LA SAINTE MESSE EST LE PLUS PUISSANT SACRIFICE DE RECONCILIATION

41

Saint Paul ermite avait reçu le don de lire dans les consciences. Le dimanche, il se plaçait à la porte de l’église, les solitaires passaient devant lui, et celui qu’il reconnaissait chargé d’une faute, il la lui révélait et l’exhortait à la pénitence.
Or, un jour arriva un homme tout noir de figure et de corps ; des démons l’accompagnaient et le tenaient enchaîné. Dans le lointain, l’ange gardien suivait tristement son infidèle protégé. A ce spectacle, saint Paul versa des larmes amères et se frappa la poitrine, plein de compassions pour le pauvre pécheur. Malgré les insistances des solitaires, le saint resta à la porte pendant le sacrifice de la messe et continua de pleurer. A l’issue de la messe, ses regards cherchèrent de nouveau le pécheur : son visage était comme illuminé, l’ange gardien plein de joie se tenait tout près de lui, tandis que les démons suivaient bien loin.
CLIQUER pour lire la suite
« O inexprimable bonté de notre Dieu ! s’écria Paul, O insondable mystère de la miséricorde ! Venez, mes Frères, admirez les merveilles divines, apprenez ce qui vient de se passer. Voici un homme que j’ai vu tout noir, enchaîné par les démons quand il est entré dans l’église ; voilà qu’il en sort transfiguré, plein de beauté, sous la sauvegarde de son bon ange. »
Puis se tournant vers l’individu, il lui dit : « Rends gloire à Dieu et dévoile nous l’état de ton âme ». L’homme répondit : « Je suis un misérable qui a vécu depuis longtemps dans l’impureté. Tout à l’heure, dans l’épître, les paroles du prophète Isaïe m’ont frappé : ‘‘Lavez-vous, purifiez-vous, ôtez de devant mes yeux la malice de vos pensées ; cessez de faire le mal. Quand vos péchés seraient rouges comme l’écarlate, ils deviendraient blancs comme la neige !’’ J’ai soupiré vers Dieu en disant : O mon Sauveur, qui êtes venu dans le monde pour sauver les pécheurs, remplissez votre promesse envers moi, délivrez-moi du mal. Pendant toute la messe, cette pensée et d’autres semblables ne me quittaient pas, et j’ai promis au Seigneur de me confesser et de ne plus commettre de faute, pourvu qu’il daigne me pardonner et me recevoir pour son enfant dès cette heure. »
Alors toute l’assemblée s’écria : « Seigneur, vos œuvres sont admirables ! Par la vertu de la sainte messe vous convertissez les pécheurs et les comblez de vos faveurs ».
Ah ! que les juifs étaient pauvres sans ce sacrifice, qui au témoignage de l’apôtre, ne pouvait effacer un seul péché par le sang des boucs et des taureaux.
« L’effet propre du sacrifice de la messe est de nous réconcilier avec Dieu ». Saint Thomas appuie cette doctrine d’une excellente comparaison. « L’homme pardonne l’injure qu’il a reçue, si l’offenseur lui offre un excellent présent ou lui rend un grand service. De même, Dieu nous pardonne à cause de l’honneur que nous lui rendons en assistant pieusement à la sainte messe et du don sublime que nous lui faisons par l’oblation du corps et du sang de Notre Seigneur Jésus-Christ. » Parce que le bonheur que procure l’offrande dépasse la grandeur de l’offense et le fait comme oublier.
 
Sainte Gertrude nous apprend qu’un jour elle priait Dieu de prévenir les pécheurs de sa grâce afin qu’ils se convertissent plus tôt, mais qu’elle n’osa prier pour ceux qui meurent dans l’impénitence finale. Notre Seigneur la reprit de sa crainte : « Quoi ! lui dit-il, la présence de mon corps sans tache et de mon sang précieux ne mérite-t-elle pas de ramener à une meilleure vie ceux qui sont sur la voie de l’enfer ? »
La sainte réfléchit sur ces touchantes paroles et dit avec une entière confiance : « Puisque votre charité ineffable veut bien tant accorder à mes indignes prières, je supplie votre Majesté sainte qu’il lui plaise de remettre en état de grâce des personnes qui vivent dans le péché et qui sont en danger de périr. »
Alors le Seigneur lui répondit avec un visage plein de bonté : « La confiance peut aisément tout obtenir. » Et il retira un certain nombre d’âmes de la voie de la perdition. Aimons donc assister souvent, même chaque jour, à la sainte messe. (Le Messager de l’Immaculée)
Puisque la SAINTE MESSE EST LE LE PLUS PUISSANT SACRIFICE DE RECONCILIATION n’était-il pas normal que Satan et les siens cherchent par tout les moyens à l’abolir comme c’est aujourd’hui le cas. Nous vivons ce carême et probablement la prochain fête de Pâque avec les églises fermées à Rome. Nous sommes donc parfaitement dans la logique de l’incendie provoqué de Notre Dame de Paris…