Et le combat eut lieu dans le ciel – Partie 1

93

Quel est le ciel? Il y a trois cieux ou trois sphères de vérités: le ciel des vérités naturelles; le ciel de la vision béatifique; le ciel de la foi, intermédiaire entre les deux premiers.
Nous venons de voir que, dès le premier instant de leur création, les anges connaissent parfaitement, dans leur ensemble et dans leurs dernières conséquences, toutes les vérités de l’ordre naturel. Les vérités de l’ordre naturel étant connaturelle aux anges, protester contre elles eût été protester contre leur être même: les nier eut été une sorte de suicide.

Le combat n’eut donc pas lieu dans le ciel des vérités naturelles.
Il n’eut pas non plus pour théâtre le ciel de la vision béatifique. Récompense de l’épreuve, ce ciel est le séjour éternel de la paix.
Quel est donc le ciel du combat? Evidemment le séjour ou l’état dans lequel les anges devaient, comme l’homme, subir l’épreuve pour mériter la gloire. En quoi consistait l’épreuve? Evidemment encore dans l’admission de quelque mystère inconnu de l’ordre surnaturel. Pour être méritoire, cette admission devait être coûteuse. Elle eut donc pour objet quelque mystère qui, aux yeux des anges, semblait choquer leur raison, déroger à leur excellence et nuire à leur gloire.
Admettre humblement ce mystère sur la parole de Dieu, l’adorer malgré ses obscurités et les répugnances de leur nature, afin de Le voir après L’avoir cru: telle était l’épreuve des anges.

EXTRAIT DU TRAITE DU SAINT-ESPRIT – Mgr Gaume

 

COMMANDER