La Providence a ses desseins que les arrogants oublient trop souvent…

50

On ne se moque pas de Dieu… ni de sa sainte Mère…
Dans la nuit du 13 au 14 mai 1903, un Héraultais de la paroisse de Vias, Antoine Torrès, renversa une statue de la Vierge qui se brisa, la tête ayant frappé le pavé.

CLIQUER

Au réveil, très émus, les habitants se hâtèrent de la reconstituer – à l’exception du petit doigt de la main droite qu’on ne put retrouver – et la remirent bientôt à l’honneur dans sa niche. Quelque temps plus tard, ledit Torrès se vantait de son sacrilège devant un tiers, se moquant en outre des menaces de punition divine qu’on lui représentait. Le soir du 13 mai 1904, anniversaire de son forfait, il fut envoyé conduire une charrette au village. Au petit matin, comme il n’était pas revenu, on partit à sa recherche. On retrouva son corps sans vie : il avait fait une chute inexplicable sur la tête et le petit doigt de sa main droite, écrasée par la roue de la voiture, demeura introuvable…
Que les meneurs de la révolution actuelle contre l’ordre chrétien réfléchissent à la fin de leur parcours car ils ne remporteront jamais la victoire qu’ils espèrent pourtant. Toutes les vies que leur agenda peut briser sont certes permises par le Ciel, mais en aucun cas la victoire des architectes de la Cité du Mal n’arrivera à son terme pour cette époque

SOMMAIRE DE LA LETTRE CONFIDENTIELLE LIESI

SOMMAIRE DE LA LETTRE  LISO

SOMMAIRE DE LA LETTRE DES PROPHETIES