Y a t-il une dangerosité des vaccins ?

69

Le CDC admet que 98 millions d’Américains ont reçu le vaccin contre la polio en l’espace de huit ans alors qu’il était contaminé par le virus du cancer. Sans surprise, le même CDC a rapidement retiré la page de son site web.
Une partie du vaccin contre la polio était contaminée par un polyomavirus cancérigène appelé SV40. On estime que 10 à 30 millions d’Américains auraient pu recevoir une dose de vaccin contaminé par le SV40. SV40 est l’abréviation de Simian vacuolating virus 40 ou virus Simian 40, un polyomavirus que l’on trouve à la fois chez les singes et les humains. Comme d’autres polyomavirus, le SV40 est un virus à ADN dont on a constaté qu’il provoquait des tumeurs et des cancers.

Michele Carbone, professeur adjoint de pathologie à l’université Loyola de Chicago, a récemment isolé des fragments du virus SV-40 dans des cancers d’os humains et dans une forme mortelle de cancer du poumon appelée mésothéliome. Il a trouvé le SV-40 dans 33% des ostéosarcomes étudiés, dans 40% des autres cancers des os et dans 60% des mésothéliomes des cancers du poumon, écrit Geraldo Fuentes.
Le Dr Michele Carbone a ouvertement reconnu que le VIH/SIDA était propagé par le vaccin contre l’hépatite B produit par Merck & Co. au début des années 1970. C’est la première fois, depuis les premières transmissions en 1972-74, qu’un expert de premier plan dans le domaine de la fabrication et du test de vaccins, a ouvertement admis la responsabilité de Merck & Co. dans le sida.
La divulgation des faits a eu lieu lors de discussions sur les vaccins contre la polio contaminés par le virus SV40 ayant provoqué le cancer chez presque toutes les espèces infectées par injection. De nombreuses autorités admettent maintenant qu’une grande partie, voire la plupart des cancers dans le monde provenaient des vaccins anti-polio Salk et Sabin, et des vaccins contre l’hépatite B, produits chez les singes et les chimpanzés.
On dit que le mésothéliome est le résultat d’une exposition à l’amiante, mais les recherches révèlent que 50% des mésothéliomes actuellement traités ne sont plus dus à l’amiante mais plutôt au virus SV-40 contenu dans le vaccin contre la polio. En outre, selon des chercheurs de l’Institut d’Histologie et d’Embryologie Générale de l’Université de Ferrara, le SV-40 est apparu dans une variété d’autres tumeurs. À la fin de 1996, des dizaines de scientifiques ont signalé avoir trouvé le SV40 dans divers cancers des os et dans un large éventail de cancers du cerveau, qui avaient augmenté de 30% au cours des vingt années précédentes.
Le virus SV-40 est maintenant détecté dans des tumeurs prélevées sur des personnes n’ayant jamais été inoculées avec le vaccin contaminé, ce qui amène certains à conclure que les personnes infectées par le vaccin pourraient propager le SV40.
Peu après sa découverte, le SV40 a été identifié sous la forme orale du vaccin contre la polio produit entre 1955 et 1961 par American Home Products (dba Lederle). Le virus oral, le virus vivant et le virus injectable inactif ont tous deux été touchés. Il a été découvert plus tard que la technique utilisée pour inactiver le virus de la polio dans le vaccin injectable, au moyen de formaldéhyde, ne permettait pas de tuer le SV40 de manière fiable.
Il y a tout juste deux ans, le gouvernement américain a finalement ajouté le formaldéhyde à une liste de substances cancérigènes connues et a admis que le styrène chimique pouvait causer le cancer. Pourtant, cette substance est toujours présente dans presque tous les vaccins.
Selon le Conseil national de la recherche australien, moins de 20% mais peut-être plus de 10% de la population générale peut être sensible au formaldéhyde et peut réagir de manière aiguë à n’importe quel niveau d’exposition. Plus dangereux que la plupart des produits chimiques dans 5 des 12 systèmes de classement, sur au moins 8 listes réglementaires fédérales, il est classé comme l’un des composés les plus dangereux (les 10% les plus dangereux) pour les écosystèmes et la santé humaine (Environmental Defense Fund).
Dans l’organisme, le formaldéhyde peut provoquer la liaison irréversible de protéines à l’ADN. Les animaux de laboratoire exposés à des doses de formaldéhyde inhalé au cours de leur vie ont développé plus de cancers du nez et de la gorge que d’habitude. (Source : Waking Times)

SOMMAIRE DE LA LETTRE CONFIDENTIELLE LIESI

SOMMAIRE DE LA LETTRE  LISO

SOMMAIRE DE LA LETTRE DES PROPHETIES