AVONS-NOUS ATTEINT LE CREUX DE LA VAGUE ET UN NOUVEAU MARCHE HAUSSIER VIENT-IL DE COMMENCER?

53

On assiste à un énorme crash des marchés financiers américains. Le S&P500 (qui regroupe 500 valeurs) a plongé de 35% par rapport à son plus haut niveau en moins d’un mois. Un déclin plus rapide et plus chaotique que les krachs de 1987 ou 1929 – voir le graphique.
La banque centrale américaine a alors déclenché non pas un bazooka mais une “bombe nucléaire” de liquidités pour propulser les cours qui ont permis aux marchés actions de rebondir. Voir cet autre graphique :
CLIQUER pour lire la suite

La question que tous les gestionnaires de fonds et de caisses de retraite de la planète se pose est simple: est-ce que ce mouvement sera durable? Une question importante quand les contribuables ont leurs liquidités en banque, lesquelles sont quasiment fermées, à part les distributeurs qui rencontrent souvent des problèmes… grippés par le coronavirus.
Les stratèges de Goldman Sachs sont assaillis d’appels téléphoniques de clients fortunés mais pas assez pour appartenir au cartel des banquiers internationaux et disposer ainsi du sésame assurant la clé de lecture de l’avenir. On fait valoir que D. Trump ne peut pas se permettre de laisser le marché filer à quelques mois des élections présidentielles. Mais c’est supposer que le président américain serait autonome… Est-ce vraiment le cas?
Faut-il rééquilibrer les portefeuilles? Goldman Sachs répond: “Nous prévoyons que la prime de risque des actions diminuera et que les valorisations augmenteront à mesure que les investisseurs gagneront en visibilité quant à la trajectoire des bénéfices prévus pour l’année prochaine. Tactiquement, cependant, nous pensons qu’il est probable que le marché se retourne à la baisse dans les prochaines semaines, et nous mettons en garde les investisseurs à court terme contre la poursuite de ce rallye”.
Que croire?
La réponse se trouvera cependant dans le prochain numéro de la lettre LIESI, car elle exige une analyse peu conventionnelle et d’être exposée dans un cadre privé, prenant en compte l’évolution de notre monde qui va virer à la dictature. Tout ce que nous vivons depuis quelques semaines s’inscrit dans un contexte particulier très significatif de ce que veulent les serviteurs de Mammon. Il faut être par exemple bien naïf pour ne pas se rendre compte que cette crise a surtout une connotation religieuse par les sectateurs de Lucifer. Un haut initié confiait récemment à notre rédaction qu’il y avait en effet un caractère “sacrificiel” dans cette pandémie… Après les cochons et les volailles grippés et massacrés… vient le tour des hommes, offerts à Bélial, tandis que le saint sacrifice de la Messe est publiquement éclipsé à Rome.

SOMMAIRE DE LA LETTRE CONFIDENTIELLE LIESI

SOMMAIRE DE LA LETTRE  LISO

SOMMAIRE DE LA LETTRE DES PROPHETIES