La chute de l’homme et les deux Cités – Partie 1

42

Adam et Eve devaient vivre dans le paradis terrestre et respecter ce commandement de Dieu: “Nourrissez-vous de tous les fruits du jardin; mais ne touchez pas à celui de l’arbre de la science et du mal; car si vous en mangez, vous mourrez certainement.”
La liberté pour Dieu étant “le droit de faire le bien et que le bien”, usurper ce pouvoir de Dieu, c’est renier l’état de créature.

A l’interdiction vient l’épreuve. Le tentateur, le séducteur, veut obliger l’homme à rompre l’Alliance conclue avec Dieu en le poussant à l’orgueil: “Vous serez comme des dieux, qui connaissent le bien et le mal.”
Les anges, qu’ils soient bons ou mauvais, ont plus de mobilité et d’intelligence que nous. Bien qu’invisibles à nos yeux de chair, ils sont autour de nous. La meilleure preuve en est le récit de la Genèse sur la tentation de Eve par Satan.
Il voit ces deux êtres créés par Dieu, et après de savants calculs, il choisit de se présenter à Eve. Ce qui lui importe c’est de parler avec elle; ensuite, il est certain de gagner la partie. Fin psychologue, il sait qu’Adam n’aurait peut-être pas accepté de dialoguer avec lui.
Satan se montre donc pour tenter Eve et la pousser à désobéir à Dieu en utilisant la suggestion. Il ne va pas la heurter sur l’ordre établi par Dieu, mais il va l’amener à DOUTER.
Prenant la forme du serpent, le démon dit à la femme: “Pourquoi ne vous est-il pas permis de manger du fruit de tous les arbres de ce jardin?”
Eve répondit: “Nous mangeons des fruits de tous les arbres, excepté de celui qui est au milieu du jardin; Dieu nous a défendu d’en manger, de peur que nous ne mourrions.”
Satan avança: “Vous ne mourrez point, mais le jour où vous aurez mangé de ce fruit, vos yeux s’ouvriront, et vous serez comme des dieux, connaissant le bien et le mal.”
La femme en prit et en porta ensuite à Adam qui en mangea, comme elle. Aussitôt leurs yeux s’ouvrirent et ils eurent honte de leur nudité.
Quand Dieu arriva, ils se cachèrent parce qu’ils craignaient sa présence qui, soudainement, leur était devenue insupportable.
Au lieu d’avouer sa faute, Adam s’excusa en accusant Eve. Quant à la femme, elle répondit que le serpent l’avait trompée.
Dieu maudit alors le serpent et lui annonça qu’il serait terrassé par la postérité de la femme.

EXTRAIT DU TRAITE DU SAINT-ESPRIT – Mgr Gaume

 

COMMANDER