La division du monde surnaturel Partie 1

202

Dans un instant de sa durée, Dieu voulut se communiquer au dehors de son être en faisant part de sa divinité et de ses perfections à des créatures qui puissent Le connaître, Le glorifier, L’aimer et participer aux trésors inépuisables de sa magnificence. Ainsi tout n’est pas Dieu mais tout est en Dieu.
Puis Dieu décréta de réaliser cette communication pour la gloire extérieure qui devait lui revenir de la manifestation de ses grandeurs.
Il détermina ensuite l’ordre dans lequel aurait lieu cette communication, afin qu’entre tous les êtres créés, brillât la plus belle des harmonies.

CLIQUER

“Nous venons de voir que le monde supérieur, le monde des intelligences pures, gouverne nécessairement l’homme et le monde qui lui est inférieur. Logiquement il en résulte que le Roi du monde supérieur est le vrai Roi de toutes choses. Anges, hommes, forces de la nature ne sont que ses agents. Tout relève de Lui; Lui seul ne relève de personne. Dès lors il semble que dans l’univers tout devrait être paix et unité. Autre est la réalité: le dualisme est partout.
Or le dualisme n’est dans le monde inférieur que parce qu’il est dans le monde supérieur; dans le monde des faits, que parce qu’il est dans le monde des causes. La division et la guerre ont donc éclaté dans le ciel, avant de descendre sur la terre. En un mot le monde surnaturel divisé en bon et en mauvais, telle est la seconde vérité fondamentale qu’il faut mettre en lumière.
Dieu étant la bonté par essence, tout ce qui sort de ses mains ne peut être que bon. Puisqu’une partie des habitants du monde supérieur sont mauvais, et qu’ils ne sont pas tels par nature, il faut nécessairement conclure qu’ils le sont devenus. Nul ne devient mauvais que par sa faute. Toute faute suppose le libre arbitre. Les mauvais anges ont donc été libres, et ils ont abusé de leur liberté.
Mais quelle est l’épreuve à laquelle ils ont volontairement failli? Si la raison en constate l’existence, seule la révélation peut en expliquer la nature. Sous peine de déraisonner éternellement, il faut donc interroger Dieu lui-même, auteur de l’épreuve et témoin de ses résultats.
Voici ce que l’Ancien des jours dit à son confident le plus intime: Un grand combat eut lieu dans le ciel; Michel et ses anges combattaient contre le Dragon; et le Dragon combattait, et ses anges avec lui.” (Apoc. XII, 7) Ces quelque mots renferment des trésors de lumières. Là, et là seulement, est l’origine historique du mal.”

(Traité du Saint-Esprit, Mgr Gaume, Tome 1, pp. 44, 45)

EXTRAIT DU TRAITE DU SAINT-ESPRIT – Mgr Gaume

 

COMMANDER