Pourquoi Dieu a-t-Il créé les hommes libres?

77

“L’homme est libre de choisir entre le bien et le mal. Sans cela Dieu ne pourrait exercer ni sa bonté, ni sa justice.
Si l’homme n’était pas libre dans ses actions, il ne pourrait ni mériter, ni démériter: il n’aurait ni récompense à espérer, ni châtiment à craindre. Un instrument purement passif ne peut rendre un hommage ou honorer son Créateur.

Si les hommes n’étaient pas libres de pécher, que mériteraient-ils à s’en abstenir? Exempts de concupiscence et de tentations, leur état serait celui des saints dans le ciel: l’état de justice et non celui de l’épreuve. Et encore cet état de justice serait aussi peu méritoire qu’inadmissible. On ne peut abolir le péché et le mal sur la terre sans abolir en même temps la liberté de l’homme. Cela répugne aux attributs divins comme aux intérêts de l’homme.
Le Grand Jour du Jugement on verra qu’aucun ne se sera perdu que par sa faute.”
“Un autre témoin de la foi universelle (Viguier) s’exprime en ces termes: “Une partie des mauvais anges, chassés du ciel, est restée dans l’obscure région des nuages, c’est-à-dire dans les couches moyennes et inférieures de l’atmosphère, portant l’Enfer avec eux. Ils sont là par une disposition de la Providence pour exercer les hommes. L’autre partie a été précipitée dans l’Enfer, dépouillée de toute noblesse et de toute dignité, non pas naturelle toutefois, attendu, comme l’enseigne saint Denis, que les anges déchus n’ont pas perdu leurs dons naturels, mais bien les dons gratuits, l’amitié de Dieu, les vertus et les dons du Saint-Esprit, appelés par Isaïe les délices du Paradis.”
Avec sa pénétration ordinaire, saint Thomas découvre la raison de ce double séjour: “La Providence, dit l’angélique docteur, conduit l’homme à sa fin de deux manières: directement, en le portant au bien: c’est le ministère des bons anges; indirectement, en l’exerçant à la lutte contre le mal. Il convenait que cette seconde manière de procurer le bien de l’homme, fût confiée aux mauvais anges, afin qu’ils ne fussent pas entièrement inutiles à l’ordre général. De là, pour eux, deux lieux de tourments: l’un à raison de leur faute, c’est l’Enfer; l’autre à raison de l’exercice qu’ils doivent donner à l’homme, c’est l’atmosphère ténébreuse qui nous environne. Or, procurer le salut de l’homme doit durer jusqu’au jour du jugement. Jusqu’alors donc durera le ministère des bons anges et la tentation des mauvais. Ainsi, jusqu’au dernier jour du monde, les bons anges continueront de nous être envoyés, et les mauvais d’habiter les couches inférieures de l’air. Toutefois, il en est parmi eux qui habitent dans l’Enfer, pour tourmenter ceux qu’ils y ont entraînés; de même qu’une partie des bons anges reste dans le ciel avec les âmes des saints. Mais après le jugement, tous les méchants, hommes et anges, seront dans l’Enfer, et tous les bons dans le ciel” (Traité du Saint-Esprit, Mgr Gaume, Tome 1, pp. 72 à 73).

(Traité du Saint-Esprit, Mgr Gaume, Tome 1, pp. 69 à 71)

 

EXTRAIT DU TRAITE DU SAINT-ESPRIT – Mgr Gaume

 

COMMANDER