Guerre commerciale Etats-Unis/Chine

52

La question épineuse des tarifs douaniers est un sujet suivi de près par les marchés financiers, et il devient AUSSI l’un des thèmes majeurs de la campagne présidentielles de 2020. Ce point est également partagé par les ténors du Parti démocrate. Par conséquent, le président Trump doit prendre en compte l’importance de cette thématique dans sa communication pour entretenir une configuration stable sur les marchés financiers. D’autant plus qu’il a toujours expliqué que la tenue des indices de marchés financiers illustrait la qualité de la reprise économique américaine. En fait, les entreprise américaines s’endettent avec des taux bas et achètent leurs actions, ce qui nourrit la hausse mais n’a plus grand chose à voir avec le modèle classique d’une reprise de l’économie.
Bien sûr, en écrivant cela, nous n’oublions pas la donnée essentielle selon laquelle le véritable pouvoir n’est pas celui que possède Donald Trump mais la Main anonyme… En ce sens, et comme nous le verrons dans le développement futur de la lettre confidentielle LIESI, en temps opportun, bien des surprises désagréables pourraient (vont) survenir pour l’entourage politique du président Trump… C’est ce que rapportent les sources informant LIESI avec une perspicacité si déconcertante pour d’aucuns qui cherchent à lire l’avenir des marchés ou de l’économie sur le fondement de critères (d’ailleurs tronqués) appartenant à l’Histoire officielle
Donald Trump doit tenir compte de sa base électorale, qui doit être contentée par son action politique dans les prochains mois. C’est notamment le cas pour les agriculteurs dont une grande partie a voté « Trump » et qui sont aujourd’hui très circonspects. Pour le moment, par exemple, les exportations totales de soja des Etats-Unis ont diminué de 28% en mars par rapport à l’an dernier. Que dire également des tarifs sur l’acier et l’aluminium américain dont l’augmentation des prix nuit aux entreprises et aux consommateurs américains ?
De plus, le Congrès n’a pas encore ratifié le pacte commercial conclu avec les assemblées législatives canadienne et mexicaine…
Un bon accord sera difficile à conclure entre la Chine et les Etats-Unis, et son annonce éventuelle pourrait s’avérer bien décevant dans les détails. En attendant, les Etats-Unis ont de plus en plus besoin de l’argent de Pékin pour financer leur déficit extérieur. Une partie des excédents générés par la Chine est encore recyclée dans les bons du Trésor américain, même si Pékin cherche par tous les moyens à internationaliser sa devise, le renminbi. Pour l’heure, si le renminbi représente 5% des réserves mondiales, le dollar US est toujours proche de 60%.
5% c’est aussi le pourcentage de la dévaluation de la devise chinoise par rapport au dollar depuis le dernier tweet ravageur de Donald Trump.
Dans ce monde financier où les capitaux se déplacent à la vitesse de l’éclair, les grands acteurs ne peuvent pas faire n’importe quoi. D’autant plus qu’ils sont tous sont dans une diplomatie contraignante à l’égard de la Main anonyme dont le plan se poursuit inlassablement et pas nécessairement selon les intérêts des uns et des autres.
 

LA LETTRE CONFIDENTIELLE LIESI        LA LETTRE DES PROPHÉTIES

             LA LETTRE  D’INFORMATIONS STRATEGIQUES SUR L’OR