Et quid des cycles économiques aujourd’hui ?

178

schemacrisereprisef2ic
Agefi – Au cours des 50 dernières années, nous avons traversé 8 récessions et de manière classique l’économie a été relancée par des baisses de taux.
Cette récession est différente, c’est la reprise la plus faible alors que les moyens de stimulus sont les plus importants jamais mobilisés.
Cela va en effet faire 4 ans que le taux des Fed Funds n’a pas été modifié, c’est la période la plus longue depuis les années 50 ; parallèlement à cette politique de taux quasi 0, les banques centrales mènent des politiques quantitatives complètement atypiques.
Et l’une des difficultés du moment réside dans le fait que les courbes sont tellement manipulées par les banques centrales qu’il n’est plus possible d’y lire des informations comme on pouvait le faire durant ces dernières décennies. […]  (Source)
Et si la sortie de cette récession ‘différente’ des autres… n’avait rien à voir avec les schémas précédents ?

28 Commentaires

  1. Le système est mort tel qu’il a été défini. Tout dépend maintenant de savoir quel système va le remplacer. Est-ce qu’on laisse les Elites mettre en place leur solution ou fait on autre chose ?

    • Tous les courts sont manipulés.
      Je pense que la stratégie visant à essayer de s’adapter au système afin d’en tirer les meilleurs bénéfices ou au minimum pour se protéger, est finalement dangereuse. Elle peut être utile à court terme. Mais il ne faut jamais perdre de vue que ce sont ceux qui dirigent ce système qui seront les seuls, je dis bien les seuls gagnants au bout du compte. Ils rinceront tous les autres acteurs, d’une façon ou d’une autre. Vous pouvez mettre de l’or et de l’argent de côté, des armes, avoir une terre, des graines et des plants, ils vous étoufferont. Notre seul salut passe soit par l’apocalypse mais en même temps nous ne pouvons savoir quand elle aura lieu, soit dans le fait d’agir sur les transformations en cours.
      Et comme je le disais dans un autre post, nous ne le pourrons que par le nombre donc même si c’est pénible et épuisant, il faut continuer à informer, dénoncer le système dans ses absurdités. Noel et les fêtes en famille approchent. Nous verrons si un peu d’éveil a eu lieu.

      • “Noel et les fêtes en famille approchent. Nous verrons si un peu d’éveil a eu lieu.” L’éveil pourrait se remarquer à ceci par exemple :
        Titre du quotidien du coin le lendemain des fêtes ” Drame familiale, il tue son beau-frère parce qu’il l’avait traité de conspirationiste “

      • @CVg,
        non, cela voudrait dire que nous ne gardons pas la tête froide, nous qui essayons d’éveiller les gens. Or, un des principes de base de notre combat doit justement être de garder la tête froide et accepter de prêcher souvent dans le désert et devant les sarcasmes.

  2. Lundi 3 décembre 2012 :
    Le FMI écorne son dogme sur la libre circulation des capitaux.
    Après en avoir été l’ardent promoteur, le FMI a admis lundi que la libre circulation des capitaux présentait des “risques” pour les pays émergents et jugé que des mesures de contrôle pouvaient s’avérer “utiles” pour enrayer une surchauffe de leur économie et de leur monnaie.
    “Il n’est pas acquis qu’une libéralisation totale (des flux de capitaux, ndlr) soit un objectif approprié pour tous les pays et à toutes les périodes”, écrit le FMI dans un rapport, fruit de deux années de concertation sur un sujet de discorde récurrent entre ses 188 Etats-membres.
    Dans son rapport, le FMI souligne ainsi que la libre circulation des capitaux “a souvent” été suivie de tempêtes financières (Mexique en 1994-95, Turquie en 1994…) et note que les économies “moins ouvertes” ont mieux résisté aux crises récentes.
    Dans ce contexte, l’institution ne voit désormais plus d’un si mauvais oeil les mesures que certains pays (Brésil, Corée du Sud…) ont prises pour restreindre les mouvements de capitaux et atténuer leurs effets néfastes.
    “Quand un pays fait face un brusque afflux ou une fuite de capitaux, l’introduction de mesures de contrôle peut être appropriée en fonction des circonstances”, indique le FMI.
    Cette question ravive des souvenirs douloureux au Fonds. Pendant la crise asiatique (1997-1998), l’institution avait déconseillé tout contrôle de capitaux à des pays (Thaïlande, Indonésie…) qui s’étaient enfoncés dans la récession alors que la Malaisie, qui avait délibérément pris le parti inverse, s’était rétablie plus vite.
    Plus récemment, l’Islande s’est relevée de la violente crise de 2008 en restreignant arbitrairement la fuite de capitaux hors de son économie.
    http://www.boursorama.com/actualites/le-fmi-ecorne-son-dogme-sur-la-libre-circulation-des-capitaux-00d3f90cf21922e8b210058c50bbdf99
    Le consensus de Washington est un corpus de mesures standard appliquées aux économies en difficulté face à leur dette (notamment en Amérique latine) par les institutions financières internationales siégeant à Washington (Banque mondiale et Fonds monétaire international) et soutenues par le département du Trésor américain. Il reprend les idées présentées en 1989, sous la forme d’un article par l’économiste John Williamson soutenant dix propositions fortement inspirées de l’idéologie de l’école de Chicago. (Source : article “Consensus de Washington” sur Wikipedia)
    Depuis 1989, depuis 23 ans, le FMI a dit, a répété, a répété encore, a répété toujours qu’il fallait instaurer la libre-circulation des capitaux.
    Et aujourd’hui, 23 ans plus tard, le FMI vient nous expliquer que non, en fait, non, la libre-circulation des capitaux n’est pas un objectif approprié pour tous les pays et à toutes les périodes.
    Des neuneus.
    Les dirigeants du FMI sont des neuneus.

  3. Mittal voudrait fermer des capacités de production vers Nantes pour les transférer à Florange dans le cadre de leurs promesses selon un délégué FO.
    Si c’est vrai, on peut assimiler cela à une grosse insulte envers Ayrault, maire de Nantes.
    Ok, on doit faire marche arrière mais regardez comme on vous enfumme et en plus bien en face, avec le gros sourire narquois.

    • le chantier naval de Saint-Nazaire n’a plus de commande, chômage technique (qui paye ? les contribuables) actionnaire un Coréen, les français sont d’une naÏveté ! ou alors franchement cons pour faire confiance aux indiens, coréens etc et j’en passe !

  4. Toute cette agitation autour des 600 employés Mittal détourne l’attention du cheptel sur les 50 000 chômeurs “officiel” venus se rajouter à la liste.
    Tous les indicateurs intangible éclairent parfaitement sur les mois à venir. Seul les chiffres manipulables contiennent encore l’effondrement

    • @michel49,
      au nom de l’intérêt public en plus. Cela ne peut être plus clair. L’intérêt public, le nôtre donc, est devenu celui de ceux qui nous dirigent. Contre le nôtre.. Notre intérêt sert donc à combattre notre intérêt. la bouvle est bouclée.

      • Les politiques et les syndicats d’opérette s’octroient “la paix sociale” avec le fric des contribuables c’est à dire les 30% qui paient encore des impôts parce ceux là n’ont pas de niches fiscales ou de paradis fiscaux ou ne pratiquent pas la triche !

  5. Sylvie Simon : Le lobbying et la peur
    Cliquez ici : http://www.reponsesbio.com/2012/06/05/sauvons-les-medecines-naturelles/ pour sauver les médecines naturelles. Sylvie Simon dénonce dans cette interview la manipulation des lobbies en général et de l’industrie pharmaceutique en parlticulier. “Aux yeux d’une industrie qui veut gagner toujours plus, il faut créer plus de malades pour vendre plus de vaccins et de médicaments ! Et c’est ce qu’ils font, ils fabriquent des malades !”. Sylvie Simon
    http://youtu.be/QynrV1jcClw

  6. Mardi 4 décembre 2012 :
    Zone euro : pas d’accord sur la supervision bancaire, nouvelle réunion le 12 décembre.
    Les ministres des Finances de l’Union européenne n’ont pas réussi à se mettre d’accord mardi sur un mécanisme unique de supervision bancaire pour la zone euro, et se retrouveront le 12 décembre pour tenter d’aboutir.

Répondre à byeuro Annuler la réponse

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici