Le Nouveau Monde et la dette – Partie 2

109

L’institut de la finance internationale (IIF) à Washington avertit que la dette a atteint des proportions “ahurissantes”. Mais les marchés restent imperturbables. Alors que la volatilité et le sentiment de marché sont revenus à des niveaux de complaisance extrêmes, le contexte fondamental et économique ne cesse de se détériorer.
La dernière étape de hausse des marchés financiers américains que nous connaissons a coïncidé avec le redémarrage, par la Réserve fédérale, d’injections monétaires massives, ce qui a favorisé une flambée des prix des actifs, exactement comme à la fin de l’année 1999. C’était l’époque de la bulle internet.
Aujourd’hui, l’attitude de la Réserve fédérale consistant à inonder le système de liquidités pour financer des opérations de rachat à court terme, n’est absolument pas normal et suggère que quelque chose de grave est survenu dans le fonctionnement même du système.
Les gouvernements sont totalement dépendants de l’emprunt, comme les entreprises et les ménages (notamment en Chine). Il y a une montagne de dettes qui augmentent au fil des mois. On explique que c’est la nouvelle norme du Nouveau Monde.
Hier, dans l’Ancien Monde, on s’inquiétait de la progression inexorable de la dette dans les économies émergentes. Aujourd’hui, dans le Nouveau Monde, la même situation dans les pays avancés est jugée sans importance…
La dette mondiale a explosé de 7,5 billions de dollars au cours du seul premier semestre de cette année, atteignant un record de 251 billions de dollars, selon l’IIF.
Dans le Nouveau Monde, il faut de nouvelles théories pour justifier les hérésies reconnues dans l’Ancien Monde. C’est ainsi que les économistes socialistes ont inventé la théorie monétaire moderne réunissant de nombreuses inepties. Selon ces gens-là, qui ont visiblement pris un sérieux coup de soleil, on peut emprunter librement pour financer la relance budgétaire alors que les taux d’intérêt restent bas. Pourtant, au sein des banques centrales occidentales, certaines personnalités commencent à douter. Pourra-t-on conjurer la prochaine récession ? Pourra-t-on garder des taux d’intérêt indéfiniment au plancher ?
Lisez bien les derniers numéros de LIESI, comme le 436, qui évoque le craquement qui s’est produit le 16 septembre sur le marché de Wall Street. Pour résumer la situation, disons que les banques ont la trouille !
Imaginez que le secteur mondial des entreprises hors institution financière soit endetté pour un montant égal à 92% du PIB en juillet dernier. En Chine, la dette des entreprises frôle les 160% du PIB. À Pékin, on parle de nationalisation de la dette comme l’a fait le Japon dans les années 90 avec sa dette bancaire.
A. Rowley a bien raison d’écrire que «l’énorme dette publique des entreprises et des ménages ressemble à la nouvelle norme de l’économie mondiale jusqu’à la prochaine crise». «Des dettes importantes au niveau public et privé peuvent ne pas avoir d’importance tant que la croissance se poursuit et que le taux d’intérêt reste bas. Mais tout cela pourrait changer si une nouvelle crise financière se propageait à l’économie mondiale, comme cela s’est produit auparavant.» Or, là est bien l’intention des puissants qui fabriquent les crises pour créer les fondations d’un autre Monde… tout à la gloire de SATAN.

SOMMAIRE DE LA LETTRE CONFIDENTIELLE LIESI

SOMMAIRE DE LA LETTRE  LISO

SOMMAIRE DE LA LETTRE DES PROPHETIES