Nous ne devons jamais négliger les grâces du Ciel

142

2a

Dans le temps que nous vivons, il est important de prendre le temps de la réflexion (pour ne pas dire de la méditation) en vue de se rapprocher du bon Dieu et de supplier le Ciel de nous accorder les grâces nécessaires afin de demeurer, bien évidemment, fidèles à ce qui a toujours été enseigné, cru et dit. Supplier les grâces divines pour ne pas sombrer dans des pièges aux conséquences dévastatrices, tant du point de vue de notre vie terrestre que de notre salut éternel.

Et puisque nous sommes dans un temps qui suit la fête de la Pentecôte et aujourd’hui dimanche de la Trinité, c’est l’occasion de rappeler pourquoi la fidélité aux grâces divines ne doit jamais être négligée.

«Il est dans l’ordre physique certaines causes enchaînées entre elles, de telle sorte qu’on n’arrive à la dernière qu’en passant par celles qui la précèdent, il est aussi dans l’ordre surnaturel un enchaînement de grâces liées avec notre persévérance finale par des relations secrètes que nous ignorons. Manquer une de ces grâces, c’est perdre le fil qui nous conduisait ; c’est nous exposer à nous écarter de la voie qui devait nous sauver. Qui nous a dit que la grâce à laquelle nous sommes infidèles n’est pas dans les desseins de Dieu, une de ses grâces décisives ? Sainte Thérèse vit sa place marquée au fond des enfers si elle eût résisté à la grâce qui lui disait de combattre une tentation d’amour-propre ; et le jeune homme de l’Évangile qui avait pratiqué tous les commandements a laissé en doute son salut, pour avoir résisté à la grâce qui lui disait : ‘Vendez tous vos biens et donnez-le aux pauvres’. La soustraction des grâces est la peine ordinaire de l’abus qu’on en fait. ‘Vous avez rejeté ma grâce, dit le Seigneur, c’est pourquoi je vous ai rejeté vous-même.’

Et n’est-ce pas juste ? Quand l’esprit divin vient frapper à la porte d’un cœur, et qu’on refuse de lui ouvrir, il s’en va. Quand il fait briller sa lumière et qu’on ferme les yeux, il se retire. Châtiments terribles.»

 

Ne le voit-on pas aujourd’hui dans les terribles événements que nous subissons et qui sont avant tout la traduction des manœuvres ourdies par l’Enfer et ses suppôts terrestres qui ont signé un pacte avec le Prince de monde, en vue d’ériger une nouvelle Babel que d’aucuns appellent le Nouvel Ordre Mondial.

Nous sommes incontestablement dans une période de châtiments où les méchants qui n’ont aucun souci du bien commun ont visiblement beaucoup de pouvoir. Il importe donc de prier l’Esprit-Saint et de ne pas laisser les grâces qu’Il consent à nous donner, car le démon ne peut que multiplier ses attaques… car le temps est son ennemi.

Si l’homme ne prend pas conscience de cette évidence, il va se languir dans l’insouciance avec tous les attributs de la société du divertissement qu’offrent les sociétés médiatiques des hommes qui ont conclu ce pacte avec Satan. Sans le savoir, les hommes qui ne prennent pas le temps et la mesure de la gravité de la situation, en se mettant à genoux et en suppliant l’adorable Très Sainte Trinité, courent le risque de perdre non seulement un semblant de bonheur terrestre, mais en étant infidèle à la grâce et en la rejetant, d’encourir la mort éternelle.

 

Lettre 470

SOMMAIRE DE LA LETTRE CONFIDENTIELLE LIESI

 

SOMMAIRE DE LA LETTRE  LISO

 

SOMMAIRE DE LA LETTRE DES PROPHETIES