Les doutes de l’Allemagne sur l’avenir de l’Union européenne exposés – “Elle pourrait se disloquer”…

191

On assiste de plus en plus à un euroscepticisme au sein du bloc européen. Le Brexit hante les esprits de nombreux politiciens allemands et notamment dans le camp de la chancelière Angela Merkel. En effet, des responsables de l’Union chrétienne-démocrate d’Angela Merkel ont déclaré que le nombre d’Allemands craignant que l’UE ne “s’effondre” est en augmentation permanente.
On peut par exemple citer Felix Schonherr, de la Werte Union (Union des valeurs) – un groupe au sein du parti de Merkel qui a appelé le parti à se tourner vers la droite en faveur des “valeurs conservatrices”.
CLIQUER pour lire la suite
Selon le porte-parole du groupe, s’il ne s’oppose pas à l’adhésion de l’Allemagne à l’Union européenne, le Brexit suscite désormais des interrogations, des craintes à Berlin même et au-delà… que le bloc européen puisse se disloquer.
Il l’a dit à Express.co.uk : “Dans la population en général, les gens sont en colère contre le Brexit et déçus par celui-ci – ce n’est pas seulement une question de réglementation ou d’économie, mais beaucoup de gens craignent que le projet même de l’Union européenne soit brisé”. “Je pense que du point de vue de l’économie allemande, le Royaume-Uni est un partenaire commercial très important, et nous devrions essayer d’obtenir un accord des deux côtés”.
Le porte-parole de l’Union Werte a déclaré qu’il se concentrait sur la manière dont le Brexit pourrait affecter l’Allemagne au niveau national. Il dit craindre que les citoyens allemands en arrivent à penser que l’euro est un échec et que l’avenir de l’UE ne soit très compromis après le Brexit. Il a même évoqué un possible CRASH DE L’EURO dès que le principe d’un échec de l’Union européenne deviendra une évidence.
Il va de soi que dans un tel scénario, les propagateurs du Brexit se réjouiraient et diraient au peuple britannique : “Heureusement que nous sommes partis”.
Il faut dire que l’Allemagne peut être inquiète de l’évolution du Brexit puisque ses exportations vers le Royaume-Uni représentent 6,6% des exportations allemandes, soit 2,6% du PIB. Un chiffre légèrement supérieur à la moyenne de l’Union européenne.
Au-delà des exportations, le Brexit pourrait entraîner des coûts supplémentaires pour l’Allemagne au budget européen, ce que LIESI a souligné dans l’une de ses lettres. En pleine crise économique, la question budgétaire va susciter de grosses tensions au sein des pays de l’UE…