Chine : que provoqueront de forts contrastes sociaux ?

66

L’économie chinoise pourrait devenir la plus grande du monde dans la décennie. Mais c’est aussi une économie où les inégalités sont les plus criantes. Un phénomène qui n’a fait qu’empirer avec la pandémie. Pour la majorité des Chinois qui ne sont pas issus de l’élite, il devient de plus en plus difficile de gravir les échelons sociaux.
Comme c’est souvent le cas, lorsque les pays se développent, les riches peuvent donner un coup de pouce à leurs enfants, en utilisant deux voies courantes de mobilité ascendante : l’éducation et la propriété foncière.

Le gaokao – l’examen d’entrée à l’université, notoirement exténuant et d’une journée, est de plus en plus considéré comme un obstacle à l’opportunité plutôt qu’une passerelle, en grande partie en raison d’une population étudiante en croissance rapide et d’une disparité croissante entre les meilleures écoles et les autres. Les prix des logements ont grimpé en flèche dans des villes en plein essor comme Shenzhen, mettant l’accession à la propriété hors de portée de millions de nouveaux arrivants.
Voici quelques chiffres révélateurs d’une situation très contrastée…
1% des plus hauts revenus de Chine détiennent une plus grande part de richesse que les 50% les plus pauvres.
Moins d’un cinquième de nouveaux étudiants de premier cycle, l’année dernière à l’Université Tsinghua, la mieux classée, sont originaires de zones rurales ou moins développées.
43,5x c’est le coût d’un appartement à Shenzen par rapport au salaire annuel moyen de la ville.
Pourquoi est-ce important ?
Le gouvernement doit veiller à ce que la richesse soit répartie plus uniformément entre les 1,4 milliard de Chinois. Alors que l’endiguement précoce du virus par la Chine a permis à son économie de se redresser plus rapidement, des dizaines de millions de travailleurs à faible revenu ont souffert de manière disproportionnée. Contrairement aux générations précédentes, prêtes à se sacrifier pour le plus grand bien de la nation, la main-d’œuvre actuelle a des attentes plus élevées, notamment après avoir vu l’immense richesse que certains ont accumulée.
Le gouvernement sait qu’il doit s’attaquer au problème, mais il risque également un retour de bâton si les réformes sont jugées injustes. Les propositions visant des taxes sur les successions, la propriété ou la fortune, n’ont pas été mises en œuvre en partie en raison des craintes de nuire à la classe moyenne émergente de Chine. Pendant ce temps, une tentative de refonte du système gaokao a rencontré une opposition farouche de la part des parents et des étudiants qui s’opposent à ce qui ressemble à un changement de règle à la mi-temps… (Bloomberg)

SOMMAIRE DE LA LETTRE CONFIDENTIELLE LIESI

SOMMAIRE DE LA LETTRE  LISO

SOMMAIRE DE LA LETTRE DES PROPHETIES