Le Nouveau Monde et l’Ordo ab Chaos

273

001Comment construire un Nouveau Monde alors que de puissantes nations comme la Chine et la Russie s’opposent aux règles qu’on veut leur imposer ? Les Etats-Unis sont confrontés à des pouvoirs qui s’opposent dans le rôle que doit jouer l’Amérique dans le nouveau paradigme qui s’esquisse. L’Amérique doit-elle céder son pouvoir d’antan de puissance unipolaire ou rester le gendarme du monde alors que son économie s’est effondrée?

Qu’a récemment déclaré V. Poutine ?

L’essentiel de son message a été adressé à ceux qui poursuivent un ordre mondial unipolaire. Ils doivent savoir que la Russie ne tolérera pas les actions qui menacent les intérêts souverains de la nation. Le langage clair qu’il a employé devrait être étudié par les responsables transatlantiques qui se bercent de l’illusion que la puissance militaire et économique occidentale est suffisante pour imposer un ordre mondial fondé sur la division géopolitique classique entre les pillards et les pillés, par la consolidation d’une dictature mondiale de la banque centrale connue sous le nom de “grande réinitialisation”. Il s’exprimait alors que l’OTAN effectue les exercices Europe-Defender 21 et envisage d’intégrer l’Ukraine en tant que membre, ce qui placerait des troupes et des systèmes d’armes de l’OTAN à la frontière occidentale de la Russie.

Citons Poutine : “Le sens et l’objectif de la politique de la Russie sur la scène internationale […] sont d’assurer la paix et la sécurité pour le bien-être de nos citoyens, pour le développement stable de notre pays. La Russie a certainement ses propres intérêts que nous défendons et continuerons de défendre dans le cadre du droit international, comme tous les autres Etats. Et si quelqu’un refuse de comprendre cette évidence ou ne veut pas mener un dialogue et choisit un ton égoïste et arrogant avec nous, la Russie trouvera toujours un moyen de défendre sa position.”

“Dans le même temps, malheureusement, tout le monde semble être habitué à la pratique des sanctions économiques illégales à motivation politique et aux tentatives brutales de certains acteurs d’imposer leur volonté aux autres par la force. Mais aujourd’hui, cette pratique dégénère en quelque chose d’encore plus dangereux – je fais référence à l’ingérence directe récemment exposée au Belarus dans une tentative d’orchestrer un coup d’Etat et d’assassiner le président de ce pays. En même temps, il est typique que même des actions aussi flagrantes n’aient pas été condamnées par le soi-disant Occident collectif. Personne n’a semblé le remarquer. Tout le monde fait comme si rien ne se passait.

“Mais écoutez, vous pouvez penser ce que vous voulez du président ukrainien [Viktor] Ianoukovitch ou de [Nicolas] Maduro au Venezuela…. vous pouvez les aimer ou les détester, y compris Ianoukovitch qui a failli être tué, lui aussi, et chassé du pouvoir par un coup d’État armé. Vous pouvez avoir votre propre opinion sur la politique du président du Belarus, Alexandre Loukachenko. Mais la pratique consistant à organiser des coups d’État et à planifier des assassinats politiques, y compris ceux de hauts fonctionnaires – eh bien, cela va trop loin. Cela dépasse toutes les limites.

“À cet égard, nous nous comportons de manière extrêmement mesurée, je dirais même modeste, et je le dis sans ironie. Souvent, nous préférons ne pas répondre du tout, non seulement aux gestes inamicaux, mais même à l’impolitesse pure et simple…. Nous voulons entretenir de bonnes relations avec tous ceux qui participent au dialogue international. Mais nous voyons ce qui se passe dans la vie réelle….

“Nous voulons vraiment maintenir de bonnes relations avec tous ceux qui participent à la communication internationale, y compris, d’ailleurs, ceux avec qui nous ne nous sommes pas entendus dernièrement….. Nous ne voulons vraiment pas brûler les ponts. Mais si quelqu’un prend nos bonnes intentions pour de l’indifférence ou de la faiblesse et a l’intention de brûler ou même de faire sauter ces ponts, il doit savoir que la réponse de la Russie sera asymétrique, rapide et dure.

“En même temps, je tiens à le dire clairement, nous avons suffisamment de patience, de responsabilité, de professionnalisme, de confiance en nous-mêmes et de certitude en notre cause, ainsi que de bon sens, lorsque nous prenons une décision, quelle qu’elle soit. Mais j’espère que personne ne pensera à franchir la “ligne rouge” à l’égard de la Russie. Nous déterminerons nous-mêmes dans chaque cas concret où elle sera tracée.”

Voilà donc qui est assez clair. Nous n’allons pas vers le Nouvel Ordre Mondial comme le conçoivent certains. Au contraire, plus nous avançons dans le temps, plus il deviendra assez clair que le message de FATIMA a été oublié de bien des analystes. L’URSS s’est effondrée parce que cela avait été planifié par l’équipe Andropov, et Gorbatchev avait eu pour mission de parachever la perestroïka. Maintenant nous assistons à la perestroïka de l’Occident mais dans le sens contraire, celui du véritable effondrement avec une montée en puissance de la Russie.

Gorbatchev avait abordé la notion de MAISON COMMUNE en tant qu’initié. Aujourd’hui, c’est François l’apostat qui fait référence à la MAISON COMMUNE. Tout cela est tout sauf anodin, il y a une part mystique et elle sent plutôt le soufre…

Progressivement, la Russie jouera sa mission providentielle dans l’Histoire de l’eschatologie jusqu’à la limite établie par la divine Providence.

Les forces du chaos seront donc de plus en plus à l’œuvre en espérant que de l’ordre surgira le chaos constructif  – ordo ab chaos ; mais c’est une bien autre configuration qui poindra à l’heure de la divine Providence.

 

 

SOMMAIRE DE LA LETTRE CONFIDENTIELLE LIESI

 

SOMMAIRE DE LA LETTRE  LISO

 

SOMMAIRE DE LA LETTRE DES PROPHETIES