L’humour de saint Jean Bosco

38

La police vint un jour fouiller la maison de Saint Jean Bosco, car on l’avait calomnié et accusé faussement. Saint Jean Bosco laissa faire, mais on ne trouva rien de condamnable.
– Ah si !
– Qu’est-ce qu’il y a dans ce coffre-fort ?
– Ça c’est secret.
– Vous devez l’ouvrir.
– Ah non ! Chaque citoyen a des droits et cela est secret.
Pas d’histoire, on ouvre de force, mais quelle surprise, il n’y avait que du papier et des factures. Saint Jean Bosco riait tout ce qu’il pouvait, mais en dedans de lui, il les avait bien eus, et les policiers rapportèrent leur échec au chef d’État.
CLIQUER pour lire la suite
Une autre fois, on va trouver le saint, car on savait qu’il faisait des miracles et des prophéties. “Don Bosco, aidez-moi, s’il vous plaît : dites-moi ce que je dois faire au loto gagner le gros lot.”
Le saint prêtre le regarda avec un petit sourire, puis il lui dit : “Jouez le 10, le 6, et le 14.” “Oh ! Merci don Bosco, je savais que je ne venais pas pour rien.”
Et déjà le personnage s’en va à toute allure. Mais Don Bosco le rappelle : “Eh ! mon ami, ne misez pas votre argent, mais misez votre âme, et ne jouez mais pratiquez les 10 commandements de Dieu, les 6 commandements de l’Eglise, et les 14 œuvres de miséricorde, alors vous êtes sûr de gagner la vie éternelle.”
La leçon fut rude, mais bonne et elle porta ses fruits.
Parmi les œuvres de miséricorde, qui sont de beaux sacrifices, il y a la visite des malades, donner aux pauvres de l’aide et des moyens financiers, pardonner et supporter avec patience les méchancetés, consoler ceux qui sont dans la peine, prier pour les pauvres pécheurs ou les âmes du Purgatoire.
Pensons-y au moins une fois par jour. (Le Messsager de l’Immaculée)