Nous sommes témoins d’un renversement du monde – Partie 3

253

4aa

Il ne peut pas y avoir de résurrection de la France sans châtiments. L’enseignement de l’histoire de notre humanité est assez clair sur ce point:  il n’y a rien de tel que la souffrance pour faire toucher du doigt à l’homme sa condition de pécheur. Et de la même manière que l’homme est un pécheur, les nations elles aussi peuvent devenir apostates.

Les châtiments qui s’appliquent aux pécheurs sont également celles qui doivent s’appliquer aux nations. Il y a toutefois une différence entre l’homme et les nations : l’homme a une âme et à une éternité qui l’attend, ce qui n’est absolument pas le cas des nations qui ne sont pas éternelles. C’est la raison pour laquelle il ne peut pas y avoir de résurrection de la France sans un châtiment divin qui a d’ailleurs commencé, ne serait-ce que par l’action des dirigeants politiques que le Prince de ce monde est parvenu imposer.

La croix invite à faire un examen de conscience. La foi nous apprend que c’est le péché qui introduit la souffrance, les soucis de misère dans la vie de l’homme.

Il faudra bien qu’à un moment la nation française accepte, dans ses élites et dans son corps social, de se repentir de manière humble et sincère.

Il faudra bien que la France et son peuple s’inclinent, sous la main toute puissante du Seigneur qui châtie la désobéissance. La souffrance va ainsi devenir le salut de la France et la certitude de sa raison de sa résurrection future ou prochaine.

Dans cette attente, il ne faut surtout pas laisser Satan profiter de nos souffrances pour nous inspirer la défiance à la miséricorde divine. N’oublions jamais que notre adversaire rôde autour de nous comme un lion en quête d’une proie. Il faut être vigilant et ferme dans la foi et savoir opposer une vigoureuse résistance à tous les séides de Satan qui cherchent à nous faire tomber et aussi, à tuer les corps avant la conversion via une politique sanitaire innommable.

Cette compréhension de la souffrance dans le plan divin dot bien être compris pour l’accepter et ne pas succomber à la tentation du suicide dans des temps pas si lointains qui ne préparent. Ainsi donc, n’oublions jamais que la souffrance tient, dans le plan du bon Dieu, un rôle crucial sur lequel nous devons bien méditer.

 

 

Lettre 470

SOMMAIRE DE LA LETTRE CONFIDENTIELLE LIESI

 

SOMMAIRE DE LA LETTRE  LISO

 

SOMMAIRE DE LA LETTRE DES PROPHETIES