QUE LES PEUPLES CESSENT DE SE GOINFRER DE DETTES !

56

La situation de la zone euro est tellement idyllique qu’il n’est pas prévu, pour 2020, de mener une politique de désendettement. Nous apprenons que les pays de la zone euro vont emprunter approximativement 900 milliards d’euros l’année prochaine. On veut rassurer le citoyen européen dont les retraites sont gérées par des organismes copieusement investis en dettes ou obligations d’État. Souvenez-vous tout de même que c’était exactement la même chose pour les Allemands au tout début des années 20 du siècle précédent. Mais il est vrai qu’aujourd’hui on est tellement plus intelligent… N’y a-t-il pas un fonds de garantie censé protéger les avoirs des citoyens européens planqués dans les banques mastodontes qui ont acheté beaucoup de papier et des instruments spéculatifs divers? Et puis on précise que l’on va encore jouir de taux d’intérêt extrêmement bas ; par conséquent s’endetter à 0% ce n’est pas si grave. La vie est belle et tout peut continuer comme si de rien n’était.
Franchement, comment nos concitoyens peuvent-ils être aussi naïfs et plébisciter de telles sornettes? Vous imaginez combien les banquiers internationaux doivent rigoler entre eux en évoquant la cupidité du brave peuple qui s’apprête encore à se faire tondre. C’est tout de même bien triste quand le climat vire au grand froid.
Pour la petite histoire, le montant total de la dette dans le monde vient d’atteindre un niveau record à 250 000 milliards de dollars selon les données de l’institut International Finance pour 2019.
Pour la petite histoire, la dette pèse aujourd’hui 320% du PIB mondial.
Tout le monde a voulu profiter des taux d’intérêt arrivant dans le territoire négatif. C’est ainsi que l’encours obligataire mondial dépasse aujourd’hui 115 000 milliards de dollars. Il était de 87 000 milliards en 2009.
Comment feront les Etats, les entreprises et les ménages, lorsque les taux d’intérêt remonteront? La Deutsche Bank assure que les taux d’intérêt seront encore très bas toute l’année prochaine et pour de nombreuses années. Malheureusement, les prévisions de la Deutsche Bank se sont avérées catastrophiques pour elle-même et ce depuis… de nombreuses années.
Dans cet univers, le point inquiétant concerne les pays émergents qui vont avoir à effectuer d’importants remboursements entre maintenant et 2021. Or nous constatons que la plupart d’entre eux sont en train de connaître des bouleversements sociaux ou des révolutions de couleur, ce qui fragilise considérablement la possibilité du remboursement de leurs dettes. La question se pose alors : qui peut bien avoir intérêt à déstabiliser ces pays et à provoquer une catastrophe obligataire dantesque?
Notre monde est dirigé par des personnalités qui n’ont nullement le souci du bien commun, celui de la veuve et de l’orphelin. C’est même tout à fait le contraire. Non seulement ces gens combattent la vérité et les interdits formulés par Notre Seigneur Jésus-Christ, mais ils ont l’outrecuidance de faire croire que le monde de demain sera meilleur que celui d’aujourd’hui. Ils prétendent sécuriser les comptes ; ils veulent tranquilliser les esprits, mais ils préparent une banqueroute générale tout en inondant le pays d’étrangers notamment sélectionnés parmi ceux qui ne partagent nullement les valeurs chrétiennes des pays qui les reçoivent.
Méditons quelques instants sur le quatrième psaume du Roi David : “Si le Seigneur n’édifie la maison, en vain travailleront ceux qui la bâtissent. Si le Seigneur ne garde la ville, en vain les sentinelles veillent à sa garde.” Depuis 20 siècles, des générations et des générations d’hommes ont pu vérifier la véracité de ces recommandations. À chaque fois que l’homme révolté s’en est écarté, ce furent des pleurs et des grincements de dents. Que fait encore l’homme du XXIe siècle? Il se gave de dettes sans se soucier du lendemain ni de l’urgence de se confier en Celui qui peut tout et sans qui nous ne sommes rien.

 

SOMMAIRE DE LA LETTRE CONFIDENTIELLE LIESI

SOMMAIRE DE LA LETTRE  LISO

SOMMAIRE DE LA LETTRE DES PROPHETIES