Le dogme qui a donné lieu à la division du monde surnaturel – Partie 3

127


Prêtons maintenant l’oreille à Suarez, par la bouche de qui, dit Bossuet, parle toute l’école: “Il faut tenir pour extrêmement probable le sentiment qui croit que le péché d’orgueil, commis par Lucifer a été le désir de l’union hypostatique: ce qui l’a rendu dès le principe l’ennemi mortel de Jésus-Christ.”

Une des gloires théologiques du concile de Trente, Catharin, soutient hautement la même opinion. Avec d’autres commentateurs il explique ainsi le texte de saint Paul: “Et lorsqu’il l’introduisit de nouveau dans le monde, il dit: Que tous ses anges l’adorent”. “Pourquoi ce mot de nouveau, une seconde fois? Parce que le Père éternel avait déjà introduit une première fois son Fils dans le monde, lorsque, dès le commencement, il le proposa à l’adoration des anges et leur révéla le mystère de l’Incarnation. Il l’introduisit une seconde fois, lorsqu’il l’envoya sur la terre pour s’incarner effectivement. Or, à cette première introduction ou révélation, Lucifer et ses anges refusèrent à Jésus-Christ leur adoration et leur obéissance. Tel fut leur péché. En effet, suivant la doctrine commune des Pères, le démon a péché par envie contre l’homme; et il est plus probable qu’il a péché AVANT que l’homme fut créé. Il est plus vraisemblable que le démon a péché par l’envie de la dignité à laquelle il a vu la nature humaine élevée dans le mystère de l’Incarnation.”

(Traité du Saint-Esprit, Mgr Gaume, Tome 1, pp. 54 à 58)

Cette épreuve explique finalement le caractère intime de la lutte du bien et du mal.

EXTRAIT DU TRAITE DU SAINT-ESPRIT – Mgr Gaume

 

COMMANDER