EVOQUONS LA TRES SAINTE TRINITE

213

Dans le Traité du Saint Esprit, Mgr Gaume évoque une manifestation de la Trinité dans l’épisode de Babel.
“Satan veut jeter les fondements de la Cité du mal. Pour la bâtir, il réunit les hommes dans les plaines de Sennaar. La ville et la tour qui doivent s’élever jusqu’au ciel montent à vue d’oeil. Cette entreprise audacieuse provoque une nouvelle manifestation de la Trinité. Comme les trois Personnes ont tenu conseil pour créer l’homme, elles se concertent pour le punir.
CLIQUER pour lire la suite
“Venez, se disent-elles; descendons et confondons leur langage”. (Gen. XI,7)”
Que se passera t-il cette fois où plusieurs serviteurs du Nouvel Ordre Mondial se sont réunis pour tenter une reconstruction de Babel? Il est évident que la Trinité fera ce qu’il faut pour placer un grain de sable dans les rouages du mécanisme engagé via le terrorisme sanitaire.
On retrouve une autre manifestation de la Trinité à Abraham.
“A son tour, Dieu veut former la Cité du bien. Abraham en sera la pierre angulaire, et la Trinité lui apparaît. Au milieu de la vallée de Mambré s’élevait la tente du Père des croyants.
“Un jour, vers l’heure de midi, le charitable patriarche était assis sur sa porte, lorsque, levant les yeux, il voit trois personnages debout devant lui. A ce spectacle il tombe la face contre terre et adore en disant au singulier: “Seigneur, si j’ai trouvé grâce devant vous, ne passez pas devant votre serviteur.” (Gen. XVIII, 3) Abraham voit trois personnes, et il n’adore qu’un seul Seigneur, auquel il donne constamment le nom incommunicable de Jéhovah.
Que signifie ce langage?
Vous le voyez, le Père des croyants se précipite à la rencontre de trois, et n’adore qu’un seul: unité en trois, Trinité en un. Voici que la majesté céleste prend place à la table d’un mortel, accepte un repas, goûte des plats; et il s’établit une conversation amicale, familière, entre Dieu et un homme.
A la vue de ces trois personnages, Abraham comprend le mystère de la sainte Trinité; et s’il n’adore qu’un seul Seigneur, c’est qu’il n’ignore pas que dans ces trois personnes il n’y a qu’un seul Dieu. (serm. de temp., 1. XVIII, n.2 et 4; Ita Euseb., Cyrill., etc. Corn. a Lap., in c. XVIII, 3 Gen.; S. Aug., Contr. Max. Arian., lib. II, c. XXVII, n.7; S. Ambr., De Caïn. et Abel., t. I, p. 197)
“Les hommes éclairés, parmi les Hébreux, dit saint Epiphane si profondément instruit des choses de sa nation, enseignèrent de tout temps, et avec une entière certitude, la Trinité dans une unique essence divine.” (Adv. haeres, lib. I, haer. 5)”

EXTRAIT DU TRAITE DU SAINT-ESPRIT – Mgr Gaume