L’Incarnation c’est tout le Christianisme

105

L’Incarnation c’est tout le Christianisme. Mais quel est le but de l’Incarnation? “Je l’ai dit: vous êtes tous fils du Très-Haut. On les appellera: Fils du Dieu vivant. Soyez parfaits comme votre Père céleste lui-même est parfait; car vous participiez à la nature divine. Le pouvoir vous a été donné de devenir fils de Dieu. Voyez la charité du Père, il veut que nous ne soyons pas seulement appelés, mais que nous soyons réellement fils de Dieu.” (Ps LXXXI, 6; Osée I, 10; Matth. V, 48; II Pierre I, 4; Jean I, 12; I Jean III, 1)

L’homme connaît le conseil divin. Il sait, il a toujours su, dans le sens catholique du mot, qu’il doit devenir Dieu. Il y aspire de toutes les puissances de son être. Satan le sait aussi, et il prend l’homme par cet endroit.

“Mangez de ce fruit, et vous serez comme des dieux” est la première parole qu’il lui adresse. (Gen. III, 5) Mais il transforme le désir de Dieu; il cherche à faire croire que l’abaissement ne peut conduire à l’élévation. Le premier pas de la déification, c’est la liberté!

Saint Thomas remarque avec raison que “le principal péché de nos premiers parents ne fut ni la désobéissance ni la gourmandise, mais bien le désir déréglé de devenir semblable à Dieu. La désobéissance et la gourmandise furent les moyens; l’ambition illégitime d’être comme des Dieux, le but final de leur prévarication. Le premier homme, dit le grand docteur, pécha principalement par le désir de devenir semblable à Dieu, suivant la suggestion du serpent: de manière à pouvoir, par les seules forces de sa nature, se fixer lui-même les règles du bien et du mal; ou connaître d’avance et par lui-même le bonheur ou le malheur qui pouvait lui arriver. Il pécha SECONDAIREMENT par le désir de devenir semblable à Dieu, quant à la puissance d’agir, de manière à arriver à la béatitude par ses propres forces.” Saint Thomas n’est ici que l’écho de saint Augustin.

(Traité du Saint-Esprit, Mgr Gaume, Tome 1, pp. 74 à 79)