Les globalistes parviennent à justifier le carnage sur les marchés – Partie II

162

Au-delà de tout cela, la question de la dette des entreprises appelées zombies va devenir très inquiétante. Ces entreprises sont entretenues avec de l’argent déversé abondamment, mais dès que la défiance sera là, les dégâts vont être incommensurables. Selon un responsable obligataire d’Allianz « la masse de crédit fragile de type ‘BBB’ et ‘high yield’ (corporate) est considérable et le risque de dégradation de ces dettes est très préoccupant… le secteur du crédit non bancaire est également ‘à risque’ ».
CLIQUER pour lire la suite
L’effet boule de neige pourrait réduire les espoirs de toucher des retraites investies sur des marchés d’actions qui s’effondrent. Que vont devenir les fonds de pension gérant les retraites des retraités d’aujourd’hui et celles des salariés? On en parle pas… Pourtant, l’un des effets d’entraînement qui affectera probablement certains épargnants est la panique provoquée par l’impact potentiel du virus sur les pensions publiques et d’entreprises. Le problème est posé depuis longtemps ; le coronavirus n’est peut-être que la goutte d’eau qui fera déborder le vase. Par exemple, très récemment en Angleterre, un article du Guardian disait : “Les épargnants subissent des pertes de près de 10% dans leurs régimes de retraite depuis le début de la panique du marché du coronavirus”. La déroute boursière signifie qu’une personne qui avait accumulé 250 000 livres sterling dans son régime de retraite au début de cette année l’aura vu se réduire à environ 225 000 livres sterling le 9 mars. Rappelons que les régimes de retraite des grandes entreprises comme General Electric (qui est l’une des plus grandes) sont en difficulté depuis un certain temps.
Le principal point à retenir est le suivant : si les fondamentaux se dégradent ou que la panique due au coronavirus se propage encore et “infecte” un programme de retraite d’entreprise, les épargnants devraient être très attentifs et rester en contact avec les administrateurs de leur régime. Bref, tout ce que nous avons dit depuis la création de LIESI, le 12 septembre 2001, se confirme…
La vérité est que la majorité des programmes de retraite publics et d’entreprises ont déjà atteint des niveaux proches de la crise. Alors si le vôtre devait être réduit de 10% en un week-end (ou arrêté), que feriez-vous ?
Pendant ce temps, les banquiers des plus grosses banques d’affaire amplifient la pression pour une totale dérégulation des marchés financiers. S’ils obtiennent satisfaction; verrons-nous la fin de ce montage innommable parce que l’on a trop donner de pouvoir à la Haute finance ; un pouvoir qui a cru avec l’effondrement de la foi dans les nations du monde occidental ?
Si les banquiers internationaux parviennent à leur fin, ce qui viendra après sera la mise à mort de tout le processus du paradigme dans lequel nous vivons depuis la fin de la Seconde Guerre mondiale…