La haine du dogme de l’Incarnation du Verbe

51

“Le texte sacré continue en disant: “Une fois précipité sur la terre, le Dragon se mit à persécuter la femme”. Quelle est cette persécution? Elle n’est autre chose que la continuation du grand combat de Lucifer et de ses anges contre le Verbe incarné. Sur la terre comme dans le ciel, aujourd’hui comme au commencement et jusqu’à la fin du monde: mêmes combattants, mêmes armes, même but. 

Là est toute la philosophie de l’histoire passée, présente et future. Qui ne comprend pas cela ne comprendra jamais rien à la grande énigme, qu’on appelle la vie du genre humain sur la terre.

Lucifer et ses anges font tout leur possible pour rendre impossible la foi au dogme de l’Incarnation.”

 

C’est pourquoi nous les retrouvons derrière toutes les autres fausses religions.

 

“Jusqu’à la venue du Messie, trois grandes erreurs dominent les nations: le Panthéisme, le Matérialisme, le Rationalisme. Ces trois grandes erreurs se résument dans une seule qui est le principe et la fin: le Satanisme.

Le Panthéisme: si tout est Dieu, l’Incarnation est inutile.

Le Matérialisme: si tout est matière, l’Incarnation est absurde.

Le Rationalisme: si la suprême sagesse est de croire à la seule raison, l’Incarnation est chimérique. Voilà pour les nations païennes.

 

Quant au peuple juif, chargé de conserver la promesse du grand Mystère, tous les efforts de Satan ont pour but de le faire tomber dans quelqu’une de ces erreurs et de l’entraîner dans l’idolâtrie. Alors Satan règne en paix sur le genre humain vaincu, et l’histoire de l’antiquité n’est que l’histoire de son insolent triomphe.

Quand arrive la plénitude des temps, que voyons-nous? De toutes parts les puissances infernales rugissent. La guerre contre le dogme de l’Incarnation recommence avec un indicible acharnement. Pour l’empêcher de s’établir, Satan multiplie les persécutions, puis les hérésies et les schismes, les nouvelles et fausses religions. En attendant la ruine presque totale de la foi au dogme réparateur, funeste victoire qui lui est annoncée pour les derniers jours du monde, Satan multiplie ses efforts, afin de la rendre inutile à ceux qui la conservent encore.

Ainsi le Verbe incarné, voilà l’objet éternel de la haine de Satan; voilà l’explication du grand combat qui, commencé dans le ciel, se perpétue sur la terre, pour aboutir à l’éternité du bonheur ou à l’éternité du malheur.