Ce qui attend les Etats-Unis a été planifié depuis de nombreuses années

57

Extrait publication LIESI – Le 13 mars 2008, une session « à huis clos » s’est tenue à la Chambre des représentants des Etats-Unis. Dans toute l’histoire des Etats-Unis, c’est seulement la sixième fois qu’un événement de ce genre se produit. Non seulement les représentants du peuple américain furent réunis dans une sorte de conclave secret, mais il leur a été rappelé, par ailleurs, que l’article 9 du règlement XVII de la Chambre leur interdit de révéler à quiconque l’objet des discussions de cette journée. On leur a encore signifié que la peine encourue pour la fuite d’informations comprenait la perte de l’ancienneté, des amendes, la réprimande, le blâme, voire l’expulsion !

Maintenant, que s’est-il passé derrière les portes closes de la Chambre des représentants ? L’on sait que chaque membre a prêté serment de garder le secret absolu, de ne jamais rien dire et de ne jamais rien révéler de ce qui serait annoncé et débattu.
De telles manœuvres n’ont cependant pas empêché les confidences, rapportées ici ou là par l’un ou l’autre. On sait donc que les autorités à l’origine de cette session voulaient avertir les hommes politiques américains d’une situation catastrophique concernant les Etats-Unis.
Comme toujours dans ce genre de circonstance, les médias dominants ont respecté la consigne de garder le silence, faisant comme si la vie politicienne suivait tout simplement un cours normal.
L’un des sénateurs américains par l’intermédiaire duquel la rédaction de LIESI a eu des informations, a affirmé que l’un des points discutés concernait les nouvelles techniques de surveillance qui vont être utilisées par le gouvernement des Etats-Unis afin d’observer tous les citoyens.

COMMANDER

Un journal australien a fait état de cette rencontre. L’histoire de cette réunion hors du commun apparaît en effet sur le site Web de Australia.TO, de Brisbane. L’auteur de l’article explique que ABC News, diffusée sur la chaîne régionale WCPO [Ville de Cincinnati dans l’Etat de l’Ohio, USA], a confirmé qu’il est interdit aux membres du Congrès de parler de ce qui s’est passé au cours de cette réunion secrète.
Après vérification, iI est vrai que de « nouvelles techniques de surveillance vont être utilisées par le gouvernement des Etats-Unis afin d’épier tous les citoyens ». Pour réaliser cela, il fallait une loi. C’est chose faite ! La directive présidentielle NSPD 59, intitulée « La biométrie pour l’identification et le dépistage afin d’améliorer la sécurité nationale » a été adoptée sans débat public et sans débat au Congrès (sauf peut-être secrètement le 13 mars dernier).
Cela laisse t-il présager une situation quasi-insurrectionnelle dans un pays où l’armée reste la seule colonne vertébrale sur laquelle les autorités publiques peuvent encore s’appuyer ?
Si une banqueroute financière survenait, suivie de gros désordres économiques et sociaux, accompagnés d’une pandémie, on voit mal ce qui empêcherait le cartel de familles ayant décidé de détruire les Etats-Unis, d’imposer la loi martiale.
LIESI a déjà eu l’occasion de développer le sujet des « camps de concentration » aux Etats-Unis. En 2006, nous proposions, en effet, une étude sur le sujet avec le texte de présentation suivant :

VERS DE NOUVEAUX CAMPS DE CONCENTRATION ?

MISE EN PLACE D’UNE DICTATURE

cliquer

SOMMAIRE DE LA LETTRE CONFIDENTIELLE LIESI

SOMMAIRE DE LA LETTRE  LISO

SOMMAIRE DE LA LETTRE DES PROPHETIES