Flash – Une hirondelle ne fait pas le printemps

410

La menace du «fiscal cliff» continue de planer sur l’économie américaine. L’accord trouvé hier matin entre la Maison Blanche et le Sénat pour tenter d’éviter aux Etats-Unis de se heurter au mur budgétaire, qui conduit à des hausses automatiques d’impôts et des baisses de dépenses de 600 milliards de dollars, reste suspendu au vote de la Chambre des représentants, sous domination républicaine, qui a jusqu’à jeudi pour se décider. Or, les républicains se montraient cette nuit hostiles à cet accord.
A la sortie d’une réunion à huis-clos des élus du parti républicain qui a duré plus de deux heures, le flou régnait et aucune indication n’a été donnée sur la date de l’examen du texte par la Chambre des représentants et sur les possibles modifications qui pourraient y être apportées. (Source: Agefi)

14 Commentaires

    • Après avoir joué à se faire peur, les républicains et les démocrates à Washington on trouvé un accord (prévisible) qui permet aux bourses de pouvoir continuer de se gaver
      L’heure de l’Agenda n’est pas encore arrivée
      La Bourse de Milan a pris 3% ce matin
      Accord budgétaire américain: la Bourse de Milan grimpe de plus de 3%
      02/01 | 12:07
      La Bourse de Milan bondissait de plus de 3% en milieu de matinée mercredi, saluant le compromis politique aux Etats-Unis, qui évite ainsi au pays la cure d’austérité forcée dite du “mur budgétaire”.
      A 10H50 GMT, l’indice vedette de la place milanaise, le FTSE Mib, progressait de 3,28% à 16.806,94 points, porté en premier lieu par les valeurs bancaires.
      Le Congrès américain a adopté mardi soir une loi, augmentant notamment le taux d’imposition des foyers aux revenus supérieurs à 450.000 dollars par an. Ceci constitue une victoire pour Barack Obama sur la fiscalité face aux républicains même si d’autres dossiers épineux pourraient resurgir d’ici quelques semaines.
      Autre signe d’optimisme sur les marchés, le “spread” qui marque la différence entre les taux d’emprunt italiens et allemands est repassé mercredi sous la barre symbolique des 300 points, atteignant 288 points.
      source : les échos

  1. Mercredi 2 janvier 2013 :
    Un sondage très important concernant la monnaie unique, l’euro, et l’ancienne monnaie de la France, le franc.
    Question : “Regrettez-vous le franc ?”
    Réponse :
    Les Français âgés de 18 à 24 ans répondent “oui” à 60 %.
    Les Français âgés de 25 à 34 ans répondent “oui” à 69 %.
    Les Français âgés de 35 à 49 ans répondent “oui” à 71 %.
    Les Français âgés de 50 à 64 ans répondent “oui” à 68 %.
    Les Français âgés de 65 ans et plus répondent “oui” à seulement 37 %.
    En clair : l’euro, c’est une monnaie de vieux, créée par des vieux, pour des vieux, et qui plaît aux vieux.
    Concernant les professions des personnes interrogées dans ce sondage :
    Les ouvriers répondent “oui” à 80 %.
    Les employés répondent “oui” à 75 %.
    Les artisans et les commerçants répondent “oui” à 72 %.
    Les chômeurs répondent “oui” à 70 %.
    Les retraités répondent “oui” à seulement 46 %.
    Les professions libérales et les cadres supérieurs répondent “oui” à seulement 41 %.
    Concernant les revenus des personnes interrogées dans ce sondage :
    Les Français qui gagnent moins de 1499 euros par mois répondent “oui” à 74 %.
    Les Français qui gagnent de 1500 à 2299 euros par mois répondent “oui” à 70 %.
    Les Français qui gagnent de 2300 à 2999 euros par mois répondent “oui” à 61 %.
    Les Français qui gagnent de 3000 à 4500 euros par mois répondent “oui” à 54 %.
    Les Français qui gagnent plus de 4500 euros par mois répondent “oui” à seulement 35 %.
    En clair : l’euro, c’est une monnaie de vieux riches, créée par des vieux riches, pour des vieux riches, et qui plaît aux vieux riches.
    http://www.atlantico.fr/sites/default/files/u19487/tableaugros_0.png

      • Je n’appelle pas cela de l’analyse mais des raccourcis.
        Et cela ne sert donc pas la thèse qui est défendue.
        Il est utile de rappeler que les plus de 65 ans ont connu les dévaluations du franc.
        Ceci étant dit, il est intéressant de noter que, mis à part les + de 65 ans, on voit que ce sont les jeunes (ceux qui n’ont connu presque que l’Euro) et les 50-65 ans qui “soutiennent” l’Euro. Il est fort à parier que les 57-65 ans doivent avoir un oui bcp plus faible. que les 50-57 ans.

  2. Tardi refuse la Légion d’honneur
    Alors qu’il était désigné pour recevoir cette distinction aux côtés de Bruno Podalydès et Jean-Pierre Léaud, l’auteur de BD décline l’offre par attachement à sa “liberté de pensée”.
    Le célèbre auteur de bandes dessinées Jacques Tardi “refuse avec la plus grande fermeté” la Légion d’honneur qui lui a été attribuée le 1er janvier. Le récipiendaire défaillant indique vouloir “rester un homme libre et ne pas être pris en otage par quelque pouvoir que ce soit”, a-t-il déclaré mercredi.
    “Rien recevoir d’aucun pouvoir politique”
    “J’ai appris avec stupéfaction par les médias, au soir du 1er janvier, que l’on venait de m’attribuer d’autorité et sans m’en avoir informé au préalable, la Légion d’honneur !”, souligne l’auteur de 66 ans. Il vient de publier Moi René Tardi, prisonnier de guerre, Stalag II B (Casterman), une œuvre très personnelle, basée sur le témoignage de son père, prisonnier en Allemagne.
    “Etant farouchement attaché à ma liberté de pensée et de création, je ne veux rien recevoir, ni du pouvoir actuel, ni d’aucun autre pouvoir politique quel qu’il soit. C’est donc avec la plus grande fermeté que je refuse cette médaille”, déclare dans un communiqué séparé Tardi, fait chevalier aux côtés de Bruno Podalydès ou Jean-Pierre Léaud.
    Ne pas être reconnu “par des gens qu’on n’estime pas”
    “Je n’ai cessé de brocarder les institutions. Le jour où l’on reconnaîtra les prisonniers de guerre, les fusillés pour l’exemple, ce sera peut-être autre chose”, ajoute Jacques Tardi, qui s’est aussi beaucoup penché sur la Grande Guerre (“Putain de guerre!”, “C’était la guerre des tranchées”…). “Je ne suis pas intéressé, je ne demande rien et je n’ai jamais rien demandé. On n’est pas forcément content d’être reconnu par des gens qu’on n’estime pas”, conclut l’auteur d’Adèle Blanc-Sec.

  3. Les Républicains vont être d’accord sur le texte.
    ” Nous lâcherons les Nihilistes et les Athées et nous provoquerons un formidable cataclysme social qui, dans toute son horreur, montrera clairement aux nations les effets d’un athéisme absolu, origine de la sauvagerie et du plus sanglant chambardement.” Albert Pike.
    En ce qui concerne les camps de la FEMA nous allons passer de la théorie à la pratique. D’ailleur ” l’ attentat Mérah américain ” a pour but de retirer les armes aux ménages américains avant de les enfermer.
    Républicains = Démocrates tout comme PS = UMP. Tout le monde marche dans le même sens, les décisions sont prises ailleur et depuis des lustres.

  4. Confrontés à l’ampleur de l’endettement, tous les intervenants veulent et doivent gagner du temps. Le souci majeur des politiques US au Sénat et à la Chambre des représentants ne se rapporte pas à une forme de patriotisme, il ne consiste qu’à garder le rythme gagnant, mais artificiel, parce que déconnecté de l’économie réelle, des places financières. Le souci du président OBAMA consiste surtout à ne pas briser les avancées sociales (soins médicaux, aide alimentaire) et le maintien des allocations pour les chômeurs de longue durée.
    Il est bien connu qu’aujourd’hui, il ne s’agit que d’un accord temporaire. L’économie reste stagnante et le compteur de la dette publique ne cesse de tourner plus vite chaque jour. Face à ce dilemme, la FED, au-delà du rachat de la dette obligataire à raison de 85 mds $ par mois (QE4), bénéficiant d’une loi obscure ne pourra plus intervenir en secret pour renflouer le Trésor et ainsi reculer une fois de plus l’échéance de la falaise fiscale. La prise de décision pour statuer sur l’immense problème du mur fiscal est désormais soumise à un décret de loi qui fixe la date limite à ne pas dépasser. De sorte que le sujet ne pourra plus être politiquement débattu et indéfiniment remis à plus tard. De part et d’autre, l’on joue donc les quarts d’heure de prolongation.
    La prochaine échéance à très court terme côté républicain est l’application possible d’amendements au texte d’accord actuel. Ce qui imposerait de compliquer la procédure par un retour des votes devant le Sénat. Mais quelle que soit la décision des uns et des autres, il ne reste que deux mois, au-delà desquels des dispositions de rigueur seront prises d’office. Dans le contexte de crise majeure, tel qu’il est ressenti à l’échelle mondiale, cette fois-ci l’Amérique n’étant plus la locomotive économique du monde ne peut pas trouver à elle seule les solutions intrinsèques à une rapide sortie de crise.
    Dans ce contexte économiquement statique, pour ne pas permettre la mise à genoux du géant américain destiné à… le cartel de la haute finance en connexion avec les membres de la véritable gouvernance mondiale a préparé la carte maîtresse de la situation. Il va faire s’abattre une vague d’une telle hauteur et d’une telle intensité que le plus grand nombre en sera bouleversé, pris de court dans la tourmente qui s’annonce. Notamment ceux qui excluent toute étude approfondie du mondialisme… En quoi consiste-t-elle…

      • Et que pensez-vous du 06.06.2013?
        2013= 6 donc comme le fait remarquer un commentateur dans un article précédent 06.06.2013 correspond à 06.06.06 soit 666!
        J’en frémit d’avance. Heureusement mon testament est rédigé!
        A force de donner plein de “dates possibles” au bout de quelques années ou décennies ou quelques siècles, peut-être que quelqu’un aura la chance de tomber juste!
        Mais c’est pas gagné!

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici