La Chine se prépare à la conquête de ses adversaires

83

Le régime chinois a activement augmenté sa flotte d’avions sans pilote pour espionner et rivaliser avec des adversaires tels que les Etats-Unis, révèle un document divulgué par le ministère chinois de la Défense nationale. Ce document date de juillet 2017 et décrit l’ambition de Pékin de dominer ce qu’il appelle la «guerre dimensionnelle intégrale» – se référant au contrôle de la mer, de la terre, de l’air, de l’espace et du spectre électromagnétique où les équipements militaires communiquent. Comment ? En développant des drones militaires avancés.

Pour accomplir ce programme, le régime a détaillé un plan visant à concevoir un à deux types de petits drones militaires à longue portée et à créer une usine pour produire 1000 drones par an. Le document fait référence à un investissement de 130 millions de yuans (environ 20 millions de dollars). Il annonce la construction de l’entreprise de fabrication de drones et ajoute que la production commencerait d’ici la fin de 2018.
«La mise en œuvre du programme armera notre défense nationale de la dernière puissance de combat dans la future guerre verticale et la rendra capable de lutter contre les armes militaires américaines, ce qui lui donnera une importance militaire marquée», indique le document.
Si le document ne fait pas référence au coût de fabrication de ces drones, une directive de 2017 du Département du développement des équipements du Parti, décrit un projet correspondant à la description des drones susmentionnés : il est estimé à environ 6 millions de yuans (927859 $).
Le document du ministère chinois de la Défense qualifiait ces drones de cruciaux pour «savoir si une nation pouvait s’engager dans un combat moderne».
«Dans une guerre future, saisir plus de ressources d’informations tout en contrôlant et en restreignant les informations des autres nations sera un élément clé pour rivaliser avec les nations pendant les périodes pacifiques, et une stratégie de combat importante en temps de guerre», est-il annoncé.
Le projet exige une collaboration avec un certain nombre d’universités chinoises d’ingénierie et d’aéronautique. L’université du Zhejiang, l’une des écoles nommées, abrite un institut de développement de drones qui a reçu environ 100 millions de yuans (15,5 millions de dollars) pour des projets de l’armée de l’air chinoise et d’autres agences d’Etat.
Les drones commerciaux fabriqués en Chine ont dominé le marché mondial. Le fabricant de drones DJI, basé à Shenzhen, qui a d’ailleurs fait l’objet de sanctions américaines pour avoir fourni des «équipements de surveillance de haute technologie» permettant des violations des droits de l’homme en Chine, détenait environ 70 à 80% de la part de marché mondiale en octobre 2020, selon une société d’études de marché Perspectives de l’industrie des drones.
En réalité, une grande partie de ces technologies ont été volées à des entreprises militaires américaines.
En août 2017, le ressortissant chinois Sun Fuyi a été condamné à trois ans de prison pour un projet d’achat de fibre de carbone de haute qualité qu’il avait l’intention de fournir au gouvernement chinois. Il avait des applications dans les drones et d’autres technologies aérospatiales.
En août 2016, un habitant de Californie, Man Wenxia, ​​a été condamné à 50 ans de prison pour avoir tenté d’exporter du matériel militaire, y compris un drone, à l’armée chinoise.
En 2014, deux ressortissants taïwanais ont plaidé coupables pour leur implication dans un complot en vue de trafiquer des pièces d’un petit drone connu sous le nom de «RQ-11B» – fabriqué par l’entrepreneur de défense américain AeroVironment – et des manuels pour le drone RQ-4 Global Hawk.
Un professeur à la retraite de l’Université du Tennessee a été condamné en 2009 à une peine de 48 mois après avoir reconnu avoir exporté illégalement 15 matériels de défense différents à un ressortissant chinois. Les données qu’il a transportées impliquaient un projet de l’US Air Force visant à développer une forme avancée de drone de système d’arme. (Epoch Times)

Bref, chacun comprend l’intérêt des oligarques contrôlant le Parti communiste chinois à disposer d’une administration communiste à la Maison Blanche. C’est un futur conflit militaire qui s’esquisse et l’objectif du moment est d’affaiblir considérablement les Etats-Unis au moyen de traîtres missionnés à travailler pour l’ennemi. La priorité consistait, bien évidemment à leur permettre de gagner les élections présidentielles. Mais attention, ce projet ne pouvait aboutir qu’avec le consentement  de l’Etat profond

SOMMAIRE DE LA LETTRE CONFIDENTIELLE LIESI

SOMMAIRE DE LA LETTRE  LISO

SOMMAIRE DE LA LETTRE DES PROPHETIES