LES MONDIALISTES POSENT LEUR DIALECTIQUE HEGELIENNE A DAVOS

243

Tandis que les politiciens démocrates cherchaient à défendre certains réseaux de l’establishment en déclenchant la procédure de destitution du président américain, ce dernier s’était déplacé au rassemblement annuel des élites à Davos. Milliardaires et politiciens s’y réunissent tous les ans pour influencer les peuples sur le chemin que doit suivre l’humanité… du moins dans le sens souhaité par ceux qui cherchent à façonner un Nouveau Monde tout dévoué au Prince de ce monde.

cliquer pour lire la suite

LA THÈSE DE DAVOS: une révolution de couleur verte

Cette année, le comité exécutif de Davos avait décidé d’un thème qui ne surprendra personne : sauver le monde des changements climatiques provoqués par le comportement de l’homme. C’est la raison pour laquelle de nombreuses personnalités “vertes” furent conviées à cette réunion. Il y eut la célèbre et pauvre fille (Illluminati) Greta Thunberg, mais encore Al Gore, Sir Nicholas Stern, Bill Gates et le Prince Charles. On notera un détail significatif parmi les invités : le gouverneur de la banque d’Angleterre Mark Carney. Il abandonnera prochainement sa fonction au sein de la direction de la banque d’Angleterre pour devenir une sorte de ministre Vert des Nations unies, pour cette question qui tient tant à cœur les mondialistes : la cause climatique et son projet pour sauver la planète des méchants humains.
Ce dernier, zélé serviteur de la cause des marxistes financés par les banquiers internationaux apatrides, soucieux de plaire à ses maîtres, multiplie les conférences et les menaces à l’encontre des capitalistes qui résisteraient à la révolution verte – une révolution de couleur cette fois facile à identifier ! Bien entendu, la couleur verte doit être traduite comme la perestroïka de la couleur rouge.
Mark Carney avertit qu’il y aura prochainement de graves sanctions à l’encontre des entreprises qui ne se dégageront pas suffisamment des investissements dans les sources d’énergie fossile. Autrement dit, de nombreuses sanctions sont prévues à l’encontre des entreprises indispensables au fonctionnement de notre société actuelle.
Bien des gens l’ont compris, ce groupe de marxistes a bien l’intention de détruire le monde tel que nous le connaissons en vendant la fable d’un Nouveau Monde écologique où la tyrannie serait exercée par la haute technologie dont les firmes sont, sans vraiment de surprise, sous le même contrôle des escrocs financiers qui financent grassement le gouverneur de la banque d’Angleterre dans sa campagne pour LE changement de régime DE l’Occident.
Derrière toutes ces annonces, il y a surtout la programmation d’une refonte fondamentale du système financier. Cela ne doit pas être dit de manière aussi vitale, afin de ne pas effrayer le contribuable insouciant du monde chaotique que lui préparent les propriétaires des banques centrales.
Parce que le monde dépeint par des personnages de la trempe du gouverneur de la banque d’Angleterre (et donc bientôt représentant des Nations unies), n’est pas seulement un monde de désindustrialisation, mais ce sera aussi un monde de génocide de masse. C’est bien la raison pour laquelle les grands bouleversements climatiques que LIESI a annoncés depuis bien longtemps, sous la forme de grands froids, vont contribuer avec les épidémies de masse, à une telle perspective.
La pauvre Greta, au visage si dur pour ces milliardaires qui l’encensent, ne comprend même pas qu’ils se servent d’elle pour détruire la génération qu’elle représente.
Elle a déclaré qu’il n’y avait pas de temps à perdre parce qu’un énorme bouleversement se préparait dans les huit prochaines années. Qui lui a soufflé cette novelle échéance à l’oreille? “Nous ne voulons pas que ces choses soient faites en 2050, ni en 2030 même 2021. Nous voulons que cela se fasse maintenant.”
Et quand on lui a demandé ensuite si elle était d’accord avec le projet de Mark Carney, Greta Thunberg a répondu très positivement : “Oui !”
 

L’ANTITHÈSE DE DONALD TRUMP: LE MIRAGE A LA PONZI

Les électeurs de Donald Trump seront contents puisque ce dernier s’est opposé à cette vague d’hystérie quand il a présenté sa vision extrêmement optimiste de l’avenir. Face à l’hystérie climatique, Donald Trump a énoncé sa propre vision de la réussite de l’économie américaine, tandis que des économistes réputés l’écoutaient, totalement abasourdis d’entendre sa manière d’interpréter des chiffres gonflés avec les dettes des États-Unis et les tombereaux de monnaies déversées quotidiennement par la banque centrale américaine.
Voilà donc la dialectique que l’on propose : d’un côté, des fanatiques de la réduction de populations version malthusienne; et de doux rêveurs pensant que le cycle économique pourra toujours être gonflé grâce à une pyramide de Ponzi.
Quelle sera la forme de la SYNTHESE ?
Voir cette dernière série de la LETTRE DES PROPHETIES qui vient d’être mise en ligne.

SOMMAIRE DE LA LETTRE CONFIDENTIELLE LIESI

SOMMAIRE DE LA LETTRE  LISO

SOMMAIRE DE LA LETTRE DES PROPHETIES