L’ART CONSOMME DE LA MAIN ANONYME POUR FAÇONNER LE MONDE DE DEMAIN

65

L’actualité couvrant l’évolution des marchés financiers illustre l’une des facettes du grand drame de notre société sur le plan de la réflexion intellectuelle. A savoir que désormais la communication extérieure et les idées conclusives qu’elle suggère priment sur la raison.
Les marchés financiers illustrent en effet si bien ce constat.
Comme cela peut être remarqué depuis quelques semaines, les acteurs du monde financier réagissent désormais comme des moutons ou des chiens pavloviens au gré des tweets du président américain. Il n’y a plus de réflexion, c’est-à-dire que la pulsion l’emporte sur toute autre considération.
Les acteurs de la finance réagissent brutalement, émotionnellement, traduisant ainsi parfaitement l’objectif de ceux qui veulent façonner les esprits à travers les programmes d’éducation scolaire du moins dans le monde occidental.
On veut une génération sensible aux mots d’ordre. On ne veut plus d’adultes qui réfléchissent avant d’agir et encore mieux qui prient tout en réfléchissant afin de recevoir la grâce de prendre la meilleure des décisions. Tout cela est balayé dans la société de communication qui se façonne avec célérité. Les manipulateurs sont à l’œuvre et les conséquences de cette emprise de la Main anonyme sur l’esprit des masses peuvent produire les pires situations. En effet, partant de cette évidence, cette Main anonyme peut susciter des mouvements absolument dévastateurs dans un sens ou dans l’autre. Et ce, tant sur les devises que sur les marchés actions ou obligataires. Le jour où il sera décidé de provoquer l’effondrement nécessaire pour réinitialiser le système, un ou plusieurs tweets ravageurs de la marionnette Donald Trump, par exemple, pourrait entraîner alors une cascade d’événements aux conséquences dramatiques. Nous nous souvenons qu’en octobre 1987, où le DOW JONES a perdu 25% en une seule séance, tout avait débuté par une annonce de la Réserve fédérale dans un contexte de tension sur les déficits, ce qui avait permis de déclencher une série d’ordres de vente en cascade produisant un mouvement qui a ruiné bien des gens. La Réserve fédérale avait VOLONTAIREMENT eu pour ordre de communiquer dans un sens précis… pour déclencher une panique.
Nous sommes d’autant plus conscients de ce que nous écrivons dans la mesure où nous avions été avertis de ce mouvement avec le détail exact des points de baisse du célèbre baromètre financier américain 72 heures avant. Cet événement (comme bien d’autres dans la géopolitique) est à l’origine de l’existence de LIESI. Nous n’avons pas besoin d’éléments supplémentaires pour conclure à un COMPLOT que résume l’apocalypse de saint Jean, d’où notre conversion à l’Eglise catholique d’avant le Concile des méchants, comme disait Jean Vaquié en citant le psaume XXI (une véritable prophétie comprise après la mort de Pie XII et la mise en branle du concile Vatican II par les modernistes alliés au bloc de commandement soviétique – lire cette série de la Lettre des prophéties).
Le comportement des acteurs traitant sur les marchés financiers est bien la preuve que nous sommes confrontés à une génération où l’intelligence, parlant de la véritable intelligence, est complètement étouffée par l’instinct primaire, réagissant aux flux de l’information pré-digérée, aux mots d’ordre du véritable pouvoir qui façonne notre type de société vers le pire, en détruisant tous les repères de la civilisation chrétienne.
Vous lirez le dernier numéro de LIESI à propos de l’incendie de Notre-Dame de Paris.
Avant hier, au tout début de la journée, les marchés financiers étaient plutôt stables. Le vice-premier ministre chinois avait confirmé sa venue aux États-Unis afin de poursuivre les négociations sur les dissensions commerciales entre Pékin et Washington. Puis, dans l’après-midi, le président Trump a prononcé un discours électoral (les élections présidentielles sont pour novembre 2020) dans lequel il a balancé devant un groupe de supporters : les Chinois ont rompu l’accord et dorénavant ils allaient payer. Les marchés ont alors piqué du nez très brutalement.
Hier, le même D. Trump a changé de discours et a été plus conciliant et a vendu du rêve… Les marchés ont remonté, comme l’illustre l’article suivant.
Si nos contemporains avaient un tant soit peu de réflexion fondée sur des connaissances fondamentales du point de vue historique, ils comprendraient que Donald Trump n’est qu’une marionnette sauvée de la faillite à plusieurs reprises par cette Main anonyme qui lui dicte ses ordres et que lui-même est un piètre homme d’affaires. Ayant échoué à plusieurs reprises dans la gestion de son propre business, on voit mal comment il pourrait redresser l’économie américaine qui n’a cessé de glisser depuis qu’il est arrivé à la Maison-Blanche vers une voie désormais sans issue… Les Chinois l’ont d’ailleurs tellement bien compris que nous verrons dans le numéro de la lettre confidentielle du 31 mai qu’ils jouent un scénario dans lequel les États-Unis vont être totalement balayés par une crise économique et monétaire sans comparaison avec celle de 1929.
 
commander