3234.html

    On recule pour mieux ” sauter ” ?

  3. Paradis fiscaux et fraude fiscale pour les riches, austérité budgétaire pour les pauvres

    Les services bancaires extraterritoriaux – ou banques offshore – sont l’éléphant dans la pièce de l’économie mondiale que les élites politique et financière tentent de garder à l’abri des regards. Ils imposent des mesures d’austérité aux vaillants citoyens tout en étant conscients des sommes astronomiques détenues secrètement dans des banques extraterritoriales, donc perdues en impôts. D’où vient cet argent et à quoi sert-il?

    Les cartels de la drogue…

    De temps à autre un bandit à cravate sert de bouc-émissaire afin de donner aux gens ordinaires une faible illusion de justice. Même s’ils méritent d’être pénalisés, le système bancaire corrompu qui leur a permis d’opérer demeure intact et ses défauts ne sont jamais remis en questions. Les services bancaires extraterritoriaux ne constituent pas une structure parallèle, mais se situent plutôt au cœur du système bancaire. Toutes les grandes banques ont des filiales offshore.

    • Let ‘s Make Money

      Réalisé avant la crise mondiale, Let’s Make Money dénonce avec un ton implacable les dérives du néolibéralisme poussé à l’extrême.
      Déréglementation, libéralisation à outrance, évasions fiscales, avidité, cupidité, le réalisateur autrichien Erwin Wagenhofer, auteur de We Feed the World – Le Marché de la faim sur les dérives de l’industrie agroalimentaire, reprend ici son réquisitoire contre une mondialisation déshumanisante et aliénante.

      Le film suit notre argent à la trace dans le système financier mondial. Ce documentaire impressionnant est le tout premier film à démonter les bases du système libéral et ses conséquences humaines, démographiques et écologiques.

      http://www.youtube.com/watch?v=yOK6kS2zlzE

  4. Syrie : Conflit américano-russe et hécatombe d’officiers du renseignement

    Depuis le début du dit « printemps arabe », nombre d’officiers du renseignement de la région ont été écartés ou assassinés. D’où une question lancinante : coup du destin et pure coïncidence, ou bien signes d’une lutte secrète préparant l’élaboration des nouvelles lignes de la politique internationale au Moyen-Orient ?

    http://www.mondialisation.ca/syrie-conflit-americano-russe-et-hecatombe-dofficiers-du-renseignement/5311249

  5. Nos caisses sont tellement vides qu on envoie secrètement (pardon… ils font du tourisme qu’ils ont dit aux suisses) nos inspecteurs du fisc traquer de l évadé fiscal français en Suisse

    On n en est arrivé à des extrémités….pire que la milice proboche à une autre époque…

    Flash News – France Invades Switzerland!
    Submitted by Bruce Krasting on 11/11/2012 11:44 -0500/ Zerohedge

    (…)The IRS of France, the National Directorate Of Tax Investigations (DNEF), has covertly sent agents into Switzerland to pursue tax evasion cases against French citizens. The Agents entered Switzerland claiming they were tourists. The Agents were not sightseeing in the Alps. They were doing what spies always do. They were covertly gathering information on enemies of France. In this case, the “enemies” are French citizens.

    Vont pas apprécier les suisses …. pas du tout….qu on s approche de trop près de leur banques et de leurs secrets bancaires

    Flamby devrait faire gaffe… vu que ce sont les helvetes qui ont acheté massivement de notre dette pourrie depuis plusieurs mois et qui nous permet de gerder des taux bas..;

    Il en train de se tirer une balle dans le pied ce con… et qui va payer son train de vie à lui et à ses idiots inutiles planqués des ministères les prochains mois si personne(entendez les suisses) n achète plus de nos OAT?

    cela dit en passant( je crois que les suisses depuis aout_septembre commencent à se débarrasser de leurs euros accumulés depuis un an à vitesse accélérée)

    j vous dit ça va chier dans très peu de temps(2 ? 3 MOIS?) quand nos taux vont monter dans ariane 5

  6. L’opposition syrienne signe un accord sur son unification

    DOHA – Les composantes de l’opposition syrienne ont signé dans la nuit de dimanche à lundi à Doha un accord sur la constitution d’une coalition nationale unifiée visant à lutter contre le régime de Bachar al-Assad, selon un journaliste de l’AFP sur place.

    L’accord a été signé par cheikh Ahmad Moaz Al-Khatib, qui venait d’être élu président de la coalition nationale, et Georges Sabra, chef du Conseil National Syrien (CNS), principale composante de cette nouvelle coalition, en présence notamment du Premier ministre et ministre des Affaires étrangères du Qatar, cheikh Hamad ben Jassem Al Thani.

  7. “Plusieurs gouvernements n’ont pas encore compris qu’ils ont perdu leur souveraineté nationale il y a longtemps.

    “Les pays devront transférer une partie de leur souveraineté”

    Le patron de la BCE se dit favorable à un droit de regard de l’Union européen sur les budgets nationaux. Une déclaration publiée ce dimanche dans le Spiegel, à trois semaines du sommet de Bruxelles sur les règles de l’UE.
    Sur le même sujet
    Draghi défend la politique de la BCE devant les parlementaires allemands

    Draghi avertit la zone euro : pas question de recourir à la planche à billets

    Les propos de Mario Draghi apaisent les marchés obligataires

    BCE: ce qu’a vraiment dit Mario Draghi

    “J’en suis certain: si nous voulons restaurer la confiance dans la zone euro, les pays devront transférer une partie de leur souveraineté au niveau européen”, affirme Mario Draghi dans l’hebdomadaire allemand Der Spiegel à paraître lundi . Cette interview est publiée quelques semaines avant le Conseil européen des chefs d’État ou de gouvernement de l’Union européenne des 13 et 14 décembre à Bruxelles.

    Créer un “commissaire aux Affaires monétaires”

    Le président de la banque centrale européenne se dit favorable à une intervention européenne dans les projets de budget nationaux des pays européens. Une idée défendue début octobre par le ministre des Finances allemand Wolfgang Schäuble et que Mario Draghi dit soutenir “complètement”. Le ministre allemand proposait de désigner un “commissaire aux Affaires monétaires”, doté de large prérogatives, notamment celle de rejeter un budget national s’il est jugé non conforme aux critères européens. Cela supposerait une modification des traités européens.

    “Plusieurs gouvernements ont perdu leur souveraineté il y a longtemps”

    “Plusieurs gouvernements n’ont pas encore compris qu’ils ont perdu leur souveraineté nationale il y a longtemps. Parce qu’ils se sont lourdement endettés, ils sont maintenant dépendants du bon vouloir des marchés financiers”, a argué Mario Draghi. Ce dernier constate cependant que “Les gouvernements ont déjà pris des mesures qui auraient semblé impensables il y a un an”. Parmi elles: la signature du traité sur la stabilité budgétaire, la mise en place du nouveau fond de secours et les premières étapes vers la création d’une union bancaire. “C’est un progrès, mais c’est insuffisant”, a-t-il ajouté. Le patron de la BCE estime en outre que les règles européennes sur la gouvernance économique doivent être davantage respectées, ce qui n’a pas toujours été le cas par le passé. 

    “Plusieurs gouvernements n’ont pas encore compris qu’ils ont perdu leur souveraineté nationale il y a longtemps. Parce qu’ils se sont lourdement endettés, ils sont maintenant dépendants du bon vouloir des marchés financiers”, a argué Mario Draghi. http://www.latribune.fr/actualites/economie/union-europeenne/20121028trib000727565/draghi-les-pays-devront-transferer-une-partie-de-leur-souverainete.html Ne serait-il pas interessant de regarder en détail la façon dont la dette a été construite ? Combien sur les 1800 milliards sont de la dette odieuse ?

    Le patron de la BCE se dit favorable à un droit de regard de l’Union européen sur les budgets nationaux. Une déclaration publiée ce dimanche dans le Spiegel, à trois semaines du sommet de Bruxelles sur les règles de l’UE.

  8. At Usum,

    Ce que j’ai compris.

    On recommence une tâche parce qu’on n’en est pas soi-même satistait , ou qu’un tiers juge qu’elle est à recommencer.
    En supposant que ce jugement ne nous appartient pas et que cette tâche est une épreuve à endurer telle que l’évaluation de l’âme par incarnation de celle-ci dans la condition (support d’essai avec ses contraintes): la nature du début est le début de la mise à l’épreuve de l’âme; la nature de la fin est le jugement de l’âme.
    Si le niveau du “critère de validation” n’est pas atteint, le cycle, incarnation, épreuve, jugement, reprend: l’éternel recommencement.
    En supposant que le critère de validation est la Pureté de l’âme par reconnaissance de la nature de son essence: essence du Bien ou essence du Mal.
    Alors qu’est-ce qui pourrait bien la corrompre ?
    La condition, justement.
    Précisément la condition qui impose ses conditions à l’âme, et donc impose ses choix.
    Et son choix premier est de rester en vie à tout prix, qu’on peut traduire par la peur ultime de mourir.
    Guidée par sa peur, elle est prête à tout, y compris à faire le plus grand mal.
    Si la raison d’être du système, c’est le Mal créée par la peur, il n’a qu’à mettre en avant la condition, et à en récolter ensuite le Mal produit.
    De là, on imagine facilement ce qui mettrait fin au système, ce qui serait son plus grand danger:
    ce n’est pas tant ne pas avoir peur de la mort, en soi, mais reconnaître l’épreuve.
    Si le système perdure ainsi, par cette éternelle recommencement, et s’il existe un moyen pour y mettre fin, c’est bien par celui de la reconnaissance de l’épreuve de l’âme;

    Mettre fin à la confusion de la condition et de l’âme, à l’illusion de la condition.
    L’action individuelle à portée universelle, hautement improbable mais à effet considérable: la fin de la matrice.

    • @ emigredsouche

      Ce qui n’est pas fini doit être recommencé…
      Nous recommençons dans l’unique mesure où nous ne pouvons (choisir de) finir.

      Ce choix et le jugement qui s’y rapporte nous appartiennent néanmoins individuellement.
      Ce jugement advient à la dernière échéance et c’est pourquoi celui-ci est naturellement et universellement qualifié de « jugement dernier ».

      Le critère de validation que tu évoques, repose sur la pleine capacité à accepter la fin comme le début a manifestement été au préalable accepté …
      Là est la fin de l’épreuve de discernement, sa finalité également.

      Cette capacité de discernement repose effectivement elle-même sur ce que tu nommes pureté et que je préfère qualifier de virginité. Virginité au sens de vierge d’idée(s) sur soi.

      Et en ce qui concerne le bien et le mal, l’essentiel étant de réaliser que s’il ne peut manifestement y avoir de bien sans mal et de mal sans bien alors il n’y a bien entendu, ni bien ni mal tels que nous nous les représentons et à savoir, un bien sans mal et un mal sans bien et pour tout dire l’un séparé de l’autre.
      Distinguer l’un de l’autre ne veut pas pour autant dire que l’un soit séparé de l’autre, bien au contraire.

      La condition est à l’origine de la corruption (chute) de l’être.
      La condition, c’est de désirer l’un sans désirer l’autre…, le blanc sans le noir ou le mal sans le bien.
      La condition est la racine de tous les maux et celle-ci est engendrée par le libre arbitre.
      Souhaiter l’un tout en feignant ne pas obtenir l’autre est la quadrature du cercle de la condition.
      Oui au début et non à la fin…, tel est essentiellement notre non…

      La résolution de cette équation psycho spirituelle se nomme fin des temps (de l’illusion de soi en soi et par soi) et celle-ci ne peut bien entendu se produire qu’au moyen du libre arbitre et à l’endroit et au moment même où celui-ci siège absolument et en l’occurrence, à la dernière échéance…

  9. Je ne peux que vous rejoindre de toutes mes forces dans vos propos Emigredsouche !
    Et merci à LIESI ainsi qu’à la suite de commentaires et d’échanges qui suivent leurs articles.
    Bonne journée 🙂

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici