Immobilier : le calme de fin 2012 serait-il trompeur ?

153

dollar-suisse-evasion-fiscale2Les grosses fortunes qui apparemment ne sont pas intéressées par le suivi du programme de mondialisation et de ce qu’il cache, perçoivent tout de même quelques dangers pour leur patrimoine. Ils cherchent donc à se mettre à l’abri des autorités politiques qui, aux ordres de la finance via les Marchés, ont pour mission d’aspirer la richesse des patrimoines des Français.
Pour le moment, il y a quelques mesurettes douloureuses pour tout un chacun, mais le plus gros du programme de racket concerne 2013-2016, si aucun grain de sable ne vient perturber le scénario de l’establishment mondialiste… bien sûr.
Très probablement le conflit qui éclatera au Moyen-Orient mettra le feu aux poudres.
Notons ce matin cette curieuse annonce : Revirement de Moscou« La Russie, alliée de poids du président Bachar Al-Assad, a jeudi pour la première fois envisagé ouvertement une victoire des rebelles en Syrie, secouée par de nouveaux attentats près de la capitale ». Attendons d’en savoir plus.
En attendant, c’est sauve qui peut. Les fortunes liées à la haute finance ont déjà pris leur précaution depuis la fin de l’été 2012 pour les retardataires. Les riches fortunés qui n’appartiennent pas à cette caste privilégiée commencent seulement à réagir. La presse médiatique s’intéresse par exemple en ce moment à l’acteur G. Depardieu.
Nous n’entrerons pas dans les détails qui ne nous regardent d’ailleurs nullement ; nous n’avons pas la fibre communiste de la jalousie (voire de la haine) comme certains. Le point intéressant à relever est que ces personnalités riches en patrimoine immobilier ne parviennent pas à vendre. Voilà l’un des éléments marquant pour les prochains mois en France. L’immobilier donne des signes de plafonnement : marché anémique ou acheteurs et vendeurs s’examinent…
« Vent de panique chez les grandes fortunes françaises… A en croire les grands réseaux immobiliers de luxe, de plus en plus de riches propriétaires peinent à se défaire de leurs duplex et autres villas de rêve dans l’espoir de partir à l’étranger et d’échapper au tour de vis fiscal du gouvernement.
temperature‘‘En sept mois, les mandats de ventes des biens immobiliers à plus d’un million d’euros sont passés de 700 à 1200. Du jamais vu en trente ans de carrière !’’, lâche Charles-Marie Jottras, président du réseau Féau. Même son de cloche chez Barnes, autre grande enseigne spécialiste dans le luxe, où l’on assure qu’un tiers des mises en vente de biens de plus de 3 millions d’euros a pour motivation l’exil fiscal. Problème : les propriétaires doivent faire face à une pénurie d’acheteurs. Entre juin et août les transactions de biens immobiliers à plus d’un million d’euros ont chuté de 16% sur un an, et celles à plus de deux millions de 38%, selon les notaires. Blocage qui s’est encore amplifié depuis la rentrée de septembre… » (Source)
Demain, et cela a même commencé selon quelques spécialistes de l’immobilier et un agent de la fiscalité qui nous fréquente en ce moment, les biens situés entre 100.000 et 250.000 euros connaîtront eux aussi un marché anémique, car les banques refuseront les prêts en cascade.

50 Commentaires

  1. C’est quand même pas facile la vie des riches. Les banques ne sont plus sures, la bourse ressemble à la roulette Russe et l’immobilier ne leur rapportera plus un centime avant bien longtemps. Certains doivent même allez vivre en Belgique…c’est dire !
    Ça va bientôt être tendance d’être pauvre.

  2. Exact, je confirme, je travaille dans une grande boîte immobilière sur Marseille spécialisée dans l’immobilier de prestige et 2012 a été catastrophique, la chute des transactions se fait sentir depuis la fin du mois de septembre 2012, notre chiffre d’affaire a baissé sur un an de 40%, ENORME !
    Le service location attend le coup de téléphone d’un éventuel locataire, les gens ont peur de déménager, rien ne va plus, faite vos jeux, noir impair et manque, l’immobilier est en train de se casser la figure et ce n’est que le début, pour 2013 aucune signature de compromis signé, DU JAMAIS VU !

    • Quand je vois de belle maison et loft qui ont le même prix de vente que l’an passé, c’est plutôt logique que personne n’achètent, moi même si j’avais l’argent là tout de suite, je ne ferais rien, tout est vendu 30% trop cher.
      A quand la redescente sur terre de nos riches et bien portants ? 😀

  3. Vous avez dans le genre l’ancienne maison du Maréchal Joffre qui est à saisir… avec son Mausolé dans le jardin contenant l’honorable chef à moustache (ce qui n’est pas mentionné dans l’annonce du reste).
    Il y a un paquet d’annonces en tout cas, c’est impressionnant la casse qu’il va y avoir… Encore un coup de Mr mondial pour racheter le tout à vil prix.
    Je confirme qu’un voisin de voisin a du mal à se défaire d’une grande surface en intra-muros.
    Si on reprend certains critères de The Economist sur les marchés immobiliers, un bien de 2 patates à -40% devrait être à 1,2 patates. Cela commence à changer non??

    • Pour une grande majorité de français, le placement dans l’ immobilier, c’ est ce qu’ il a de mieux. Enfin, c’ est ce qu ‘ils croient. Certe, devenir propriétaire d’ un bien immobilier pour en faire son habitation, est une sage décision, pour ceux qui en ont la possibilité.
      Pour un bon équilibre patrimonial, la part de l’ investissement en immobilier ne devrait pas dépasser 30 %. Mais, et c’ est typiquement Français, il est très fréquent que cette part atteigne et dépasse même les 90 %….
      Dans les circonstances actuelles, et cela ne devrait pas s’ améliorer dans les prochaines années, cela risque de poser de gros problèmes à certains, d’ autant que la fiscalité est de plus en plus pénalisante et contraignante.
      En bourse, il y a des cycles de hausses et de baisses, dans l’ immobilier, c’ est pareil.
      Certains spécialistes prévoient une baisse d’ environ 60 % d’ ici 4 ans.
      Celui qui vend un bien actuellement, a intérêt à aligner son prix de vente sur celui du marché et ne pas hésiter à baisser son prix s’ il le faut, car dans peu de temps, ça va devenir très difficile de trouver un acheteur solvable….
      Il suffit de faire du ” lèche vitrine ” pour constater que le volume de biens à vendre est en augmentation constante, et le nombre d’ agences immobilières……en baisse.

    • la bulle éclate et c’est tant mieux . avoir une maison pour y vivre c’est un droit fondamental .
      Quand aux spéculateurs je leur souhaite qu’une chose , qu’ils perdent leur investissement et se retrouvent sur la paille !

  4. Sur ce qu’a dit Bogdanov…
    Les propos du vice-ministre des Affaires étrangères russe Mikhaïl Bogdanov envisageant l’éventualité d’une victoire des rebelles ont incontestablement semé le trouble dans les rangs des défenseurs de la Syrie « telle qu’elle est ».
    Ces propos ont-ils été sollicités, mal traduits à dessein ? Pas exactement : dans la version anglaise de son intervention Bogdanov parle effectivement d’une perte croissante de contrôle du gouvernement syrien sur son territoire.
    En revanche, ils sont un rien tronqués, les médias occidentaux insistant sur ce qui les arrange. Bogdanov ajoute en effet :
    « La lutte va devenir de plus en plus intense et la Syrie va perdre des dizaines – peut-être des centaines – de milliers de civils« . Une perspective effrayante et, selon nous, catastrophiste, mais qui indique bien que pour le responsable russe, le combat ne fait en somme que commencer.
    http://www.infosyrie.fr/actualite/sur-ce-qua-dit-bogdanov/

  5. Bonjour, je poste pour la première fois, vu que le sujet me concerne en ce moment…
    Je peine également à vendre ma maison, achetée au plus haut en 2006 (160000).
    J’ai déja baissé le prix de 12% par rapport au prix d’achat: j’ai un peu plus de visite. Et je m’assois sur les rénovations que j’ai financé (30000 € chauffe eau solaire, triple vitrage, etc).

  6. Dmitri Medvedev parle de l’existence des extra-terrestres à la télévision russe. La ” Regan’s Star Wars manipulation ” est prête ?
    ” Pour nous unir, nous avons besoin d’un ennemi commun.” Condoleezza Rice en 2007.

  7. Apres la campagne d’Italie Stendhal disait au sujet de Bonaparte “le monde decouvre que Cesar et Alexandre ont un successeur”; gageons que l’on dira à l’avenir au sujet des USA: Attila et Gengis Khan ont un successeur…

  8. Les USA vont déployer des Patriot et des troupes en Turquie
    INCIRLIK (Turquie) – Les Etats-Unis vont déployer deux batteries de missiles Patriot et 400 soldats en Turquie, dans le cadre de l’Otan, pour renforcer les défenses de l’allié turc alors que la guerre civile dans la Syrie voisine se fait de plus en plus violente, a indiqué vendredi un responsable américain.
    L’ordre officiel pour ce déploiement a été signé par le secrétaire américain à la Défense Leon Panetta avant que son avion n’atterrisse vendredi sur la base d’Incirlik dans le sud de la Turquie pour une visite éclair, a indiqué son porte-parole George Little à des journalistes qui l’accompagnent.
    Le secrétaire a signé un ordre alors que nous étions en route pour la Turquie qui envisage le déploiement de deux batteries de missiles Patriot et de 400 militaires pour les soutenir en Turquie, a souligné le porte-parole qui a ajouté que l’opération sera effectuée dans les prochaines semaines.
    La Turquie est un proche allié et l’administration américaine est prête, dans le contexte de l’Otan, à contribuer à sa défense, a continué M. Little.
    Outre les Etats-Unis, les Pays-Bas et l’Allemagne se sont dit prêts à déployer des missiles Patriot dans le sud-est de la Turquie, à la demande d’Ankara.
    Répondant aux questions des journalistes sur la base d’Incirlik devant 200 troupes américaines, où sont stationnées des forces de l’aviation américaine sous commandement de l’Otan et de la Turquie, le chef du Pentagone a estimé que la destruction de l’arsenal chimique du régime syrien pose un défi.
    Ce n’est pas facile. Vous ne pouvez pas aller là-bas et les détruire, a-t-il dit, car cela engendrerait des fumées toxiques.
    Nous voulons faire en sorte que (les armes chimiques) ne soient pas utilisées et qu’elles ne tombent pas dans les mauvaises mains, a souligné le responsable américain, et de dire que les Etats-Unis travaillent avec la Turquie, la Jordanie et Israël pour essayer de suivre ce qui se passe concernant ces armes en Syrie.
    M. Panetta a estimé que son pays devait être prêt cependant à toute éventualité.
    Faire cela à son propre peuple est inimaginable. Mais l’histoire est pleine de ces leaders qui ont pris de telles décisions terribles, a-t-il dit.
    Donc nous devons être prêts (…) Nous évaluons toutes les options, a ajouté le secrétaire américain à la Défense qui a quitté la base pour rentrer aux Etats-Unis au terme d’une visite qui n’a duré qu’un peu plus d’une heure.
    La communauté internationale a multiplié ces derniers jours les mises en garde au président syrien Bachar al-Assad contre tout recours à des armes chimiques.
    Le président Barack Obama a ainsi déclaré que le recours à des armes chimiques est et serait totalement inacceptable.
    Les missiles sol-air Patriot peuvent détruire en vol des missiles balistiques tactiques, des missiles de croisière et des avions, selon Lockheed Martin qui les fabrique.
    Les batteries de Patriot qui seront déployées sur le sol turc pourraient comprendre des PAC-3, la dernière génération de missiles montés par groupes de 16 sur les lanceurs mobiles (camions), ainsi que des PAC-2, qui peuvent être montés par quatre.
    Les premiers Patriot furent déployés par les forces américaines dans les années 80. Ils furent utilisés pendant la première guerre du Golfe pour contrer la menace des Scuds irakiens.
    A cette époque, au début des années 1990, plusieurs batteries de Patriot fournis par les Pays-Bas avaient été déployées une première fois en Turquie.
    AFP

  9. L’internationalisation du renminbi se poursuit à marche forcée
    13 déc 2012 | Eberhardt Unger | La Chronique Agora
    Le yuan chinois (renminbi ou argent du peuple) est encore loin d’être une monnaie de référence mondiale mais la Banque populaire de Chine (BPC) fait tous les efforts possibles pour atteindre cet objectif. Une étude prospective sur le long terme de l’OCDE arrive à la conclusion que le PIB de la Chine dépassera celui des Etats-Unis dans quelques années. La Chine deviendra ainsi la première économie mondiale.
    Dans cette perspective, la BPC a d’ores et déjà mis en place des stratégies pour détrôner le dollar américain qui est toujours la monnaie principalement utilisée dans les échanges commerciaux.
    Comme le Global Times chinois le rapporte, des accords bilatéraux sont déjà signés avec le Japon, la Russie, le Brésil et l’Indonésie, visant à ce que ces pays utilisent leurs propres monnaies dans leur commerce bilatéral.
    Des pourparlers en ce sens sont aussi en cours avec l’Australie. La Chine tente d’imposer le yuan dans son commerce extérieur, et d’après le Global Times, elle a conclu des swaps de devises pour un montant d’au moins 238 milliards de dollars, avec une douzaine de pays.
    La Corée du Sud s’est aussi déclarée prête à accepter le yuan comme monnaie dans son commerce avec la Chine qui, à son tour, accepte le won sud-coréen comme monnaie de règlement. Dès décembre, les banques commerciales auront suffisamment de fonds disponibles dans ces monnaies pour régler les transactions commerciales bilatérales locales. Jusqu’à présent environ 97% des factures sont libellées en dollars.
    La Corée du Sud est le quatrième plus grand PIB de l’Asie et le troisième plus grand exportateur de la région. Sa banque centrale a acheté, en novembre, 14 tonnes d’or. Pour la Chine, la Corée du Sud est le troisième marché le plus important derrière ceux des Etats-Unis et du Japon.
    A ce jour, le yuan n’est toujours pas une monnaie librement convertible et les transferts de capitaux sont étroitement contrôlés. Mais Pékin veut briser la prédominance du dollar américain dans les paiements internationaux et remplacer le billet vert par un panier de monnaies avec une diversification des monnaies de réserve. L’une de ces monnaies pourrait être le renminbi. La BRI estime qu’actuellement, la devise chinoise représente 1% des paiements en devises à travers le monde.
    Comme le montre le graphique, l’évolution des parités dollar/yuan et dollar/won coréen pointe, depuis mi-2010, vers la même direction : baisse du dollar. Cependant, il faudra encore attendre deux à trois ans pour que le yuan soit librement convertible.
    Conclusion : compte tenu de l’énorme montant de la dette extérieure des Etats-Unis, le déclin de la devise américaine devient, à moyen/long terme, une menace pour le pays et l’économie mondiale.
    NDLR : Pour en savoir plus sur les manoeuvres de la Chine, ce qu’elles signifient pour le dollar…

  10. Les Etats-Unis impriment des dollars en attendant que le chômage baisse
    14 déc 2012 | Philippe Béchade
    ▪ Pas de neuvième séance de hausse consécutive à Paris : les opérateurs y ont pourtant cru jeudi, jusque vers 17h03.
    Nous aurions bien aimé assister à un tel exploit. Il aurait constitué le troisième exemple de cette nature depuis le début du XXIe siècle.
    Les deux précédents historiques remontent à la période du 8 au 21 juin 2010 (entre 3 350 et 3 750 points), puis à celle du 13 au 30 juillet 2012 (entre 3 000 et 3 400).
    L’unique série dépassant ce total de neuf nous ramène au siècle précédent, lorsque les actions françaises se négociaient encore en francs. Il s’agit de la période d’hystérie haussière (quand la folie des dot.com battait son plein) du 27 octobre au 16 novembre 1999 (entre 4 700 et 5 300). Le CAC 40 progressa durant douze séances, mais les experts nous promettaient alors 15 ans de croissance à 5% par an.
    Presque 15 ans plus tard, l’Europe se bat pour ne pas imiter un Japon qui enchaîne les épisodes de récession et de déflation depuis 2008 (cela en fait déjà trois en quatre ans).
    ▪ Japon/France : d’étranges similitudes
    Une concordance nous apparaît d’ailleurs assez troublante. Le Japon enchaîne deux trimestres de contraction de son PIB (-0,3% puis -0,9%) et se prépare à en subir un troisième avec une chute de 5% des exportations en octobre, l’Europe également. Mais les Bourses de Tokyo comme celle de Paris affichent un gain annuel strictement identique de 15%.
    Des observateurs examinant la situation avec un regard extérieur seraient tentés de penser que les marchés ont acheté la progression moyenne des profits des entreprises, laquelle pourrait “coller” à la norme immanente des 15%. Mais là encore, la performance des actions excède largement la hausse de 12% des bénéfices, sachant qu’un titre comme Apple en représente 10% à lui seul.
    Même si l’exercice peut vous paraître un peu vain, en soustrayant les profits d’IBM, Intel et Google du S&P 500, la hausse globale tombe franchement en-deçà des 10%.
    Mieux vaut ne pas tenter de justifier l’euphorie des marchés par l’imminence d’une embellie économique car les embauches sont au point mort, au Japon comme dans l’UE, et le taux de population américaine disposant d’un emploi est le plus faible observé depuis la période de déclin du début des années 80.
    ▪ On imprime des dollars en attendant que le chômage américain baisse
    Sans parler de l’explosion de la pauvreté qui touche pratiquement 50 millions de citoyens américains, soit une proportion de un sur six ; c’est sans précédent depuis les années 30.
    C’est dans cette optique qu’il faut resituer l’objectif de la Fed de poursuivre sa politique monétaire expérimentale. Nous sommes maintenant au-delà du non-conventionnel avec 85 milliards de dollars de rachat mensuel sans horizon de temps, jusqu’à ce que le taux de chômage repasse sous les 6,5%.
    De l’avis de nombreux économistes, cela n’arrivera probablement pas avant fin 2014 !
    De notre point de vue, cela n’arrivera pas avant 2041 — il suffisait d’inverser les deux derniers chiffres — car la Fed vient de fixer un plancher technique qui n’est pas près d’être enfoncé.
    Nous prenons l’initiative de le baptiser unemployment cliff.
    Wall Street — toujours aussi avide d’argent facile — a surtout intérêt à ce que le taux ne recule jamais sous les 6,6% : les entreprises cotées savent ce qu’il leur reste à faire !
    Nous pouvons déjà faire le pari que les entreprises cotées ressentiront la nécessité impérieuse de réduire leurs effectifs dès que le chômage commencera à se rapprocher des 7%.
    Elles le feront au nom de la sauvegarde de leurs marges, du maintient de leurs cash flows… et en fait de n’importe quel prétexte qui apparaîtra formidablement judicieux aux sherpas de Wall Street.
    Car qui voudrait prendre le risque de recruter à tour de bras au risque de voir la Fed cesser de distribuer des centaines de milliards de dollars à quelques dizaines de partenaires privilégiés qui font la pluie et le beau temps à Wall Street ?
    Ces brasseurs d’argent — qui sont souvent les principaux actionnaires de la Fed, on a trop tendance à l’oublier — peuvent décider souverainement de faire grimper certains titres au firmament (ainsi que la fortune de leurs dirigeants) et d’en envoyer d’autres — trop soucieux de revitaliser le contrat social des pères de la Nation — rôtir en enfer.
    Regardez ce qui est arrivé à Peugeot qui a eu le tort d’essayer de maintenir le maximum d’emplois en France et de ne délocaliser que sous la pression d’une absolue nécessité.
    Ajoutez à cette stratégie patriotique (incompréhensible pour des investisseurs anglo-saxons) une pincée de malchance, comme la perte du marché iranien en 2010, et vous obtenez une punition boursière d’une sévérité qui fait froid dans le dos.
    Enron qui passait son temps à tricher, truquer ses comptes, escroquer la Californie et d’autres Etats de l’Union savait au contraire brosser Wall Street dans le sens du poil. Cette firme voyou n’a perdu son triple A qu’à 15 jours de sa déclaration en faillite.
    Mais oublions le passé et tournons-nous vers l’avenir : les tractations sur la question de la falaise fiscale se poursuivent, toujours entourées de mystère.
    Une nouvelle réunion semi-secrète a eu lieu la nuit dernière entre Barack Obama et John Boehner (le chef de file républicain). Si tout le monde est à peu près convaincu qu’aucun d’entre eux ne signera un compromis qui menace de sabrer la fragile reprise économique soutenue à grands coups de planche à billets, la question cruciale que se posent les riches et les ultra-riches, c’est le taux de prélèvement auquel seront soumis les dividendes d’actions à partir de 2013.
    Un alignement sur la fiscalité des revenus (réclamée par Warren Buffett lui-même) pourrait faire passer l’imposition de 15% (actuellement) à un maximum de 43,4%.
    Les plus-values long terme pourraient voir leur taux d’imposition forfaitaire passer de 15% à 25%. Si tel était le cas, ce n’est pas l’économie réelle qui risque de tomber de la falaise, c’est Wall Street.
    Puis à coup sûr, le DAX 30 (revenu tester ses sommets historiques ces dernières 48 heures) et dans la foulée le CAC 40 — car n’oublions pas que 30% de la capitalisation du marché parisien est également détenue par les 2% d’Américains les plus riches.
    Une plus-value sur Apple, Volkswagen, LVMH reste une plus-value (peu importe la nationalité de l’entreprise) ; mais une taxation à 25% au lieu de 15%, c’est carrément très différent.
    La dernière fois que la taxation des valeurs mobilières avait été alourdie aux Etats-Unis, c’était… voyons, voyons… mais oui, c’est ça : en 1987 !

  11. L’Islande se réjouit d’avoir abandonné ses banques
    Au lendemain des accords conclus à Bruxelles dans la nuit de mercredi à jeudi autour de la création d’une supervision bancaire opérée par la Banque Centrale Européenne, Olafur Ragnar Grimsson, le président Islandais, s’est permis de narguer l’Union Européenne en se félicitant d’avoir laissé tomber les banques. Une décision “difficile mais décisive” pour la relance économique de son pays. Et contraire à la démarche européenne.
    http://www.7sur7.be/7s7/fr/1536/Economie/article/detail/1549133/2012/12/14/L-Islande-se-rejouit-d-avoir-abandonne-ses-banques.dhtml

      • « Antisémite »
        Le mot « antisémite » est encore un mot qu’on devrait retirer de la langue. Aujourd’hui, le mot « antisémite » ne sert plus qu’un seul objectif : c’est devenu le mot clef de la diffamation. Lorsque les « Juifs » (prétendus ou autoproclamés) sentent qu’un quidam va s’opposer à l’un de leurs objectifs quelconques, ils le prennent immédiatement pour cible, et ils le discréditent en lui collant systématiquement l’étiquette « antisémite ! ». Et ils le font dans tous les médias qu’ils possèdent ou qu’ils contrôlent indirectement. Je parle ici après une longue expérience personnelle, vous pouvez me croire. Lorsqu’en 1946, j’ai fait ma première déclaration publique sur les événements de Palestine, mes anciens coreligionnaires ont été bien incapables de me réfuter, ils ont donc dépensé des millions de dollars pour me salir, en faisant soudain de moi un grossier « antisémite » ; espérant par là me discréditer aux yeux du public qui manifestait pourtant un grand intérêt à ce que je lui disais. Jusqu’en 1946, j’étais un « petit Saint » pour tous les « Juifs » de ce pays (prétendus ou autoproclamés tels). Mais lorsque j’ai manifesté publiquement mon désaccord envers la politique sioniste en Palestine, je suis devenu d’un coup : « l’antisémite numéro 1 ».
        Il est honteux de voir comment le clergé chrétien reprend à son compte l’usage à tout propos du terme : « antisémite ». Les prêtres devraient chercher à savoir de quoi ils parlent. Ils savent pourtant bien que ce mot n’a pas le moindre sens dans l’usage qu’on lui donne aujourd’hui. Ils savent que le terme correct pour désigner une personne qui s’opposerait au judaïsme en tant que religion, n’est pas « anti-sémite », mais bien « judéo-phobe ». Mais s’ils ont préféré la racine « -sémite », à la racine « judéo- », c’est justement pour forger un terme de diffamation ; sachant pertinemment que dans l’esprit des chrétiens, le mot « Sémite » est étroitement lié à celui de « Jésus-Christ ». En tolérant l’usage de ce mot de diffamation, les chrétiens sont devenus des instruments dans l’entreprise de destruction de leur propre foi ; puisque ce mot permet de persécuter, puis de réduire au silence, tous les chrétiens qui s’opposent à la conspiration.
        Benjamin H. Freedman
        Benjamin Harrison Freedman, pamphlétaire américain du xxe siècle (New York,1890 – 1984). Né dans une famille juive ashkénaze, il se convertit au christianisme et devient alors un virulent orateur et conférencier antisioniste.

    • Le fait est que lorsque j’ai parlé du complot à quelqu’un de juif et de très proche, j’étais juste excentrique, lorsque j’ai tenté d’y inclure les Rothschild, je n’ai pas pu aller au bout de mon argumentation, le terme antisémite a surgi et clos la discussion (pourtant LCFR j’aurais bien aimé le placer).Cela dit ma cousine (100% française et catholique) commence seulement à envisager que je puisse être dans le vrai au vu de ce qui se passe alors que cela fait 8 ans maintenant que je le lui rabâche preuves à l’appui. Les juifs ont aussi été éduqués comme cela, cela ne veut pas dire qu’ils sont complices (je parle des juifs de base).Et pour eux la vérité est encore plus difficile à comprendre car leur expliquer qu’il y a les vrais juifs et la synagogue de Satan!……

  12. Liési, vous dites: “Les grosses fortunes qui apparemment ne sont pas intéressées par le suivi du programme de mondialisation et de ce qu’il cache, perçoivent tout de même quelques dangers pour leur patrimoine.”
    Ne croyez-vous pas qu’elles sont, au contraire, intéressées des prémisses qui leur sont offertes? les prémices de l’effondrement de la bulle immobilière, cher à San Giorgio, ne donnent-elles pas à ces “grausses fortuneus”, un terrain favorable à une pièce de théâtre?

  13. La fin du terrorisme islamiste prévue pour 2030 ????
    La vague de terrorisme islamiste à l’échelle mondiale devrait prendre fin vers 2030, prédisent les services américains de renseignement.
    Dans son récent rapport intitulé « Tendances globales 2030″, le Conseil national du renseignement américain (CNRE) assure que « plusieurs circonstances contribueront à la fin prochaine de la phase islamiste du terrorisme », comme « un ensemble de conditions – la chaleur, le vent et une étincelle – contribuent au déclenchement d’un feu de forêt ».
    Selon le CNRE, l’organe du renseignement américain chargé d’effectuer des études stratégiques à moyen et long terme, ces facteurs sont d’abord le fait qu’en se retirant d’Irak puis d’Afghanistan les Etats-Unis apparaîtront de moins en moins comme « le grand ennemi (…) Bientôt le soutien américain à Israël sera le seul motif majeur de colère pour les musulmans ».
    Ensuite les différents printemps arabes « ont fait la preuve de la légitimité morale et stratégique de la lutte non-violente », poursuit le rapport. « Les manifestants ont agi au nom de valeurs démocratiques, au nom de la religion ». « La nouvelle génération peut voir les choses de façon différente et est moins intéressée par les anciennes valeurs », estiment ensuite les experts du CNRE.
    Pas de répit à court terme
    « A court terme, Al Qaïda-Central pourrait toujours être en mesure de monter des opérations », ajoute toutefois le rapport. « Les experts ont noté que dans les années 1970 une organisation comme la bande à Baader en Allemagne avait causé des dommages alors qu’elle faisait face au genre de difficultés auxquelles Al Qaïda est confrontée aujourd’hui ».
    Mais « il est probable que des menaces plus sérieuses proviendront de mouvements affiliés à Al Qaïda ou d’autres types de mouvements terroristes islamistes », et « en adoptant une perspective plus globale, des terroristes pourraient provenir d’autres religions, dont le christianisme et l’hindouisme ».
    L’avenir du terrorisme pourrait passer par l’internet, conclut le rapport, craignant que des hackers et des experts ne soient employés par certaines organisations terroristes pour provoquer des dégâts massifs à l’économie et à la finance.
    Source: 7sur7.be

  14. http://www.dailymotion.com/video/xiqr9b_la-prophetie-des-andes-partie-1_shortfilms#.UMvAV7Y65pc
    http://www.dailymotion.com/video/xiqrd7_la-prophetie-des-andes-partie-2_shortfilms#.UMvAf7Y65pc
    http://www.dailymotion.com/video/xiqrd7_la-prophetie-des-andes-partie-2_shortfilms#.UMvAf7Y65pc
    http://www.dailymotion.com/video/xiqsf4_la-prophetie-des-andes-partie-4_shortfilms#.UMvAurY65pc
    http://www.dailymotion.com/video/xiqsh1_la-prophetie-des-andes-partie-5_shortfilms#.UMvBCrY65pc
    http://www.dailymotion.com/video/xir7h0_la-prophetie-des-andes-partie-6_shortfilms#.UMvBILY65pc
    Cette découverte serait un manuscrit vieux de 2 600 ans rédigé en araméen, dans lequel seraient consignées neuf prophéties. Chacune de ces prophéties annoncerait une élévation spirituelle et philosophique de l’Humanité dans les années à venir. Selon le texte, la vie sèmerait sur notre chemin des coïncidences, des synchronicités, qui se manifestent par des signes, des pensées abstraites voire des rêves, des rencontres, ou une conversation avec un inconnu. Si l’on apprenait à reconnaître ces signes, à les suivre ou à les écouter, puis à les interpréter, nous avancerions irrémédiablement vers la vie qui nous est destinée, c’est-à-dire vers le meilleur que nous puissions accomplir.

  15. Commentaires de l’actualité du mois de novembre par le docteur Ploncard d’Assac :
    http://ploncard-dassac.over-blog.fr/article-entretien-sur-l-actualite-n-2-avec-florian-rouanet-113424829.html
    Sujets :
    La succession à l’UMP entre Fillon et Copé, la manifestation du 18 novembre 2012 contre le mariage gay, les Femen et leurs sosies les Pussy Riot, Casapound et le néo « fascisme » de Gabriele Adinolfi, le chéfaillon du Renouveau Français : Thibault de Chassey et sa revue l’Héritage, le rabbin de Cisjordanie et l’islamisation, le rabbin Ron Chaya sur la Shoah, la Syrie de Bachar Al Assad, la reconnaissance d’un « état » Palestinien, Cécile Duflot et les biens du Clergé, la multinationale Peugeot, racialisme et assimilationnisme, l’antisémitisme florissant…etc.

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici