2017 : témoignage d’une conversion

111

Chauffeur routier, j’ai eu un très grave accident de travail en 2011 à Barcelone. J’aurais dû mourir, mais dans le coma j’ai fait une expérience extraordinaire.
Je dois dire d’abord que je suis issu d’une famille musulmane. À trois ans, sans que je n’ai jamais pu savoir pourquoi j’ai été placé dans une famille d’accueil. Cette famille était juive pratiquante et a donc commencé à m’enseigner la religion, mais curieusement elle m’a scolarisé dans une école catholique. J’ai donc connu ces trois religions.
Dans mon coma, j’ai entendu des chants d’une beauté merveilleuse. Ma femme venue à mon chevet, fut très étonnée quant à mon réveil je lui dis que quelqu’un chantait des chants en arabe. Il n’y avait que l’infirmière, ma femme et moi dans cette unité de soins intensifs… Mais alors ? Qu’étaient donc ces chants ?
CLIQUER pour lire la suite
De retour à la maison, un mois et demi après mon accident, nous entamions des recherches… Ces chants résonnent dans ma tête, ils sont si beaux… Puis un jour, je découvre qu’il s’agit du « Notre Père » en araméen. Depuis ce jour, je n’ai plus cessé de croire et d’aimer le Christ. Lui qui nous a appris le « Notre Père », en araméen. L’arabe et l’araméen sont des langues sémitiques très proches.
Depuis, j’ai reçu le baptême, et nous nous sommes mariés à l’Eglise. Nous vivions enfin pour l’amour du Christ… Notre foi grandissait et l’Eglise moderniste ne répondait plus à nos attentes. Nous avons des amis qui vont à la messe traditionnelle, et nous avons décidé de les suivre.
Cette année, 2017, nous avons reçu le sacrement de confirmation dans l’Aude, par un des évêques de la Fraternité Saint Pie X. Depuis ce jour, nous ne cessons de pratiquer, et nous allons toujours à la Sainte messe traditionnelle.
Dieu est infiniment bon et aimable, et dans sa grande bonté, je peux dire aujourd’hui qu’il a toujours été à mes côtés et me guide chaque jour.
J’étais impatient de faire cette retraite de Saint Ignace pour approfondir ma foi, ma connaissance de la religion qui donne tant de paix et de joie à l’âme. Et je ne suis pas déçu !

Témoignage d’un des retraitants, cette semaine de 2017, à la Maison Saint-Joseph de Caussade.