Le Parti démocrate a peu de chance de survivre dans les très prochaines années…

173

Selon un rapport publié conjointement le 23 septembre par les comités sénatoriaux de la sécurité intérieure et des finances, il appert que le travail de Hunter Biden pour Burisma, une société énergétique ukrainienne, alors que son père était en charge de la politique américaine à l’égard du pays, avait l’apparence d’un conflit d’intérêts et «était très gênant pour tous les responsables américains poussant un programme de lutte contre la corruption en Ukraine.»

Il a également été dit que Hunter Biden, sa famille et un ancien partenaire commercial de Hunter Biden, Devon Archer, «avaient reçu des millions de dollars de ressortissants étrangers aux antécédents douteux». Le rapport a également révélé que Hunter Biden avait effectué des «transactions douteuses» pour des millions de dollars avec des ressortissants chinois liés au régime communiste chinois et à l’armée !
Joe Biden, le candidat démocrate à la présidentielle, a nié à plusieurs reprises tout acte répréhensible ou avoir eu connaissance des affaires commerciales de son fils. C’est ainsi qu’en octobre, il a déclaré qu’il n’y avait «aucun fondement» pour des allégations selon lesquelles Hunter Biden aurait profité des avantages liés à la fonction de vice-président qu’exerçait son père au sein de l’administration Obama.
Dès la publication du rapport, le porte-parole de la campagne de Joe Biden, Andrew Bates, a déclaré que le rapport du Sénat utilisait l’argent des contribuables pour lancer «une attaque fondée sur une théorie du complot de droite qui dure depuis longtemps et qui a été réfutée».
En octobre, le sénateur Ron Johnson (R-Wis.) a expliqué à Epoch Times que Joe Biden mentait lorsqu’il a nié avoir eu connaissance des relations d’affaires avec l’étranger de son fils. Il a mentionné les affirmations de l’ancien partenaire commercial de Hunter Biden, Tony Bobulinski, qui, selon lui, «parlait maintenant d’avoir eu une réunion avec Hunter et le vice-président Biden, en particulier pour parler d’une activité d’investissement chinoise».
«Encore une fois, c’est une preuve supplémentaire que le vice-président Biden a menti au public américain quand il a déclaré qu’il n’avait jamais parlé à Hunter Biden de ses relations commerciales à l’étranger…», a déclaré Johnson à l’époque.
Pour sa part, dans une interview sur ABC News en 2019, Hunter Biden a nié qu’il avait fait quelque chose de mal ou d’illégal, ou qu’il avait impliqué son père dans ses transactions commerciales à l’étranger. Il a cependant reconnu que son nom de famille créait des opportunités commerciales et qu’il n’avait pas tenu compte des implications potentielles de ses relations commerciales sur la carrière politique de son père.
A l’époque, Hunter Biden disait qu’il ne siégerait à aucun conseil d’administration ni ne travaillerait avec des entités étrangères si Joe Biden était élu président. Et Joe Biden, pour sa part, a dit à l’époque que s’il était élu, personne dans sa famille n’aurait «de relations d’affaires avec quiconque ayant un lien avec une société étrangère ou un pays étranger».

SOMMAIRE DE LA LETTRE CONFIDENTIELLE LIESI

SOMMAIRE DE LA LETTRE  LISO

SOMMAIRE DE LA LETTRE DES PROPHETIES