LE NOUVEAU MONDE ET LES METAUX PRECIEUX

80

La manipulation des cours de l’or et de l’argent atteint des proportions époustouflantes. Les cours sont essentiellement manipulés grâce à l’émission d’or papier et d’argent papier. Par exemple, « pour 800 millions d’onces d’argent physique, il y a 1 milliard d’onces de papier » affirme le PDG d’une grosse mine d’or.
Pour le moment, de nombreux acteurs ont intérêt au maintien des cours des métaux précieux à un niveau relativement bas dans le contexte des bulles spéculatives remarquées sur les marchés obligataire, d’actions et de l’immobilier. C’est ainsi que la Chine, la Russie, l’Inde et bien d’autres pays ne cessent d’accumuler de l’or physique et de l’argent physique. Toutefois, la Chine qui a déjà ramassé des quantités d’or phénoménales, se prépare à détruire une fois pour toute le monopole de Londres sur la cotation des prix de l’or et de l’argent. Si depuis trois cents ans, le fixing de Londres détermine le prix mondial de l’or, la Chine a ouvert une zone de libre-échange à Shanghai, ainsi qu’une bourse internationale de l’or physique. Le jour où la Chine aura pour consigne de balayer le dollar, elle pourrait remonter fortement les cours de l’or côté à Shanghai.
Aujourd’hui, la Chine détient une place primordiale sur le marché mondial des métaux précieux et le mouvement prend de l’ampleur dans la mesure où le gouvernement communiste encourage les citoyens à se constituer une épargne en or, ce qui (d’ailleurs) est une habitude ancestrale pour la Chine.
Il va s’en dire que dans une telle hypothèse les autorités de Pékin n’agiraient pas en solitaire. Il existe un plan conçu à un niveau bien supérieur à celui du Parti communiste chinois. La Chine n’a remonté la pente que par la volonté des hommes qui ont bâti ce plan. De même, la Russie a pu redresser la barre, après l’effondrement de l’Union soviétique, grâce au soutien des pétroliers de Wall Street qui ont propulsé les cours à un très haut niveau, permettant ainsi à Moscou de financer son programme militaire… jusqu’à l’intervention en Syrie.
Ce réseau peut très bien, dans le cadre de la guerre bactériologique, provoquer une catastrophe endémique en Afrique, notamment dans les régions où des mines d’or sont exploitées. De nombreuses mines d’or sont en effet exploitées en Afrique de l’Ouest. Le Ghana est par exemple le dixième pays producteur d’or au monde. Si un virus (pourquoi pas Ebola) ravageait l’Afrique de l’Ouest, nous pourrions alors assister à la fin des opérations d’extraction d’or dans cette région. Une excuse pour provoquer la flambée des métaux précieux.
En fait, il y a autant de scénarios possibles que pourraient l’imaginer les scénaristes d’Hollywood. Mais au-delà, il y a une certitude : ceux qui maquillent l’effondrement économique (voir le Baltic Dry Index -indice de prix / transport maritime- qui touche un plus bas de six mois) en une reprise qui ne s’arrête jamais, ont une idée en tête. Et quand elle deviendra publique, le monde deviendra bien différent… et très rapidement.

SOMMAIRE DE LA LETTRE CONFIDENTIELLE LIESI

SOMMAIRE DE LA LETTRE  LISO

SOMMAIRE DE LA LETTRE DES PROPHETIES