Projecteur sur les relations militaires Ukraine/Turquie – Partie 1

256

4aa

L’Ukraine est en train de devenir un acteur essentiel pour l’industrie de guerre turque, assurant un approvisionnement en masse de sa technologie militaire dans quasiment tous les domaines dont Ankara a besoin.

Il ne faut donc pas focaliser sur les accords russo-turcs, principalement en raison de l’achat par Ankara de systèmes antiaériens russes S-400. Cette analyse tendrait à éclipser ce qui se passe concrètement dans les relations entre Ankara et Kiev. 

Le transfert de la technologie militaire ukrainienne vers la Turquie est un fait avéré et d’aucuns considèrent que nous pourrions assister à une quasi ‘‘unification’’ des industries militaires des deux pays.

Pourquoi écrire cela ? Pour une raison bien simple. Là où l’Ukraine est à la traîne, la Turquie vient apporter sa contribution, et là où la Turquie est à la traîne, l’Ukraine vient combler les lacunes avec la technologie dont elle dispose. N’oublions pas qu’à l’époque de l’Union soviétique, l’Ukraine était un pays disposant d’une technologie et d’une science très développée. Ses installations industrielles dans des domaines tels que la production d’aéronefs, ainsi que les munitions antichar, les chars de combat ou l’exploration spatiale, ont été maintenues et même développées après la dissolution de l’URSS.

Il va de soi que tout cela ne peut se faire qu’avec l’aval de Washington. Or, depuis les manœuvres russes en Crimée et son annexion, les Américains ont laissé filer les accords ukraino-turcs. Rien n’a changé au cours des dernières années. Depuis 2019, en particulier, la coopération très étroite entre les deux pays en matière de technologie militaire s’est même déroulée à un rythme rapide.

Doit-on rappeler que l’ambassadeur américain de l’époque à Kiev, Geoffrey Ross Pyatt (l’actuel ambassadeur américain à Athènes), ainsi que la vice-secrétaire d’Etat Victoria Nuland (qui occupe maintenant un poste clé au département d’Etat américain), distribuaient des biscuits aux manifestants de la Place Maïdan à Kiev en 2014 ? Ils ont contribué dans une large mesure au renversement du président pro-russe de l’époque V. Ianoukovitch, ce qui a conduit à l’annexion de la Crimée.

Malgré le fait que Pyatt dénonce constamment la ‘‘menace russe’’ et se déclare défenseur des droits de la Grèce contre la Turquie agressive, il n’a jamais commenté les ‘‘accords’’ d’armement entre Ankara et Kiev, soutenant tacitement les intérêts ukrainiens et turcs.

Mais les choses changent…

Alors que la coopération militaire turco-ukrainienne s’approfondit considérablement, quelle sera la position des Etats-Unis ? 

 

Articles publiés sur GLADIO VERITATIS

 

4aaa

 

4aa

 

 ABONNEMENT : 15€ / mois    soit 0,50 cents par jour

 

Lettre 470

SOMMAIRE DE LA LETTRE CONFIDENTIELLE LIESI

 

SOMMAIRE DE LA LETTRE  LISO

 

SOMMAIRE DE LA LETTRE DES PROPHETIES