24 Commentaires

    • D’après la “maitresse” de Petraeus, l’attaque de Benghazi du 11/09/12 a été faite par un commando venant délivrer 2 prisonniers libyens retenus dans une prison secrète de la CIA, cachée au sein de ce bâtiment US (prisons secrètes interdites depuis une Loi de 2009….)

  1. Effectivement, on peut surveiller ce genre de signes. L’Elite, la vraie, devra, dès lors qu’elle lancera sa phase accélérée, faire porter le chapeau sur certains symboles, créer un écran de fumée.
    Votre outil, c’est la finance. Vous en faites un symbole, le monde financier qui dans les années 80 et 90 est la référence (il fallait jouer en Bourse, Bernard Tapie etc…) puis vous leur donnez la puissance ultime afin de faire avancer votre projet. Le pendant de cette puissance est que le peuple commence à se détourner de lui (surtout en période difficile). Le fossé se creuse. Vous commencez à alimenter la suspiscion, faisant de cette finance l’ennemi. Mais en parallèle, vous la protégez pour que rien ne lui arrive. Cette ultra puissance renforce la haine. Au bon moment, vous l’abandonnez au peuple. L(‘écran de fumée est prafait. Il suffit juste de renforcer le chaos et de se présenter comme sauveur, avec un nouveau visage et le coup est joué.

  2. Source : ma vie mon argent

    Pour un contre-rapport Gallois !

    Monsieur Gallois, dans son rapport, fait un constat tronqué de la situation et des préconisations qui sont des demi mesures

    La lecture du rapport Gallois laisse pantois. La logique qui l’anime est une logique interventionniste d’Etat. Rien dans les rapports incestueux qui existent entre l’économie de marché et les pouvoirs publics n’est remis en cause.
    Le rapport Gallois est truffé de contre vérités
    Certaines, nous le comprenons, sont énoncées dans l’unique but de plaire au pouvoir politique en place puisqu’elles sont contredites quelques lignes plus loin ou plus avant.
    D’autres sont de vraies erreurs d’analyses qui entraînent, de facto, des erreurs de préconisations.
    Nous avons fait une lecture critique du rapport Gallois. (Lire le rapport Gallois d’origine Lire le rapport Gallois annoté)

    http://maviemonargent.info/2012/pour-un-contre-rapport-gallois/

  3. Je pense qu’on prend nos rêves pour des réalités.Il ne se passera rien avec les membres du LBMA…. Ils partiront tout au plus à la retraite anticipée… C’est comme pour le Libor et consorts….Le système ne se remettra pas en cause par lui même…..NO WAY

  4. Luc Coene est le gouverneur de la Banque Centrale belge. Il est membre du conseil des gouverneurs de la BCE.

    Jeudi 15 novembre 2012 :

    Luc Coene estime qu’une partie de l’ardoise grecque doit être effacée.

    Le gouverneur de la Banque Nationale Luc Coene s’attend à ce que les différents bailleurs de fonds renoncent à une partie de l’imposante dette publique grecque, rapporte le quotidien De Standaard jeudi.

    Luc Coene s’est ainsi exprimé lors d’un échange à l’Université de Gand. Il se place ainsi sur la même ligne que celle adoptée par le Fonds Monétaire International, qui craint que la Grèce ne puisse pas réussir à ramener sa dette sous les 120% de son PIB pour 2020 sans un abandon partiel des prêts d’urgence consentis à son égard.

    L’année passée, des banques privées avaient déjà marqué leur accord pour un abandon partiel de leurs créances. Les autorités publiques doivent maintenant suivre, estime le FMI. Berlin s’oppose cependant à cette solution.

    http://www.7sur7.be/7s7/fr/1536/Economie/article/detail/1534377/2012/11/15/Luc-Coene-estime-qu-une-partie-de-l-ardoise-grecque-doit-etre-effacee.dhtml

    En 2013, la dette publique de la Grèce sera de 346,2 milliards d’euros.

    Sur ces 346,2 milliards, les Etats européens et la BCE ont prêté 242 milliards d’euros à la Grèce.

    Problème : la Grèce est insolvable. Les Etats européens et la BCE vont devoir subir ces pertes.

    – Quel est l’homme politique courageux qui va annoncer aux contribuables européens qu’ils vont payer 242 milliards d’euros ?

    – Quelle est la femme politique courageuse qui va annoncer aux contribuables européens qu’ils vont payer 242 milliards d’euros ?

    – Concernant la France, combien de dizaines de milliards d’euros les contribuables français vont-ils devoir payer pour le deuxième défaut de paiement de la Grèce ?

  5. Relance économique : la Fed prépare un « plan B »

    Un certain nombre de responsables de la Fed poussent à encore d’avantage d’ « assouplissement quantitatif » l’an prochain. La Réserve fédérale pourrait ainsi acheter jusqu’à 85 milliards de dollars de titres tous les mois, pour maintenir les taux bas.

    La politique monétaire extrêmement favorable menée par la Réserve fédérale américaine a toutes les raisons de continuer l’an prochain, voire de s’accentuer. Comme le veut la tradition, la Fed a attendu trois semaines avant de révéler, hier soir, les propos tenus lors de la dernière réunion stratégique des 23 et 24 octobre.
    A cette occasion, indique le rapport, un certain nombre de responsables ont poussé à encore d’avantage d’ « assouplissement quantitatif » l’an prochain, un terme barbare signifiant que la Fed achète des milliards de titres tous les mois -40 milliards de dollars à l’heure actuelle-pour exercer une pression baissière sur les taux d’intérêt et favoriser ainsi la croissance et l’emploi. La faiblesse des taux permet aussi aux américains de refinancer leur emprunt.

    Aujourd’hui, cet assouplissement quantitatif se double d’un autre mécanisme, appelé « Twist ». Il s’agit d’échanger au bilan de la Fed (qui conserve donc un niveau identique) des titres courts par des titres longs, à hauteur de 45 milliards chaque mois. Mais le programme va s’éteindre d’ici à la fin de l’année, l’institut monétaire n’ayant plus guère de titres courts dans ses livres. Pour les responsables de la Fed, l’idée serait donc de remplacer cette opération « Twist » par encore d’avantage d’assouplissement quantitatif.
    Au lieu des 40 milliards de dollars d’actifs qu’elle achète tous les mois, la Fed en achèterait plus du double : 85 milliards. Défendue par plusieurs participants, cette perspective a de grandes chances d’être retenue par le comité. Mais aucun arbitrage n’a été rendu pour l’instant.

    La Fed prépare un autre changement de taille : au lieu d’être garantie pour une certaine durée -jusqu’à la mi-2015 aujourd’hui-, la politique des taux serait conditionnée à des critères économiques tels que le taux de chômage. Les taux bas, par exemple, pourraient être maintenus aussi longtemps que le taux de chômage dépasse 7%. Le niveau d’inflation serait un autre indicateur clé. Un changement réclamé par les investisseurs, qui aspirent à encore plus de visibilité.

    REUTERS

    QE à l’infini………………….

    • Juste une question :
      est-ce que dans les faits, les ménages américains réussissent à refinancer leurs prêts grâce à ce maintien de taux bas ?

      • Non librezen les taux bas ” bénéficient ” aux banques qui se délestent des prêts immobiliers pourris à la FED

        C’est l’opération MBS ( mortgage-backed security ou titre hypothécaire )

        Le 6 janvier 2012 dans la discrétion la plus totale, la Fed a modifié ses règles comptables de sorte que lorsque ces pertes sur les MBS arriveront, elle seront automatiquement imputées au compte du Trésor américain plutôt qu’à son propre capital, et deviendront des créances à long terme entre les deux institutions.

        Il s’agit donc de renflouer une institution en faillite.

        Bien à vous.

  6. Je présume que vous vouliez dire « prémices ».

    S’il s’agit de « prémisses » cela sous-tendrait les trois propositions d’un syllogisme qui n’est pas exprimé dans votre article.

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici