CHINE – BEAR DE NOEL – DEUTSCHE BANK

200

CJ_napoleon-3,5cmMenthalo –  A voir cet extraordinaire rebond du S.S.E, l’indice de Shanghai, on pourrait se demander si le Grand Capital n’a pas fui le Dollar pour s’investir en RMB, ce qui confirmerait les propos de Jim Sinclair.
Mais on peut aussi se dire que ce brutal engouement ressemble aux manières de Goldman Sachs. Acheter sur les points bas puis téléphoner aux proches pour les mettre dans le coup, pour enfin pousser les clients à acheter au moment même où la Banque veut alléger ses positions. C’est fou ! en 3 grosses bougies vertes, l’indice a effacé 6 mois de baisse et cela en deux semaines.
SSE-17-12

Le Bear Noël ?

Beaucoup d’analystes sont passés fortement haussiers sur les marchés occidentaux. Je n’arrive pas à croire à cette fable. Je pense que c’est un parfait Bull-Trap.
Les indices américains sont toujours dans une configuration de “3 pics et un dôme”, dont il ne manque que la jambe de baisse après le point 27, qui pourrait avoir très mollement commencé.
Dans la citation de Jim Sinclair de mon précédent article, il dit que “les marchés s’écrouleront le jour où GS aura décidé de retirer la prise.” Qui seront les pigeons pris à contrepied, quand en une nanoseconde, tous les robots déclencheront la chute ?
Albert Edwards de la Société Générale Cross Assets Research dit:
« Quelque chose de terrible s’est produit en novembre… et pas seulement l’ouragan Sandy », a déclaré l’économiste en chef de la NFIB, Bill Dunkelberg. Il y a plus effrayant encore que la baisse de l’indicateur global. Il s’agit de la chute de 37% du nombre d’entreprises tablant sur une amélioration de la conjoncture dans les six prochains mois, à un plus-bas historique. 
Ce repli de 37% est deux fois supérieur à la baisse record précédente de 18% survenue immédiatement après la faillite de Lehman.
Les indicateurs de Albert Edwards disent que l’Amérique est entrée en récession il y a quatre mois. Mais il est vrai que la bourse ne reflète plus du tout l’économie, mais seulement des milliards de dollars flottant ne sachant pas où s’investir pour perdre moins.
J’ai vu passer un graphe d’une petite mine canadienne, encore plus exubérant que cette forte hausse de l’indice chinois. Ces mines juniors sont très amusantes quand on a du capital à risquer. Elles peuvent doubler du jour au lendemain et s’envoler de manière extraordinaire parce que le “flottant” est très étroit. Quand vous cherchez à vendre, vous risquez de faire chuter les cours aussi brutalement.
Souvenez-vous qu’une mine, c’est “un trou avec un menteur devant”. N’y touchez pas.

DEUTSCHE BANK

On a appris que la Deutsche Bank aurait de nouveau quelques problèmes avec la justice. Le 12 décembre, une équipe de 500 personnes d’Interpol, des US Marshal et de la police allemande ont fait une descente dans les bureaux de Deutsche Bank. Cette opération était médiatisée en direct sur Twitter. Toutes leurs positions sur les produits dérivés ont été gelées et 25 employés seraient mis en cause. Etant donné la taille de Deutsche Bank dans la finance internationale, le gel des dérivés de gré à gré pourrait mettre en danger ses partenaires financiers et entrainer une réaction en chaine.
Plusieurs scandales viennent se télescoper sur Deutsche Bank. Une importante dissimulation de pertes financières en 2009 et 2010, dénoncée par un employé de la banque dans le cadre du programme de dénonciation mis en place par la SEC (voir cet article ), une affaire de fraude fiscale sur le CO2  (voir cet article) sans parler des trafics sur l’Euribor, où la Deutsche Bank est en première ligne (cf article). Deux vice-présidents au moins sont impliqués dans ces différentes affaires.
Jim Willie dans une de ses lettres confidentielles du printemps avait évoqué l’intention d’Angela Merkel de mettre au pas ces banksters, puis plus récemment, avait parlé d’une précédente descente de police semblable à celle du 12/12/12, où Interpol avait saisi toutes les données informatiques de la Banque, ainsi que tous les échanges de mails en interne et en externe. Les ennuis de cette banque ne font que commencer.
Il est à noter que DB comme CS ou UBS, pour ne citer que celles-là, s’est pliée à l’esprit cowboy de Wall-Street et n’a plus aucune éthique bancaire à l’ancienne. Ce sont des tueurs. De parfaits Banksters.

Le LIVRE

Il n’est pas trop tard pour profiter de l’offre promotionnelle pour Noël sur mon livre “Histoire de l’Argent”, que vous pouvez acheter en ligne ici.

16 Commentaires

  1. Jeudi 20 décembre 2012 :
    Chypre a besoin de 17 milliards d’euros en urgence pour éviter la faillite.
    Chypre n’est plus qu’à quelques jours du défaut de paiement.
    Problème : le FMI conditionne son aide à Chypre à un effacement partiel de la dette. D’abord, Chypre doit faire défaut. Ensuite, et seulement ensuite, le FMI acceptera de débloquer son aide.
    Le Fonds monétaire international (FMI) conditionne sa participation à un plan d’aide à Chypre, qui doit être finalisé d’ici à la fin janvier, à un effacement partiel de la dette, écrit le Süddeutsche Zeitung (SZ) jeudi.
    Le FMI estime que, sans cela, le pays ne sera toujours pas en mesure de faire face aux intérêts de sa dette, même après que les réformes exigées auront été appliquées, ajoute le journal, citant une source proche des négociations entre Chypre et la troïka (composée du FMI, de l’Union européenne et de la BCE).
    Certains Etats-membres de l’UE partagent cet avis, mais d’autres Etats sont opposés à cette mesure, essentiellement parce qu’il avait été promis, lorsque la Grèce avait restructuré sa dette, qu’il s’agirait d’un cas unique.
    Rompre cet engagement ferait à nouveau sombrer la confiance des marchés dans la zone euro et dans sa crédibilité sur le marché obligataire, poursuit le SZ.
    Les opposants à cette idée soulignent également que les banques de l’île sont d’importantes détentrices de titres obligataires nationaux. Leur demander de renoncer à une partie de ces avoirs augmenterait d’autant l’aide au refinancement du secteur bancaire nécessaire, qui serait répercuté sur la dette de Chypre.
    La chancelière Angela Merkel ne veut pas entendre parler d’un effacement de la dette, même si elle a toujours jugé capital que le FMI participe au plan de soutien financier, rappelle le SZ.
    Une hypothèse de travail serait que la Russie verse 5 milliards d’euros au FMI qui les transférerait aussitôt à Chypre, sauvant ainsi les apparences. Beaucoup de citoyens russes disposent d’avoirs importants dans les banques chypriotes.
    Fin novembre, la troïka avait annoncé avoir mené des discussions “fructueuses” avec le gouvernement chypriote, qui estime avoir besoin de 17 milliards d’euros au total sur quatre ans pour soutenir son économie et ses banques, ce qui représente à peu de choses près un an de PIB de l’île, troisième plus petit Etat de l’UE.
    (Dépêche AFP)

  2. Il faut détruire l’oligarchie financière mondiale, il nous faut un homme compétent pour mettre en place une assemblée constituante populaire. Ci-après un appel de ma part à Monsieur Dupont-Aignan pour être cet homme.
    Monsieur Dupont-Aignan bonjour,
    Je me décide enfin à vous écrire car la situation de la France et des pays occidentaux est désespérée. Le reste du monde n’étant pas mieux loti.
    Pour faire court, je dirai que nous sommes réellement gouvernés par une monstrueuse oligarchie américano-anglo-israëlo-sioniste qui installe leurs candidats serviles aux plus hautes fonctions dans tous les pays occidentaux. Ceci, au moment des diverses élections, par bourrage de crâne des peuples par l’intermédiaires de tous les médias de masse qui comptent et qui leur appartiennent. Et également par l’obéissance naturelle des humains démontrée par l’expérience de Milgram : une quelconque population comprend 2/3 d’obéissants à n’importe quoi, et 1/3 qui n’obéissent pas aveuglément, et seulement 10% de la population seraient réfractaires à toute obéissance. Les politiciens inféodés à cette monstrueuse oligarchie votent des lois uniquement pour les intérêts de leur maître, donc contre les intérêts des peuples. Une de ces lois ruineuse pour les peuples est l’obligation faite aux Etats d’emprunter avec des intérêts aux banques privées, appartenant toutes à l’oligarchie, au lieu d’emprunter à leurs banques nationales sans intérêts. Ce racket est devenu possible car les hommes de l’oligarchie dirigent les pays, nous ne sommes donc plus en démocratie depuis longtemps. Le racket du peuple américain par le remboursement des intérêts de la dette fabriquée a commencé en 1913. Celui du peuple français en 1973 par Pompidou le PDG de Rothchild France. Puis le racket de l’ensemble des pays membres de l’Europe-Unie grâce aux traités européens. Et pour l’instant aucun de Gaulle pour mettre tous les politiciens traîtres en prison et redonner le vrai pouvoir aux peuples. Les nombreux hauts gradés des différentes armées se focalisent uniquement sur leur plan de carrière et obéissent servilement à nos bourreaux au lieu de nous en débarrasser. En se concertant, ces hauts gradés militaires pourraient facilement nous libérer des politiciens pourris, le peuple les soutiendrait totalement, mais ils sont beaucoup trop lâches, voire complices pour cela, seule compte leur carrière pépère. Il faudrait un “meneur” compétent, sérieux, honnête pour former un gouvernement populaire de crise avec les militaires et la poignée de politiciens patriotes : vous, Marine le Pen, Chevènement, Asselineau et très peu d’autres, car tous les autres se vautrent dans la corruption et la trahison du peuple. Les élections, sous contrôle totale de l’oligarchie, ne voient que l’alternance des candidats de droite comme de gauche inféodés à l’oligarchie.
    Monsieur Dupont-Aignan, je pense que vous pourriez être la personne qui rassemblerait les militaires et les politiciens patriotes afin de proclamer une assemblée populaire constituante et enfin commencer à redresser notre pays. Les militaires serviront à faire régner l’ordre en arrêtant par prévention tous les politiciens pourris, ainsi que toutes les personnes traîtres à la France et à neutraliser les CRS qui sont les tontons-macoutes des dictatures occidentales, et aussi à rassurer la population avec l’aide des politiciens patriotes.
    Les français et les autres peuples souffrent en étant rackettés à mort par l’oligarchie via nos divers dirigeants et les nombreux complices. Seulement le racket des intérêts de la dette française coûte environ 50 milliards d’Euros par an, de quoi donner 1000 Euros par mois à plus de quatre millions de personnes et faire disparaître instantanément la misère en France. Idem pour les autres pays européens.
    Si une assemblée constituante serait décrétée en France, les autres peuples européens suivraient rapidement et ce serait enfin la fin des dictatures financières en Europe et la fin de la misère des peuples européens paupérisés.
    Monsieur Dupont-Aignan, seriez-vous l’homme que la France et les français attendent?
    Cordialement.
    Eddie Hoareau.

    • @Eddie,
      NDA un patriote, l’ “homme de la situation” ?! mais vous rêvez.
      NDA est un ex-Young Leader de la FAF (French American Foundation) et à ce titre très officiellement pro-euro et pro-atlantiste…. c’est juste un pantin – un idiot utile – qui permet juste de canaliser les déçus du Système, et donc de les neutraliser. Pour preuve (entre autres), à chaque elections, il négocie son ralliement à l’UMP…..

    • Eddie,
      Pour établir une autre Constitution, il me semble qu’il faut vivre dans un pays indépendant, vous mettez la charrue avant les bœufs. Par les Traités, les pouvoirs ont été transférés aux non élus de Goldman Sachs de la Troïka.
      Pour retrouver l’indépendance, et donc les pouvoirs d’un Etat (battre monnaie, voter des lois, gérer le budget, décider de la paix et de la guerre etc), il faut d’abord sortir de l’ UE, de l’euro et de l’OTAN, par l’article 50, comme le propose François Asselineau et l’ UPR.
      J’ai gardé les professions de foi des candidats aux dernières présidentielles, se sont les seuls documents officiels:
      * Dupont Aignan: ” Une Europe des Nations à la carte autour de projets concrets.”
      * Marine le Pen: ” Retrouver la souveraineté par une remise à plat des Traités.”
      Ce qu’ils racontent devant les caméras ne se retrouve pas sur les documents officiels….
      Ce deux Partis n’ont aucunement l’intention de sortir ni de l’ UE, ni de l’ euro, encore moins de
      l’OTAN…. Quand au front de Gauche, il est aussi pour une 36e mouture “d’une autre Europe”, comme on nous en sert depuis 30 ans….
      Par contre, faire l’union des nonnistes de 2005, (55 %, et qui doivent être bien plus nombreux maintenant) serait une super bonne idée pour sortir de cette usine à gaz européenne….
      Les Partis non-européeistes français se comptent pour l’instant sur les doigts de la main:
      l’ UPR, le M’PEP, le PRCF, le Front Syndical de classe, et les Clubs “Penser la France”. Vous trouverez la vidéo de leur meeting commun sur le site du M’PEP.
      Pour l’instant, les autres sont tous “pour une Autre Europe”.

  3. Il est important de toujours distinguer très nettement les objectifs, l’antériorité et les modalités du plan général de la véritable gouvernance mondiale en cours d’application d’avec les diverses conséquences tant économiques, financières, sociales… qui découlent de la réalisation effective de ce plan. Lors de réponse aux articles de LIESI, crisemajeure reviendra toujours sur cette base d’analyse, sans laquelle l’on peut se noyer dans une foule de descriptions, d’explications en tout genre, de faits d’actualités certes utiles à analyser, mais à la condition de pouvoir les rapprocher de la montée en puissance de ce plan global et de son prochain aboutissement planétaire.
    Pour cet article mentionnant le report de mouvements boursiers vers la bourse de Shanghai, l’on
    précisera qu’il s’agit une fois de plus d’une démarche de réactivité de la part des investisseurs face aux conséquences de l’assèchement de l’économie réelle déclenchée par le cartel depuis les années 1980.
    De même que les BRIC organisent le regroupement de leurs devises pour se désengager du dollar (voir la réponse de crisemajeure relativement au sujet de LIESI ” Le plan oligarchique européen avance grâce à la crise” du 19 décembre.
    De même que l’UE après avoir recapitalisé à plusieurs reprises le système bancaire (États en 2008 + BCE en 2011 et rachat de la dette en 2012) se mobilise maintenant pour tenter de le superviser, tout en essayant parcimonieusement de séparer les activités de dépôts d’avec les activités de spéculation. (Voir le commentaire de crisemajeure relativement au sujet de LIESI ” jusque quand les oligarques du cartel bancaire veulent-ils maintenir la Fed et la vitrine ” du 18 décembre. Et l’autre commentaire de crisemajeure dans l’article ” L’illusion de démocratie et le déni de réalité ” du 16 décembre.
    Autant de réactions des parties prenantes de l’économie prises dans l’engrenage d’un système financier qui n’a plus de valeurs humaines reconnaissables, plus de cap lisible, au sein duquel les investisseurs lambda n’ont de cesse de chercher leur voie. L’instabilité, l’insécurité, le doute et la peur du lendemain sont d’ores et déjà le lot de la grande majorité des hommes qu’ils soient riches ou pauvres.
    Dans la courte période à venir, cela poussera tous les intervenants sous la coupe de la puissance financière à réagir à leur façon, d’une manière ou d’une autre, en donnant l’impression de pouvoir contrebalancer la situation à l’échelle d’un pays, d’un continent. Les quelques rebonds positifs à venir au sein des marchés boursiers ne changeront pas la donne. Tout ceci donnera matière à d’autres articles de presse, à d’autres débats, ne serait-ce que pour donner l’impression de saisir le sens des évènements, surtout en matière d’économie. Mais il n’en sortira toujours pas l’éclairage qui est nécessaire pour discerner à quel avenir l’humanité muselée par tous les effets déstructurant de la crise majeure est conduite.
    Cette condition d’incertitude tant matérielle que psychique est l’un des principaux effets du plan général du cartel mondialiste. L’histoire de l’humanité en témoigne, la mise en cause des biens matériels et l’impact psychologique par voie de propagande sont les deux principaux moyens utilisés par les générations successives des maîtres de l’ombre pour faire plier les masses humaines et les conduire à accepter le changement sans qu’elles puissent être en mesure d’en évaluer la teneur pour leur propre avenir.

  4. La justice perquisitionne à nouveau chez Deutsche Bank
    La première banque allemande a fait l’objet d’une seconde perquisition à son siège en une semaine. Il s’agissait cette fois de saisir des documents en relation avec une fraude prétendue dans le procès autour de l’ex magnat des médias Kirch.
    Pas un jour ne passe chez Deutsche Bank sans alimenter la chronique des affaires judiciaires. On apprend ce jeudi que des enquêteurs accompagnés de policiers ont mené hier une perquisition au siège de la banque au centre de Francfort. Celle-ci a confirmé l’information. La banque co-présidée par Jürgen Fitschen et Anshu Jain doit lutter ces temps-ci avec plusieurs fronts judiciaires et cela promet de l’empoisonner encore longtemps.
    La perquisition menée hier est en rapport avec le procès civil intenté par les héritiers de l’ex-magnat des médias Léo Kirch . Le parquet de Munich a lancé parallèlement une enquête pénale visant Joe Ackermann, l’ancien président de Deutsche Bank, et trois autres anciens managers de la banque. Tous se voient reprocher de s’être concertés pour livrer un faux témoignage lors du procès civil intenté par l’administrateur judiciaire du groupe Kirch et les héritiers de ce dernier.
    Prise d’assaut
    L’opération de mercredi menée par une poignée de policiers et d’enquêteurs a été menée de manière nettement plus discrète que la précédente datant d’une semaine . Celle-ci avait mobilisé 500 hommes en tout, se présentant le matin à 9 heures en uniforme et armés pour certains. Il en allait cette fois d’une enquête portant sur une vaste fraude fiscale autour du négoce des certificats d’émission de CO2. « La banque, avertie par la police, avait proposé aux véhicules de la police de se garer au sous-sol, mais la police a refusé et ostensiblement pris place devant les deux tours », raconte un proche de la banque. Résultat, cinq personnes emprisonnées dans les services juridique et informatique (une personne a été relâchée hier) et des images ayant fait le tour du monde en donnant l’impression d’une prise d’assaut face à une mafia criminelle. Dans la foulée, Jürgen Fitschen avait appelé le ministre président du Land de Hesse pour lui dire le mal qu’il pensait de l’ampleur de cette opération. Cela lui a valu une volée de critiques du monde politique. Le banquier a ensuite regretté publiquement son geste.
    Le lien entre les deux perquisitions n’est que formel. Les hommes du parquet de Francfort avaient aperçu incidemment, lors de leur perquisition il y a une semaine, des documents portant sur l’affaire Kirch, et avaient alors averti le parquet de Munich. Celui-ci a dès lors pris l’initiative de se rendre sur place lui-même pour saisir des documents en question. Dans l’entourage de la banque, on relativise l’importance de cette dernière initiative judiciaire. Le parquet s’était déjà rendu en novembre 2011 dans les locaux de Deutsche Bank dans le cadre de cette affaire, et a visiblement voulu compléter ses recherches.
    Condamnation en Italie
    Le tribunal régional de Munich a déjà jugé vendredi dernier que Deutsche Bank devait être condamné à verser des dommages et intérêts aux héritiers de Leo Kirch. Leur montant reste à déterminer, ce qui va prendre encore des mois de procédure. On évoque une fourchette entre 120 millions et 1,5 milliards d’euros, selon une étude du cabinet KPMG remontant certes à 2001.
    Une affaire en cachant une autre, Deutsche Bank a par ailleurs été condamnée mardi en première instance à un million d’euros d’amende par un tribunal de Milan, pour avoir trompé la municipalité italienne sur des produits de « swap » d’intérêt sur de la dette. D’autres affaires semblables sont pendantes dans d’autres villes italiennes et allemandes. En ajoutant le scandale de manipulation du taux LIBOR et les accusations d’un ex-responsable des risques sur des dissimulations prétendues de pertes sur des dérivés, ces affaires et d’autres encore frappent coup sur coup la banque allemande au même moment où celle-ci enclenche sa « révolution culturelle ». Elle entend conduire de profonds réaménagements dans son modèle d’activité. Cela va s’accompagner de suppressions d’emplois et va d’ores et déjà plomber les comptes du dernier trimestre, a-t-elle prévenu.
    http://www.lesechos.fr/entreprises-secteurs/finance-marches/actu/0202463232641-la-justice-perquisitionne-a-nouveau-chez-deutsche-bank-522832.php

  5. Vendredi 21 décembre 2012 :
    Chypre : “le risque d’un défaut de paiement est important et s’accroît”, a précisé Standard and Poor’s.
    Lisez cet article :
    Zone euro : les Européens n’envisagent pas d’effacement de la dette de Chypre.
    Les instances européennes n’envisagent pas un effacement de la dette de Chypre, qui a vu sa note s’enfoncer encore cette semaine, à “CCC+”, malgré l’adoption d’un budget d’austérité sévère dans l’attente toujours vaine d’un sauvetage financier.
    Le président chypriote, Demetris Christofias, a lui-même exclu l’idée d’un effacement de sa dette : “Chypre n’acceptera pas une chose pareille”, a-t-il déclaré vendredi à des journalistes.
    Jeudi 20 décembre, le quotidien allemand “Süddeutsche Zeitung” avait rapporté que le Fonds monétaire international (FMI) conditionnait sa participation à un plan d’aide à un effacement partiel de la dette chypriote, estimant que la mise en place des réformes exigées ne suffirait pas.
    Le chef de file des ministres des Finances de la zone euro, le Luxembourgeois Jean-Claude Juncker, a exclu vendredi de recourir à un effacement de la dette en rappelant que cette mesure avait été prise “de manière exceptionnelle” pour la Grèce.
    “La question ne se pose pas”, a également déclaré Jörg Asmussen, membre du directoire de la Banque centrale européenne (BCE). “Cependant, il est prévisible que le niveau de l’endettement de Chypre ne sera pas supportable” et “nous devrons regarder toutes les mesures pour le rendre supportable”, a-t-il ajouté.
    Chypre est toujours en négociation avec la troïka – FMI, UE et BCE -, appelée à l’aide en juin. Nicosie estime avoir besoin sur quatre ans de 17 milliards d’euros, l’équivalent du PIB annuel du pays, dont 10 milliards pour renflouer les banques, plombées par la dette grecque.
    Le gouvernement chypriote, qui ne peut plus emprunter sur les marchés internationaux depuis juillet 2011, a dû puiser en début de semaine dans les fonds de pension d’organismes semi-publics pour pouvoir verser les 12e et 13e mois des fonctionnaires.
    Mais le ministère des Finances a assuré depuis que le budget était assuré jusqu’à l’arrivée de la première tranche d’aide, espérée en mars.
    Le FMI a en effet confirmé jeudi que les longues tractations sur le plan d’aide n’aboutiraient pas avant la fin de l’année. Pour MM. Juncker et Asmussen, elles devraient être finies pour l’Eurogroupe du 21 janvier.
    Devant la lenteur des discussions, l’agence de notation Standard and Poor’s (SP) a pour la troisième fois depuis août enfoncé un peu plus la note de la dette de Chypre dans la catégorie spéculative en l’abaissant de deux crans, de “B” à “CCC+”.
    “Alors que les options de financement du gouvernement sont de plus en plus limitées et qu’il nous semble que les partenaires de Chypre dans la zone euro font preuve d’hésitation à partager le coût d’une sévère crise bancaire, nous considérons que le risque d’un défaut de paiement est important et s’accroît”, a précisé Standard and Poor’s.
    http://www.romandie.com/news/n/Zone_euro_les_Europeens_n_envisagent_pas_d_effacement_de_la_dette_de_Chypre46211220121522.asp

Répondre à zapatta Annuler la réponse

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici