Les médias sociaux américains sont attachés aux mêmes ‘principes’ que le Parti communiste chinois

68

Bobby Piton, un mathématicien qui a présenté les résultats de son enquête concernant des allégations de fraude électorale devant des membres de l’Assemblée législative de l’État de l’Arizona a déclaré qu’il avait été suspendu de Twitter.
«Je viens d’être suspendu DE NOUVEAU SUR TWITTER… Je suppose que je n’y suis plus le bienvenu», a écrit Bobby Piton.
Explication des responsables du réseau social : «Compte suspendu… Twitter suspend les comptes qui enfreignent les règles de Twitter.» On ne sait pas pourquoi le compte de Piton a été suspendu et Twitter n’a pas encore répondu à une demande de commentaire.

Pitona a déclaré que sur la base de son analyse, «je n’aurais jamais certifié» les résultats des élections dans certains Etats clé. «Je préfère démissionner plutôt que de certifier ces résultats», a-t-il dit, ajoutant aussitôt : «Je pense qu’ils sont frauduleux… en supposant que les données que j’ai obtenues sont exactes.»
Cet exemple illustre la disparition de la liberté d’expression sur les réseaux sociaux contrôlés par les grands groupes américains qui derrière des dirigeants officiels sont, en réalité, sous le contrôle de l’Etat profond ou establishment, impliqué dans des tractations discrètes avec les cadres du Parti communiste chinois en vue de répliquer le modèle de Pékin à l’ensemble de l’Amérique. Il est certain qu’une victoire confirmée de Joe Biden précipiterait les Etats-Unis dans une configuration totalitaire. On comprend ainsi pourquoi, ces dernières années, ces mêmes réseaux se sont évertués à manipuler des malades pour tuer des enfants dans des écoles ou ailleurs en vue de légitimer l’interdiction de la vente et de la possession d’armes à feu. Ils n’y sont pas parvenus et cette année, les Américains ont acheté des armes dans des proportions rarement vues. Cela laisse donc augurer des réactions de défense évidentes, chez certains citoyens américains, qui ne sont pas aussi frileux ni “efféminés” et prêts à défendre leurs libertés.
Dans cette élection, beaucoup d’Américains ont voulu voter contre D. Trump et non pas pour Joe Biden. Un journaliste qui était en vue par les gauchistes écrit ces lignes qui sont assez révélatrices : “Aujourd’hui, je suis diabolisé par la gauche libérale qui m’adorait auparavant. Le problème auquel sont confrontés tous les diseurs de vérité est que la plupart des gens vous aiment si vous leur dites ce qu’ils veulent entendre et vous détestent si vous leur dites ce qu’ils ne veulent pas entendre. La vérité ou la fausseté de ce que vous dites est sans importance. C’est exactement cela, nous sommes dans un monde où il n’y a plus de vérité admise. Tout ceci est bien évidemment mis en évidence par la Rome apostate qui prêche les contre-valeurs enseignées pendant plus de vingt siècles… comme si la vérité pouvait changer au gré des humeurs des esprits pervers et aux intentions franchement maléfiques, car tous ces gens qui manifestent le Pouvoir ne recherchent pas le bien commun mais ils collaborent entre eux en vue de préserver les intérêts d’un petit groupe qui déteste la lumière. Pour haïr autant la lumière et la combattre, ils ont bien l’intention d’utiliser ces firmes de haute technologie qu’ils contrôlent… mais tout cela est très fragile… comme les monnaies numériques qui peuvent disparaître en quelques minutes, si le soleil leur faisait un bien mauvais tour.

SOMMAIRE DE LA LETTRE CONFIDENTIELLE LIESI

SOMMAIRE DE LA LETTRE  LISO

SOMMAIRE DE LA LETTRE DES PROPHETIES