CURIEUSE GESTION CHINOISE DU CORONAVIRUS

100

Ces dernières 48 heures il y a eu plusieurs reportages destinés à rassurer les populations sur la propagation du coronavirus. On a mis en avant les mesures de quarantaine prises par le gouvernement chinois pour une vingtaine de villes représentant environ 60 millions de personnes.
Dans un reportage de l’AFP on voit par exemple un barrage routier de la police à la périphérie de Wuhan refouler des voitures dont les conducteurs cherchent à quitter l’épicentre infecté par le virus. D’autres, résignés, qui acceptent d’être prisonniers à l’intérieur des villes sous séquestre et qui y passeront le Nouvel An lunaire. Leur préoccupation étant de s’approvisionner en masques et fournitures médicales.
CLIQUER pour lire la suite
On comprend le message : les autorités ont empêché quiconque de quitter Wuhan, la ville de 11 millions d’habitants au cœur de l’épidémie virale où, officiellement, près de 1 300 personnes sont infectées 41 autres mortes. Le message de la police est clair : « Personne ne peut quitter la ville ! »
Mais il faut cependant savoir que la quarantaine et le verrouillage de la ville a été exécuté bien tardivement. C’est ce qu’a révélé le maire de Wuhan, Zhou Xianwang. Lors d’une conférence de presse, il a dit qu’environ 5 millions d’habitants avaient déjà quitté Wuhan avant le verrouillage de la ville.
Il y a donc une propagation dans le pays de porteurs du coronavirus.
Durant ces dernières heures, des responsables de la santé chinois ont averti que la capacité du virus à se propager se renforçait, et dans les pires nouvelles possibles pour la Chine, Ma Xiaowei, le ministre en charge de la Commission nationale de la santé de la Chine (NHC), a déclaré (lors d’une conférence de presse) que lutter contre l’épidémie était devenu particulièrement compliqué, après avoir découvert que le nouveau virus pouvait être transmis même pendant la période d’incubation, ce qui n’était pas le cas avec le Sars (syndrome respiratoire aigu sévère).
En d’autres termes, des dizaines, voire des centaines de milliers de porteurs de coronavirus ont fui tranquillement, et peuvent avoir infecté jusqu’à 3 ou 4 autres personnes chacune.
Le même ministre a avoué que le virus s’était adapté aux humains et semblait être devenu plus transmissible.
Par conséquent, la Chine se prépare à “la prochaine étape de l’épidémie”.
Pour cette raison, 2 360 médecins et infirmières militaires et civils ont été envoyés à Wuhan.
Confrontés au flot de malades les hôpitaux de la ville ne peuvent plus faire face.
De nombreuses personnes ayant développé des symptômes ont été refoulées par les hôpitaux de la ville parce qu’il n’y avait pas assez de lits. Les médecins manquent également de kits de protection et sont obligés de recycler des lunettes et des masques.
Wang Jiangping, vice-ministre chinois de l’industrie et des technologies de l’information, a déclaré que la Chine avait la capacité de produire au maximum 30 000 tenues de protection par jour, mais cela représentait moins du tiers de ce qui était nécessaire à Hubei.
Pendant ce temps, la chasse à la véritable source de la pandémie se poursuit. La Chine a imposé une interdiction nationale du commerce des espèces sauvages dimanche, car la source à l’origine de l’épidémie semblait être issue d’un marché de fruits de mer à Wuhan, qui vendait également des animaux sauvages. Cependant, un document de recherche publié par la revue médicale The Lancet samedi a mentionné que le premier cas confirmé d’infection virale était une personne qui n’était pas allée sur ce marché !
Qu’en penser ?
Officiellement, voici la carte des cas déclarés et des morts ce 27 JANVIER

.