L’effondrement moral de l’Occident impliquera sa désintégration

233

Un groupe de défenseurs internationaux appelle tous les pays à faire davantage pour tenir la Chine responsable de crimes en série via le prélèvement d’organes sur des prisonniers d’opinion vivants.
Malheureusement, sur la question des prélèvements forcés d’organes, «la communauté internationale est restée silencieuse. Et ce, malgré les preuves publiées depuis bien trop longtemps», a déclaré Kristina Olney, directrice des relations gouvernementales de la Victims of Communism Memorial Foundation (VOC), basée à Washington, lors d’un webinaire organisé le 24 février.

L’événement en ligne était co-organisé par VOC et la Coalition internationale pour mettre fin aux abus de transplantation en Chine. Il s’agit d’un groupe de défense composé d’avocats, d’universitaires, de professionnels de la santé, de chercheurs et de défenseurs des droits de l’homme.
«Les Etats-Unis et les nations du monde qui respectent les droits humains doivent faire face aux preuves de cette horrible violation des droits de l’homme qui se déroule aujourd’hui en Chine et tenir le Parti communiste chinois responsable de sa complicité. Ce crime n’a pas sa place au 21e siècle», a-t-elle déclaré.
La Chine a été l’une des principales destinations du tourisme de transplantation, tandis que Pékin a promu dans les journaux américains un récit selon lequel les organes proviennent de dons volontaires. Le régime chinois a annoncé qu’il cesserait de s’approvisionner en organes auprès des prisonniers exécutés à partir du 1er janvier 2015 et a affirmé qu’il reposerait exclusivement sur un nouveau système de dons volontaires.
Pur mensonge ! L’allégation de Pékin a été réfutée par un rapport de juin 2019 publié par un tribunal populaire basé à Londres et dirigé par le procureur des Nations Unies pour les crimes de guerre, Sir Geoffrey Nice QC. Le rapport a conclu, après une enquête d’un an, que la pratique sanctionnée par l’Etat de prélèvement forcé d’organes à des fins lucratives se produisait à «une échelle significative» en Chine… les pratiquants de Falun Gong étant la principale source d’organes. Ses membres sont la cible de la persécution par le PCC depuis juillet 1999. Selon les estimations du centre d’information de Falun Dafa, des millions de pratiquants de Falun Gong ont été jetés en prison, enfermés dans des services psychiatriques et d’autres établissements, tandis que des centaines de milliers de personnes ont été torturées.
Des allégations de prélèvements forcés d’organes sur des adhérents détenus du Falun Gong ont émergé vers 2006.
Personne n’ose pour le moment s’opposer à la Chine pour ses innombrables crimes contre l’humanité.
Ivan Vilibor Sincic, homme politique croate et membre du Parlement européen, a déclaré que l’Union européenne avait «peur de critiquer» la Chine en raison d’intérêts économiques.
Le 30 décembre de l’année dernière, l’Union européenne et la Chine ont signé un accord global d’investissement commercial. Cette peur d’affronter la Chine et de mettre les droits sacrés de la vue humaine au rencart est un aveu magistral pour les communistes de Pékin que le Dragon infernal pourra progresser inexorablement jusqu’au terme fixe par l’agenda de la Synagogue de Satan. Bien évidemment, cette lâcheté de l’Occident (comme de l’apostat François qui n’est pas dérangé des contributions financières de Pékin pour son business) aura des conséquences géopolitiqueS dévastatrices dans le très proche futur… Car tout se paie en ce monde et le prix de la lâcheté quand il s’agit de la défense de l’innocent implique toujours la vengeance de Dieu Tout-Puissant.

 

SOMMAIRE DE LA LETTRE CONFIDENTIELLE LIESI

SOMMAIRE DE LA LETTRE  LISO

SOMMAIRE DE LA LETTRE DES PROPHETIES