Réflexion spirituelle sur l’importance de préparer sa mort

51

CLIQUER

15. — La comtesse du Châtelet à son lit de mort et Voltaire. — La comtesse du Châtelet, dont Voltaire avait fait une incrédule, appelait toujours la religion une superstition. A son lit de mort, elle demanda au philosophe si après tout il ne serait pas utile de recevoir les derniers Sacrements. «Comtesse, dit Voltaire, prenez le parti le plus sûr.» Elle fit donc appeler un prêtre, mais quand
celui-ci arriva, il ne trouva plus qu’un cadavre.

16. — L’athée et le chrétien. — Un athée dit un jour à un catholique pratiquant : «Pauvre clérical ! comme tu es trompé, si le ciel est une fable. — Pauvre libre-penseur ! comme tu seras attrapé, si l’enfer n’est pas une fable.»

A l’heure où VGE a été appelé devant le tribunal de Dieu, souvenons-nous que notre appel viendra aussi. Le Bon Dieu nous poursuit sur cette terre par sa miséricorde et nous appelle à une conversion franche, mais que font les hommes de cette miséricorde? Est-ce qu’ils s’intéressent par exemple au complot de Satan visant à défigurer le Saint Sacrifice de la Messe ? Est-ce qu’ils pratiquent la vraie messe et s’intéressent à la relecture ou à la découverte du catéchisme dont on a toujours à apprendre ou à re-apprendre, car notre mémoire nous fait souvent de mauvais tours? N’oublions pas que notre tour viendra… aujourd’hui… demain… il viendra c’est certain.