Les œuvres du Saint Esprit

83

Parlant des merveilles de la céleste Jérusalem, saint Paul dit: “L’œil n’a point vu, l’oreille n’a point entendu, et le cœur de l’homme n’a jamais compris ce que Dieu prépare à ceux qui l’aiment; mais pour nous, Dieu nous l’a révélé par son Esprit, car cet Esprit pénètre tout, même les profondeurs de Dieu. Qui d’entre les hommes connaît ce qui est dans l’homme, sinon l’esprit de l’homme qui est en lui? De même, personne ne connaît ce qui est Dieu, sinon l’Esprit de Dieu…” (I Cor. II, 9-11)
Et saint Jean: “Le Consolateur, le Saint-Esprit que mon Père enverra en mon nom, vous enseignera toutes choses, vous rappellera tout ce que je vous ai dit et vous annoncera tout ce qui doit arriver.” (Jean, XIV, 26 et XV, 13)

CLIQUER et lire la suite

Les œuvres de Dieu sont de deux sortes: les œuvres de la nature et les œuvres de la grâce. Or, toutes ces œuvres sont attribuées au Saint-Esprit, comme au Fils et au Père.
Dans l’ordre de la grâce, la régénération de l’homme et du monde est le fait du Saint-Esprit. Le prophète nous l’enseigne: “Vous enverrez votre Esprit, et tout sera créé; et vous renouvellerez la face de la terre.” (Ps. 103, 30) Et plus clairement encore le Maître des prophètes: “Si quelqu’un ne renaît de l’eau et du Saint-Esprit, il ne peut entrer dans le royaume de Dieu.” (Jean III, 5)
Il nous reste à couronner toutes les preuves directes de la divinité du Saint-Esprit par l’enseignement de l’Eglise. Ce qu’elle va nous apprendre est la vérité, rien que la vérité, toute la vérité. En effet, il lui a été dit: “Allez, enseignez toutes les nations, les baptisant au nom du Père, et du Fils, et du Saint-Esprit, et leur apprenant à garder toutes les vérités que je vous ai confiées; car voici que je suis avec vous tous les jours jusqu’à la fin du monde.” (Saint Matth. XXIII, 19-20)
Le Verbe incarné ne serait pas Dieu, si l’Eglise avec laquelle il a promis d’être tous les jours, pendant tous les siècles, pouvait enseigner une seule fois une seule erreur, si petite qu’on la suppose, ou laisser périr une seule des vérités confiées à sa garde. Ainsi les protestants qui nient la perpétuelle infaillibilité de l’Eglise, nient virtuellement la divinité de Notre-Seigneur. Leur Dieu n’est pas le vrai Dieu: c’est un Dieu impuissant ou menteur. Impuissant, puisqu’il n’a pas pu empêcher l’enseignement de l’erreur; menteur, puisqu’il ne l’a pas voulu, après avoir promis de le faire.” (Mgr Gaume, Tome t.2 pp. 46-47)
“Or, parmi toutes les vérités dont la garde et l’enseignement ont été remis à l’Eglise, brille au premier rang la divinité du Saint-Esprit. Comme celle du Père et du Fils, nous la voyons écrite en caractères ineffaçables dans le Symbole de saint Athanase.” (Mgr Gaume, Tome 2, pp. 30 à 47)
“De même, si vous demandez au Messie lui-même, auteur de tant de merveilles, à qui nous devons en témoigner notre reconnaissance, il nous répond humblement: “Le Saint-Esprit a été sur moi, et c’est pourquoi j’ai été envoyé, et j’ai opéré les prodiges dont vous êtes témoins.” (Luc IV, 18-21)” (Mgr Gaume, Tome 2, p. 103)
Note – C’est pourquoi cette nouvelle “église conciliaire” est schismatique; précisément parce que la véritable Eglise ne peut pas enseigner l’erreur. Elle est en effet divinement assistée par le Saint Esprit pour transmettre la doctrine dont Elle n’est pas propriétaire mais dépositaire. Il lui a été dit: “Conservez ce qui vous a été confié et n’a pas été inventé par vous; ce que vous avez reçu et non imaginé. Elle est venue à vous, elle ne vient de vous: comme vous n’êtes pas l’auteur, vous n’avez à son égard que le devoir de gardien” (Mgr Gerbet, Insert. sur diverses erreurs du temps présent, 1830) Les modernistes, les pires ennemis de l’Eglise -selon saint Pie X-, qui diffusent les nouveautés de cette église conciliaire donnent malheureusement crédit aux ennemis extérieurs de l’Eglise dont l’objectif est de montrer qu’Elle n’est pas divine en se soumettant aux désirs du monde, dont Satan est le prince.

EXTRAIT DU TRAITE DU SAINT-ESPRIT – Mgr Gaume

 

COMMANDER