Bonjour je m’appelle INFLATION et vous allez subir mon passage avec effroi

65

1bEn mai, l’inflation aux Etats-Unis a augmenté de 5% par rapport à l’année précédente, enregistrant ainsi la plus forte hausse annuelle depuis 2008, les goulets d’étranglement de l’offre et la forte demande des ménages continuant à faire grimper les prix. Alors que des facteurs transitoires continuent de faire monter les prix, l’économie voit davantage de signes de pressions inflationnistes persistantes, selon les analystes, ce qui peut laisser présager une inflation élevée persistante.

Le département du travail a annoncé que l’indice des prix à la consommation a augmenté de 0,6 % en mai.

La hausse des prix des voitures d’occasion a représenté environ un tiers de l’augmentation de l’inflation globale. Les prix des voitures et camions d’occasion ont bondi de 7,3% en mai, après une hausse de 10% en avril, la pénurie mondiale de semi-conducteurs continuant d’affecter la production de voitures neuves. Selon Morgan Stanley, “les prix des voitures d’occasion ont augmenté à un rythme annualisé de plus de 170% au cours des deux derniers mois”.

Les tarifs aériens ont également augmenté de 7% et les prix des voitures de location ont fait un bond supplémentaire de 12% le mois dernier.

Les prix des denrées alimentaires ont augmenté de 0,4% et ceux de l’énergie sont restés stables en mai. Les analystes s’attendent toutefois à une nouvelle hausse des prix des denrées alimentaires dans les mois à venir.

L’inflation de base, qui exclut les composantes volatiles de l’alimentation et de l’énergie, a augmenté de 3,8% au cours de l’année écoulée, soit la plus forte hausse en 28 ans.

La forte hausse du taux d’inflation d’une année sur l’autre est en partie due à l’effet de base, les fermetures dues à la pandémie et la chute de l’économie ayant entraîné une faible inflation des prix à la consommation l’année dernière. L’effet de base devrait logiquement se stabiliser en juin.

En mars, la banque centrale a relevé ses prévisions d’inflation pour 2021 à 2,4%, contre 1,8% précédemment. Les responsables de la Fed ont déclaré à plusieurs reprises que les hausses de prix étaient “transitoires”, en espérant que l’inflation finira par revenir à l’objectif de 2% de la banque centrale.

Les données récentes sur l’inflation pourraient toutefois obliger la Fed à revoir ses prévisions en la matière.

“Les gains surdimensionnés dans quelques secteurs choisis soutiennent l’opinion de la Fed selon laquelle le degré actuel des pressions sur les prix est temporaire”. Sarah House, économiste senior chez Wells Fargo Securities, a écrit dans un rapport : “Cependant, nous voyons des signes d’élargissement des pressions inflationnistes, ce qui, selon nous, empêchera les hausses de prix mensuelles de simplement retomber à leur tendance prépandémique après l’actuelle flambée d’activité.”

Les restaurants et les épiceries ont commencé à augmenter leurs prix face à la hausse des coûts des denrées alimentaires et de la main-d’œuvre. Selon Wells Fargo, les prix des produits agricoles de base ont bondi d’environ 60% au cours de l’année écoulée, atteignant le niveau le plus élevé de la décennie. Et le salaire horaire moyen dans les restaurants a augmenté de 24,4% à un taux annualisé au cours des trois derniers mois, alors que les propriétaires d’entreprises se démènent pour pourvoir les postes vacants.

Ellen Zentner, économiste en chef pour les Etats-Unis chez Morgan Stanley, a déclaré que la pression inflationniste persistante pourrait être plus importante que prévu cette année. “Ce qui est le plus remarquable dans ce rapport, c’est que, si les facteurs transitoires ont joué un rôle important dans la hausse du mois de mai, les composantes plus persistantes, comme les loyers, se sont également raffermies, bien plus que prévu”, a-t-elle écrit.

“Je pense que cela va être plus persistant que transitoire”, a déclaré Joseph Carson, un ancien économiste d’Alliance Bernstein et du département du commerce. “Vous avez beaucoup de facteurs qui la poussent à la hausse, comme la politique monétaire, la politique fiscale, la demande refoulée, la pénurie de travailleurs, les augmentations de salaires.” Carson a également noté que le cycle économique actuel est “assez inhabituel”. Contrairement aux récessions précédentes, les caractéristiques uniques de ce cycle de reprise sont le faible niveau des stocks et l’inflation des salaires, qui font grimper les prix.

L’une des plus grandes sociétés de biens de consommation au monde, Procter & Gamble, a annoncé qu’elle allait augmenter les prix de ses produits de soins pour bébés, pour femmes et pour adultes. David Taylor, PDG de Procter & Gamble, a déclaré lors d’une conférence virtuelle organisée par Fortune que l’inflation était “inévitable”. “Oui, elle est bien réelle. Nous la constatons sur un certain nombre de produits. C’est la pâte à papier, c’est le papier, c’est tout ce qui implique le pétrole. Les emballages en plastique augmentent. Les coûts de camionnage ont augmenté de manière significative. Le fret maritime a augmenté de manière significative. Nous le constatons dans un large éventail de domaines de coûts”.

 

Derniers articles publiés sur GLADIO VERITATIS

 

1c

 

 ABONNEMENT : 15€ / mois    soit 0,50 cents par jour

 

Lettre471

SOMMAIRE DE LA LETTRE CONFIDENTIELLE LIESI

 

SOMMAIRE DE LA LETTRE  LISO

 

SOMMAIRE DE LA LETTRE DES PROPHETIES