La pandémie du coronavirus fait partie d’un plan supérieur

377

“Notre hypothèse précédente selon laquelle le virus sera contenu en Chine s’est avérée trop optimiste, et les chances d’une pandémie augmentent”, ont écrit les économistes de Moody’s. Moody’s a également prévenu qu’une pandémie entraînerait une récession mondiale et américaine au cours du premier semestre de cette année : “L’économie était déjà fragile avant l’apparition de la pandémie et vulnérable à tout ce qui ne collait pas au scénario. Le COVID-19 est très loin du scénario”, ont déclaré les économistes de l’agence. “Le coronavirus COVID-19 est sorti de nulle part. Il pourrait s’agir de ce que les économistes appellent un cygne noir – un événement rare et intrinsèquement imprévisible aux conséquences graves”, ont-ils ajouté.
Alors, à quoi peuvent servir des institutions comme Moody’s? Au-delà, notre analyse de cette guerre bactériologique ne cesse de se confirmer… Cf LISO 322-332.
CLIQUER pour lire la suite
Selon le directeur général de l’Organisation mondiale de la santé (OMS) la propagation du coronavirus menace de devenir une pandémie. Pourquoi prendre son temps pour faire cette déclaration que tout le monde attend ? On a comme l’impression qu’il y a de gros intérêts financiers en jeu dans la gestion de cette crise du coronavirus qui inaugure le début d’une vraie guerre bactériologique à l’échelle mondiale. Il faudra bien logiquement, à un certain moment, passer par cette reconnaissance de l’OMS pour passer à une autre étape ? En réalité, cette reconnaissance semble devoir survenir dans un contexte bien particulier. Et nous n’y sommes pas encore… Il faut que la maladie s’étende avec la complicité de certains gouvernants afin que les peuples prennent vraiment peur pour accepter ce qui leur sera proposé…
En tout cas, on peut déjà constater l’impact du processus pandémique sur la production économique physique dans la mesure où certaines chaînes d’approvisionnement du système de production industrielle commencent à souffrir.
On s’aperçoit maintenant des conséquences attachées aux politiques de délocalisation qui ont atomisé la souveraineté des économies nationales pour les remplacer par des cartels internationaux dont les intérêts sont bien autres que ceux des habitants réunis au sein même d’une nation.
Nous verrons si le scénario du coronavirus sera vraiment à l’origine de la prochaine crise systémique. Combien de temps le système financier, dépendant de plusieurs quadrillions de dollars, tiendra t-il ? Y aura t-il un gros sursaut lorsque nus passeront à la prochaine étape?
Quel sera le déclencheur de l’effondrement systémique de ce système ? Un effondrement qui provoquera la perte de plusieurs millions de vies et éventuellement une guerre mondiale. Nous n’y sommes pas encore mais il devient de plus en plus évident que les oligarchies apatrides ont décidé de passer à une autre étape où larmes, sang, panique et totalitarisme deviendront le quotidien de plusieurs milliards de personnes.